La Soeur disparue : le dernier roman de Lucinda Riley

Aujourd’hui, c’est un article un peu particulier sur Alivreouvert. Parce que j’ai vécu une journée très particulière. Tout avait bien commencé : à midi, j’ai trouvé dans ma boîte aux lettres La Sœur disparue. Le dernier tome de la formidable saga de Lucinda Riley, Les Sept Sœurs, est paru il y a deux jours en France. Et les éditions Charleston me l’ont envoyé rapidement pour que je puisse enfin découvrir la fin de l’histoire. Une histoire qui a commencé il y a sept ans. J’étais présente, avec une poignée de blogueuses et lectrices passionnées, pour la soirée de lancement du premier tome de la saga. Lucinda Riley était là elle aussi, avec sa bonne humeur communicative et son élégance naturelle. Puisque l’histoire se déroulait au Brésil, l’équipe Charleston avait eu l’idée d’une soirée thématique avec un cours de danses brésiliennes. Et moi qui suis nulle en danse, j’ai pourtant dansé dans la bonne humeur avec Lucinda Riley ! Cette soirée est gravée dans ma mémoire parce que l’énergie et l’enthousiasme de Lucinda Riley ont, depuis le début, été au coeur de son écriture. Et toute lectrice qui a eu la chance de la rencontrer le sait. C’est pour ça que j’ai été tellement choquée et triste d’apprendre aujourd’hui le décès de Lucinda Riley, quelques heures à peine après avoir découvert son dernier roman.

L’annonce a été faite sur les réseaux sociaux, sans tambours ni trompettes. Mais nous sommes déjà de nombreuses lectrices touchées par la triste nouvelle. Franchement, je me suis sentie perdue. Parce que c’est une romancière dont je suis devenue fan il y a maintenant sept ans. Parce que chaque année, j’attendais son nouveau livre avec impatience. Et parce que vraiment la curiosité, la passion et l’enthousiasme communicatif de Lucinda Riley m’ont porté, en tant que lectrice et pas seulement. Elle a été une des personnes les plus inspirantes que j’ai rencontré dans ma vie. Et je suis tellement reconnaissante d’avoir pu échanger de vive voix avec elle pour lui dire à quel point j’aimais ses livres.

La Soeur disparue vient clore une aventure littéraire de sept années, rythmée par sept romans de haut vol. Une saga qui est un condensé de tout ce que la romancière aimait : le voyage, le suspens, la découverte, mais aussi le sens de soi-même. Dans tous ses livres, il est toujours question d’être fidèle à soi-même, de se libérer de la peur et de trouver la force de tracer sa propre voie. Des messages qui prennent aujourd’hui un sens encore plus fort, puisqu’il s’avère en fait que Lucinda Riley a écrit les quatre derniers tomes alors qu’elle était déjà malade. Et j’imagine à peine la force et la générosité qu’il faut avoir en soi pour aller jusqu’au bout d’un projet d’écriture quand votre vie elle-même commence à vous échapper.

A midi, en découvrant le livre dans ma boîte aux lettres, je me suis dit que j’allais écrire un article enthousiaste ce soir pour célébrer cette parution. Et c’est ce que j’aimerais faire ce soir : écrire sous le coup de l’enthousiasme, de la joie de vivre. Je sais que quand j’entamerais ma lecture, le plaisir sera au rendez-vous. Mais je sais aussi qu’il sera teinté par la nostalgie car ce sera le dernier roman d’une de mes écrivaines préférées. Une écriture et des histoires qui m’ont accompagné à un moment décisif de ma vie. Car il y a sept ans, ma vie était vraiment très différente. J’étais encore freinée par la peur de mal faire, de ne pas faire les bons choix. Je n’étais pas heureuse dans ma vie, et je n’osais rien faire pour changer les choses. C’est peut-être bête d’avouer ce que je vais écrire, mais les livres en général, et ceux de Lucinda Riley en particulier, ont été la source à laquelle j’ai puisé plus que de l’inspiration. Ils m’ont donné la force de faire ce que je voulais vraiment faire : changer de vie. J’ai pris un énorme virage, et je n’oserais pas me comparer à une héroïne de roman ! Mais quand même : j’ai finalement osé faire quelque chose qui me terrifiait. Non seulement ma vie ne s’est pas écroulé sous mes pieds, mais elle s’est grandement amélioré.

Je voulais donc prendre le temps d’exprimer ma reconnaissance. Dire merci à Lucinda Riley parce que ses livres m’ont enrichi émotionnellement. Sa générosité et son énergie m’ont inspiré. Ses personnages aussi. Et je suis tellement heureuse d’avoir fait ce voyage de sept années.

Dans un article à venir, je vous parlerai plus en détails du nouveau livre et des précédents tomes disponibles en poche. Mais pour l’instant je vais m’arrêter là et vous souhaiter une belle soirée.

Une réflexion sur “La Soeur disparue : le dernier roman de Lucinda Riley

  1. Mario Thibault dit :

    Et oui, triste nouvelle. Je n’ai pas encore lu de livres de cette auteure mais j’avais l’intention cette année de lire la saga Les sept soeurs qui m’a été chaudement recommandé. Toujours dommage quand il y a décès des auteur(e)s mais il reste toujours leurs oeuvres pour nous faire voyager.

    J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s