Anne… La Maison aux pignons verts

Pour un de mes anniversaires, lorsque j’étais ado, mes grands-parents m’ont offert une pile de livres qui venaient de chez France Loisirs. Je n’ai pas d’affection particulière pour cette enseigne, mais je dois bien leur reconnaître une chose : c’est grâce aux éditions France Loisirs que j’ai découvert Anne Shirley, la merveilleuse héroïne de Anne… La Maison aux pignons verts.

Ce roman écrit par Lucy Maud Montgomery, auteure canadienne de la fin du XIXe siècle, faisait partie de la pile. Et je ne sais pas quelle extraordinaire attraction m’a poussé vers ce livre en premier. Sans même avoir lu le résumé, ce livre m’a fait envie. Je ne savais pas encore que j’allais dévorer toute la série !

Anne… La Maison aux pignons verts est l’histoire d’une petite orpheline du nom d’Anne Shirley. Tout se passe au Canada, sur la belle Île du Prince Édouard. Au début du livre, nous découvrons Anne (11 ans il me semble) sur le point d’être adoptée par Matthew et Marilla Cutbert, un frère et une soeur qui vivent dans leur ferme familiale. Et ça commence plutôt mal pour la jeune orpheline : les Cutbert voulaient un garçon pour les aider à la ferme. Malgré ce désappointement passagé, ils vont garder la jeune fille, qui va vite découvrir la vie à Avonléa et chambouler les habitudes de sa nouvelle famille.

Il faut dire que notre héroïne a un sacré tempérament ! Sous son épaisse chevelure rousse (une source intarissable de désespoir pour elle), son imagination fonctionne à mille à l’heure. Elle ne va pas tarder à se faire une meilleure amie (Diana), un ennemi (Gilbert) et à rebaptiser tous les lieux dignes d’intérêt de la région par des titres poétiques : le lac aux miroirs…

J’adore Anne. Elle a été ma meilleur amie de papier pendant très longtemps. Anne est une petite fille en laquelle on peut facilement se reconnaître, on a envie de se reconnaître. Elle a une telle joie de vivre et une énergie débordante qu’on la suit avec plaisir dans ses babillages, ses histoires inventées et ses multiples mésaventures !

Ce livre extraordinaire est bourré d’humour et de tendresse. Les personnages ne sont pas seulement attachants, ils semblent « réels ». On les sens vivre ; ils sont palpables sous les lignes de l’auteur. Ils ne sont pas parfaits, et on s’amuse avec eux des aventures d’Anne, qui bouscule tout le gentil petit monde du paisible village. Mention spéciale à madame Rachel Lynde, mon personnage secondaire préféré.

L’écriture aussi est une prouesse : c’est vivant, léger, drôle, sérieux, réaliste, exaltant… La plume de Lucy Maud Montgomery est un émerveillement sans fin. Son intrigue, particulièrement bien menée, nous fait entrer dans un royaume où l’imagination n’a pas de limite.

J’ai adoré ce livre lorsque j’étais plus jeune, et je l’ai relu plusieurs fois depuis. C’est un roman qui s’adresse aussi bien aux jeunes lecteurs qu’aux adultes. Et dans la foulée, on peut dévorer les nombreuses suites. Car l’auteure a eu la bonne idée de ne pas figer Anne dans l’enfance, et l’a au contraire fait évoluer. On la découvre étudiante, puis jeune maîtresse d’école, jeune mariée, mère de famille… Le dernier tome de la saga est centré sur sa fille Rilla, qui nous permet de retrouver le charme intact du premier tome.

D’ailleurs, même si les romans d’Anne sont relativement méconnus en France, ils sont une véritable institution au Canada. La télévision canadienne avait même signé une adaptation sous formes de plusieurs téléfilms (librement inspirés des livres). Traduits en seize langues, ces livres ont rendu leur auteure célèbre partout à travers le monde. Il faut dire qu’ils s’apparentent à un genre très classique de la littérature anglo-saxonne : celui des petits orphelins, initié par Charles Dickens et rendu incontournable grâce à J.K. Rowling.

J’aime tellement ce livre que j’ai envie de le conseiller à la terre entière. Toutefois, il faut bien reconnaître que ce livre plaira surtout à ceux et celles qui ont gardé une âme d’enfant et qui apprécient l’exaltation de l’imagination.

Je continue de garder une place d’honneur dans ma bibliothèque pour les huit tomes qui constituent cette saga. Tous viennent de France Loisirs, et même si ce n’est pas une très belle édition, ces livres ont plus de valeurs pour moi que je ne saurais l’écrire.

Une réflexion sur “Anne… La Maison aux pignons verts

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s