Ulysses S. Grant, une biographie de Vincent Bernard

Je sens déjà que je me lance dans un challenge de taille : vous parler d’une biographie consacrée à un président des Etats-Unis n’est déjà pas forcément un sujet très grand public, mais si en plus il s’agit d’un président mort depuis plus de cent ans… alors là effectivement j’ai peu de chances de vous séduire ! Et pourtant, je suis convaincue que, comme moi, vous avez vous aussi de grandes chances de vous intéresser au livre écrit par Vincent Bernard. Parce que même si une biographie de Ulysses Grant semble un peu loin de nos préoccupations quotidiennes, elle s’inscrit pourtant dans une actualité brûlante. A l’heure où les Etats-Unis connaissent une division quasiment comparable à celle qu’ils ont vécu dans les années 1950-1960, il devient urgent de revisiter leur histoire nationale, et notamment l’épisode de la guerre de Sécession, pour comprendre d’où vient l’antagonisme entre les deux Amériques.

Ulysses S. Grant… ne s’appelait pas du tout Ulysses S. Grant ! Dès le début, l’histoire partait pour être intéressante. Né dans une modeste famille de l’Ohio, Hiram Ulysses Grant n’a a priori aucun atout pour faire une grande carrière. Sauf que l’ambition paternelle va avoir un impact déterminant : le jeune Hiram est reçu dans la prestigieuse académie militaire de Westpoint, où une erreur administrative va décider de sa nouvelle identité. La formation militaire qu’il reçoit déterminera toute sa vie et le lancera sur les champs de bataille. Il participe à la guerre des Etats-Unis contre le Mexique avant de quitter l’armée pour se lancer dans une carrière civile décevante. Car s’il est comblé dans sa vie privée, Ulysses S. Grant n’en finit pas de jouer de malchance dans sa vie professionnelle. Ironiquement, les choses changent pour le mieux à la faveur d’un événement dramatique : la guerre de Sécession éclate. Là, réincorporé dans l’armée des Etats-Unis, Grant se révèle et va jouer un rôle décisif dans la victoire du nord contre le sud. Son duel à distance contre le général Lee, chef de l’armée confédérée, va entrer dans la légende américaine, tout comme sa relation privilégiée avec le président de l’époque, Abraham Lincoln. Mais la victoire du nord se paye au prix du sang. Dans un pays traumatisé par les luttes fratricides et l’assassinat de son président, Grant, désormais locataire de la Maison Blanche, va relever le défi le plus grand de sa vie : établir la paix entre deux amériques qui ont appris à se haïr férocement.

Evidemment, je ne vais pas à mon tour vous faire une biographie de la vie du président Grant : cet article n’y suffirait pas ! Mais j’espère vous avoir livré les grandes lignes pour que tout le monde puisse comprendre à quel point cet homme est une figure centrale de l’histoire américaine. Personnage insaisissable pour ses propres compatriotes, il est largement méconnu en France où beaucoup de personnes ignorent qu’il a remporté, en tant que général, la guerre de Sécession. Pas exactement un mince exploit !

Mais la biographie que lui consacre Vincent Bernard ne se limite pas à cet épisode historique. Avec la trajectoire de Grant, enfant du midwest aux convictions nordistes mais qui épousera une sudiste, c’est toute l’amérique du XIXe siècle que le lecteur français peut visiter. Une Amérique où le clivage est déjà fort entre le nord et le sud, et la question de l’esclavage est moins liée aux droits de l’homme qu’à un enjeu économique. On y découvre la logique d’un rapport de force qui perdure encore aujourd’hui, même s’il a pris d’autres formes.

Le retour sur la guerre de Sécession est bien sûr passionnant, et pour nous français qui connaissons mal cette partie de l’histoire américaine, Vincent Bernard la rend très accessible. Un peu à la manière d’un roman historique, on est plongé dans une intrigue passionnante, riche en rebondissements et en personnages fascinants, à tel point qu’on en viendrait même à se demander comment ça va finir !

Au fil des pages, on découvre surtout la personnalité terriblement attachante d’un homme qui était à la fois ordinaire et extraordinaire. Peu d’autres hommes auraient été capables de mener les combats qu’il a remporté ; et pourtant lui-même ne semblait pas se distinguer des autres par des capacités particulières. Grant, qui était profondément convaincu que la paix durable passait par la réconciliation des deux Amériques, a passé l’essentiel de ses deux mandats présidentiels à tendre la main au Sud humilié par sa défaite… une défaite dont il avait été le principal artisan. Lui l’homme discret sera aussi l’un des premiers politiciens à se lancer dans un tour du monde incroyable qui le mènera jusqu’au Japon, visitant Paris sur sa route et découvrant ainsi, dans les ateliers du sculpteur Bartoldi, le projet d’une Statue de la Liberté encore bien loin des rivages new-yorkais.

Même un lecteur peu habitué aux biographies trouvera son bonheur dans les pages de ce livre passionnant. C’est à la fois une plongée au coeur de l’histoire et le portrait intime d’un homme. L’ensemble offre une lecture passionnante de bout en bout. En refermant le livre, j’ai aussitôt eu envie de lire l’autre biographie que Vincent Bernard a consacré au « rival » de Grant, le général Lee. Mais surtout, j’ai été saisie par une irrépressible envie de lire les Mémoires écrites par Grant à la fin de sa vie. L’auteur les cite abondamment, laissant la parole à celui qui est le mieux placé pour raconter son histoire.

Publicités
Cet article a été publié dans Essais & Documents. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Ulysses S. Grant, une biographie de Vincent Bernard

  1. Une biographie qui me tenterait beaucoup, car je sens en pleine lecture de Le feu et la fureur et je me rend compte que je connais très peu l’histoire et la politique américaine.

    J'aime

    • Alivreouvert dit :

      J’étais dans le même cas que toi. L’année dernière j’ai lu la biographie consacrée à Robert Kennedy, et ça a été un déclic ! Depuis j’aime bien piocher de temps en temps pour découvrir d’autres aspects de l’histoire de ce pays. Bonne lecture du coup !!

      J'aime

  2. Bonjour, je suis l’auteur de cet ouvrage et tenais à vous remercier pour ce billet qui me touche tout particulièrement. J’en profite pour signaler que les Mémoires de Grant ne peuvent (hélas ou pas, c’est selon) être lus qu’en version originale, personne n’ayant eu l’excellente idée de les traduire en français, tout au moins à ma connaissance. Bien à vous. V.B

    Aimé par 1 personne

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s