Les Aérostats, d’Amélie Nothomb

Comme chaque année, Amélie Nothomb publie un nouveau roman à l’occasion de la rentrée littéraire. Cette année, il s’intitule Les Aérostats. Et comme chaque année, il n’y a aucun moyen de savoir de quoi ça va parler… puisque les éditions Albin Michel ne proposent pas de résumé du livre ! Donc, lire un nouvel Amélie Nothomb équivaut à acheter une pochette surprise (que j’adorais quand j’étais petite !). On ne sait jamais sur quoi on va tomber, ce qui garantit la surprise. Et effectivement, la surprise fut au rendez-vous de cette lecture très jouissive.

Du coup, est-ce que je joue le jeu de ne pas vous faire de résumé ?! Bon, je vais quand même rapidement vous dire qu’il s’agit d’une rencontre. Ange, une jeune étudiante de dix-neuf ans, est engagée pour donner des cours de français à Pie, un ado de seize ans qui déteste lire. Au fil des cours, la lecture va tisser un lien entre les deux.

Je ne vous en dis pas plus parce qu’à mon avis, il faut vraiment accepter de jouer le jeu selon les règles de l’auteure. Amélie Nothomb offre un court roman d’environ 170 pages. L’idée est simple : on réserve une heure de son temps, on se lance sans rien savoir, on le lit d’une traite, et alors on peut vraiment s’immerger dans l’histoire, et la vivre jusqu’au dernier rebondissement. Sinon, je pense qu’on perd un peu l’effet wahou de l’intrigue.

Et puis avec Amélie Nothomb, c’est toujours un peu la même : difficile de savoir vraiment de quoi elle nous parle tant qu’on n’est pas allé au bout de l’histoire. C’est un trait de son écriture qui peut parfois être frustrant. Sauf dans les cas où ses romans sont tellement réussis qu’on oublie qu’on lui en voulait pour juste profiter du plaisir de la lecture. Dans les 50 premières pages, je ne voyais pas du tout où elle voulait en venir. Entre 50 et 120 pages, j’ai cru comprendre, mais en fait non. J’ai été complètement prise par surprise dans les dernières pages. Je souriais, j’étais émerveillée, et j’ai adoré cette sensation grisante.

Les Aérostats peut être lu comme un hommage rendu à la lecture. Comme une ode à l’adolescence, à l’amitié ou que sais-je encore. Au-delà de toutes ces considérations qui relèvent de la lecture intime, il reste une chose évidente : c’est un livre hyper drôle ! J’ai beaucoup ri, j’ai beaucoup souri, j’ai adoré cet instant de lecture. Amélie Nothomb est aussi une auteure pleine d’humour (même si c’est souvent un humour assez acide), et c’est agréable de retrouver cet humour dans ce livre. Ainsi que la chaleur humaine de la romancière belge. Lisez-le : vous allez adorer !

4 réflexions sur “Les Aérostats, d’Amélie Nothomb

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s