Enola Holmes

Mon avis sur le film Enola Holmes de Netflix

Fin septembre, Netflix a enfin mis en ligne son film Enola Holmes. Il s’agit de l’adaptation du premier roman de la saga signée Nancy Springer. La romancière américaine a imaginé une série young adult policière, dans laquelle c’est la jeune soeur (fictive) de Sherlock et Mycroft qui mènent l’enquête. Après avoir essuyé des troubles juridiques (les héritiers de Conan Doyle n’aiment pas qu’on mette en scène le personnage dans des adaptations qu’ils n’ont pas d’abord approuvées) et la crise sanitaire, la mise en ligne du film a été plusieurs fois repoussée. Le suspens était à son comble ! Heureusement, l’attente en valait la peine.

A tout juste seize ans, Enola voit sa vie basculer. Le matin de son seizième anniversaire, elle se réveille pour découvrir que sa mère a disparu sans laisser de trace. Orpheline de père, la jeune fille, qui a toujours vécu seule avec sa mère, voit alors ses deux grands frères revenir dans la maison familiale pour résoudre la question de son avenir. Mais aucun des deux n’est près à écouter Enola. Pour elle c’est clair : leur mère a disparu pour une bonne raison, et il faut la retrouver. Intelligente, courageuse et indépendante, Enola ne tarde pas à fausser compagnie à ses encombrants grands frères pour partir à Londres suivre la piste de sa mère. Mais cette échappée belle prend un tournant dramatique quand elle sauve un jeune marquis d’une tentative de meurtre à bord d’un train… De quoi bouleverse l’ordre des priorités de la jeune apprentie détective, incapable de résister à un bon mystère.

Cette adaptation d’Enola Holmes a beaucoup fait parler d’elle par anticipation. Il faut dire que rien que le casting faisait rêver beaucoup de lectrices et de lecteurs : Millie Bobby Brown (de Stranger Things) dans le rôle d’Enola, Henry Cavill (sans perruque ni moustache) dans celui de Sherlock, Sam Claflin (temporairement échappé de Picky Blinders) qui incarne Mycroft, et enfin, cerise sur le gâteau Helena Bonham Carter pour jouer Eudora Holmes, la formidable matriarche de cette famille pas comme les autres !

Pour tout vous dire, je n’ai pas lu les livres de cette série, même si elle me fait envie depuis plusieurs années. Après avoir visionné l’adaptation signée Netflix c’est clair : je compte lire les romans de Nancy Springer !

Cette adaptation virevoltante et pleine de charme et d’humour. D’accord, la réalisation est très académique, mais l’intérêt se situe ailleurs : dans l’histoire, ses personnages et aussi sa manière de revisiter l’univers de Sherlock Holmes. Objectivement, entre les livres d’origine et les (très, très) nombreuses adaptations, on pourrait penser que tout a déjà été dit sur Sherlock. Cette nouvelle adaptation le montre sous un jour plus intime. Henry Cavill campe un Sherlock plus jeune que ce à quoi on est habitué. Il est assez touchant, humain et faillible. Des éléments qui sont parfois présents dans les livres d’Arthur Conan Doyle, mais que les adaptations habituelles préfèrent souvent évacuer pour mettre en scène un personnage froid, impressionnant et tellement charismatique qu’on a tendance à perdre son humanité de vue.

L’histoire présente une intrigue sympa, qui fait référence aux débuts du mouvements suffragistes. Un élément intéressant puisque c’est un sujet qui n’est jamais abordé dans les livres de Conan Doyle… alors qu’il était pourtant contemporain de ce phénomène de société. Bon, il n’a jamais évoqué non plus Jack l’éventreur, donc il faut croire qu’il y avait des sujets trop sensibles pour lui ! J’aime bien que Nancy Springer utilise Enola pour élargir un peu l’horizon Sherlock Holmes en se plaçant dans un contexte historique et social pertinent. Cela confère de la crédibilité à l’histoire, et c’est agréable parce que pour les fans de Sherlock Holmes, on découvrir quelque chose de nouveau.

Je termine rapidement en disant que j’ai adoré tous les acteurs. Millie Bobby Brown est hyper attachante dans le rôle d’Enola, brillante et un brin gaffeuse. J’ai un gros coup de coeur pour Henry Cavill en Sherlock Holmes (alors que franchement j’avais plutôt un apriori négatif, mais en fait il est parfait). Mon petit coeur de lectrice a saigné en voyant Mycroft parce que le personnage est vraiment malmené dans cette histoire. Il passe pour un méchant, mais il faut dire que ça aide à créer une dynamique intéressante dans la fratrie.

Au final cette adaptation est une réussite. C’est un film très sympa, bourré d’énergie. Son gros point fort est vraiment son casting, qui fait vivre d’une très belle manière les personnages connus comme les créations originales. Entre la mère, les frères et Enola, la famille Holmes fait des étincelles à l’écran, et on se laisse embarquer dans l’histoire avec un plaisir jubilatoire. Vivement une suite !

Enola Holmes

6 réflexions sur “Mon avis sur le film Enola Holmes de Netflix

  1. lespagesdesam dit :

    Intéressant ! Moi j’ai envie de faire les deux : voir le film ET lire la série maintenant ! Ton article est très intéressant et surtout très complet. Je vais aller regarder la bande annonce de ce pas 😁

    J'aime

Répondre à Alivreouvert Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s