Ce soir on regardera les étoiles, roman d’Ali Ehsani

Depuis un an, je participe au club de lecture du Cercle Belfond. Une bien belle aventure qui me permet de découvrir tous les romans de la collection, qui est majoritairement composée de romans féminins forts et vraiment intéressants. Alors quand la collection a annoncé que le prochain livre serait un roman masculin, forcément ma curiosité de lectrice a été piquée au vif. D’autant que ce livre n’est pas un roman comme les autres. Ce soir on regardera les étoiles est en fait un récit autobiographique où l’auteur offre le témoignage de son enfance, depuis les bombardements de Kaboul jusqu’à son arrivée en Italie en tant que réfugié. A bien des égards, c’est un livre qui sort de l’ordinaire, et je dois avouer que je suis particulièrement fière de vous le présenter. Non seulement c’est une lecture qui est toujours autant d’actualité, mais c’est le récit unique d’une expérience authentique qui interpellera tous les lecteurs.

En 1997, à Kaboul, Ali est un enfant comme les autres. Il passe l’essentiel de son temps libre avec son meilleur ami ; il va à l’école ; il se chamaille avec son grand-frère. Pourtant, la guerre est bien présente dans ce pays ravagé où le danger est omniprésent. Un jour, Ali rentre de l’école, mais il n’y a plus que des ruines à l’endroit où se tenait la maison de sa famille. Le quartier a été bombardé, ses parents sont morts, et Ali se retrouve seul avec son frère aîné. Sans rien d’autre que quelques objets récupérés parmi les décombres, les deux frères entament un voyage pour partir vers une ville plus sûr, un endroit où il y aurait du travail et où ils pourraient vivre. Mais ce chemin est semé d’embûches : le danger des forces de l’ordre, des profiteurs qui ciblent les victimes de la guerre et leur promettent une nouvelle vie en échange de ce qu’ils possèdent, le passage mortel de la mer Méditerranée et le contrôle des frontières de l’Union Européenne qui traque les « migrants ». Tant d’épreuves pour espérer pouvoir reconstruire une nouvelle vie loin des combats.

Le sujet de Ce soir on regardera les étoiles n’a rien de léger, bien au contraire. Et c’est déjà ce qui m’a interpellé dans ce livre : il ose aborder une question qu’on croise plus facilement dans les médias que dans la littérature. Et pour la traiter, on peut compter sur l’auteur, Ali Ehsani, car l’histoire qu’il raconte, c’est la sienne.

Je ne veux pas vous dévoiler toute l’histoire, mais ce récit est l’histoire véridique du voyage dans lequel Ali et son frère se sont lancés, alors qu’ils n’étaient encore que des enfants et qu’ils avaient tout perdu, à commencer par leurs parents. A travers les yeux de l’enfance, Ali nous raconte autre chose que la guerre : il nous raconte la vie des populations civiles, celle des réfugiés et des innombrables dangers auxquels ils sont confrontés dans leur fuite vers des pays plus sûrs. Ce qu’il expose, c’est la vie quotidienne sur la route, et les risques que ça implique. Il nous tend un miroir pour voir la réalité au-delà des images convenues de la guerre. Il ne parle pas de bombardements, mais des visages des gens.

Au fil de la lecture, je me suis surprise à ressentir un malaise : ce texte n’était pas un roman comme les autres. Ce n’est pas une fiction ; tout est vrai. Et ça donne une puissance au récit qui va bien au-delà de ce qu’on peut ressentir habituellement. Il n’y a pas de grandes explosions, pas de scènes d’action, pas d’effets d’exagération. Les événements qu’Ali a connu sont racontés assez factuellement, sans mise en scène. Ils correspondent à des scènes de la vie quotidienne où les drames sont discrets, où il n’y a rien d’héroïque, où seule la fatalité l’emporte.

Si j’ai énormément aimé cette histoire, je dois dire que j’ai été un peu moins sensible au style de l’écriture. Ali parle comme s’il s’adressait à son frère pour se souvenir avec lui des événements qu’ils ont vécu. Et c’est un aspect de la narration que j’ai trouvé un tout petit peu poussif. C’est certainement une question de sensibilité personnelle, mais j’ai trouvé que ça n’apportait pas grand chose à l’histoire. Le lecteur n’a pas besoin de cet élément pour se sentir proche des deux frères ; on est déjà dans l’intimité de leur voyage, et cet effet est donc superflu.

Si vous avez envie de vous lancer dans une expérience de lecture qui sort des sentiers battus, alors Ce soir on regardera les étoiles est fait pour vous. C’est un livre grand public qui pourra plaire à tous les types de lecteurs. Et à travers le récit du voyage d’Ali, ce texte nous invite à avoir une pensée pour les populations de réfugiés, ceux qui sont parvenus jusqu’en Europe et tous ceux qui sont encore sur les routes, en train de risquer leurs vies. Ce n’est pas un livre sur les bons sentiments : c’est un livre sur une réalité indigne de la condition humaine dans les zones de conflits.

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature étrangère. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Ce soir on regardera les étoiles, roman d’Ali Ehsani

  1. juneandcie dit :

    Lu aussi et je suis totalement d’accord avec toi. Concernant les passages où il s’adresse à son frère, cela m’a fait de la peine. Je crois que c’était une façon de montrer il n’aurait pas pu y arriver, s’il n’avait pas vu le courage de celui-ci.

    Aimé par 1 personne

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s