Liste de lecture spéciale Halloween

Même si tout le monde n’est pas forcément fan d’Halloween, moi j’aime bien l’idée de cette fête. Déjà parce que c’est sympa d’avoir une célébration un peu festive au moment de l’automne. Et aussi évidemment parce qu’en tant que lectrice, je suis très sensible aux histoires qu’on raconte à cette période de l’année. Et même si je ne suis pas très portée sur l’hemoglobine et les tueurs en série, il y a d’autres types de récits « d’horreur » qu’on peut découvrir pendant la période de Halloween (ou même n’importe quand dans l’année). Afin de vous donner quelques idées, je vous propose aujourd’hui une liste de lecture inspirée par le thème de Halloween. Ce ne sont pas forcément des romans monstrueux, mais ce sont en tout cas des romans qui, au-delà de leur genre sépcifique, ont marqué la littérature mondiale. Alors fermez bien la porte à clé et vérifiez que personne ne rôde dans votre maison avant de vous mettre au lit avec ces romans !

Dracula, de Bram Stoker

Tout le monde croit connaître l’histoire de Dracula… et pourtant très peu de gens autour de moi ont lu le livre ! Paradoxalement, c’est un peu le problème avec les histoires trop célèbres : on a l’impression que ça ne vaut pas la peine de lire le livre parce qu’on sait déjà de quoi ça parle. Une impression encore renforcée par le fait que le cinéma et la télévision se sont accaparés un certain nombre de mythes littéraires, en les dénaturant parfois éhontément ! Pour ce qui est de Dracula, l’oeuvre de Bram Stoker mérite d’être (re)découverte à cause de son traitement et de son écriture. Ce sommet du roman gothique a fait sensation au moment de sa parution, et pour cause : les lecteurs de l’époque le considéraient comme un roman érotique ! Même si ça peut nous paraître un peu étrange aujourd’hui, Dracula a en quelque sorte été le 50 nuances de sang de son époque. On le passait sous le manteau et on le lisait très discrètement car c’était un livre beaucoup trop sensationnel pour la morale corsetée de son temps. Il y a effectivement une lecture très sensuelle du thème du vampire, le suseur de sang qui s’attaque à la chair fraîche des jeunes filles en fleurs. Et d’ailleurs la partie cruciale de l’histoire est l’histoire d’amour entre Dracula et Mina. Donc comme vous le voyez, il y a beaucoup plus dans ce livre que ce qu’on croit connaître et ça vaut le coup de plonger aux origines du mythe créé par Bram Stoker.

Frankenstein, de Mary Shelley

Oui, les femmes aussi peuvent faire peur à leurs lecteurs ! Mary Shelley est à elle seule un personnage qu’on dirait tout droit sorti d’une fiction, et si vous avez l’occasion de vous pencher un peu sur sa biographie, vous serez complètement captivé par cette figure littéraire trop peu connue. Son roman Frankenstein est tout aussi célèbre que le Dracula de Bram Stoker… et tout aussi méconnu pourtant ! Je ne compte plus le nombre de personnes avec qui j’ai parlé de ce livre et qui pensent que Frankenstein est le nom du monstre. Non ! C’est le nom du docteur ! Loin du sensationnalisme auquel on a tendance à le réduire, Frankenstein est un roman d’un formidable humanisme qui ose questionner notre rapport à la mort mais aussi à la vie. Car chez Mary Shelley, il ne s’agit pas de réparer les vivants (ah ah, blague littéraire !) mais de courir après une forme de vie éternelle. Une quête malsaine, égoïste et qui révèle forcément notre peur la plus profonde : mourir. Plus subtil encore, le roman évoque la question de la norme sociale à travers un individu ni mort ni vivant qui ne peut pas trouver sa place dans la société. Sa condition peut alors être lue comme une métaphore évoquant toutes les minorités (y compris les femmes) qui sont condamnées à rester à la marge du monde des hommes. Au final, ce roman est un vibrant plaidoyer en faveur d’une société plus tolérante et plus respectueuse de la vie et de la dignité humaine. Des thèmes qui n’ont pas pris une ride depuis la parution du roman.

L’île du docteur Moreau, de H.G.Wells

Légèrement moins connu que les deux livres précédents, L’île du docteur Moreau est pourtant lui aussi un sommet de l’angoisse qui trouve une place particulière dans la bibliographie de son auteur, le fascinant H.G.Wells. L’histoire est celle d’un naufragé qui trouve refuge sur une île. Malheureusement pour lui, l’île est loin d’être paradisiaque ! Elle est habitée par deux savants, le docteur Moreau et son assistant, qui font des expériences sur les animaux afin de créer un hybride mi-animal et mi-humain. Le récit, dérangeant sans être glauque, soulève la question de la différence entre l’espèce humaine et l’espèce animale. La cruauté et la criosité parfois malsaine que les humains entretiennent sont largement plus effrayantes que les comportements naturels des animaux, et finalement la notion même d’humanité pose bien des problèmes éthiques. Le gros avantage de ce roman, c’est qu’il est très court puisqu’il fait à peine 200 pages en édition de poche. Si vous ne l’avez jamais lu, pas besoin d’être fan d’histoires fantastiques ou d’horreur pour apprécier ce petit bijou de la littérature mondiale. Par ailleurs, ça peut être une bonne entrée en matière si vous n’avez jamais rien lu de H.G.Wells.

Celui qui chuchotait dans les ténèbres, de H.P.Lovrecraft

Pour expliquer rapidement qui était Lovecraft à ceux d’entre vous qui ne le connaissent pas, c’est très facile : Lovecraft a un peu été le Tim Burton de son époque, sauf qu’avec lui les créatures effrayantes sont véritablement dangereuses et jamais sympathiques ! Dès qu’on aborde la frontière entre l’horreur et la science-fiction, on peut être sûr que le nom de Lovecraft va tomber dans la conversation. Même si l’auteur n’est pas très connu du public français, on compte une poignée de fidèles lecteurs francophones qui tentent de faire découvrir son oeuvre fabuleuse dans l’hexagone. Conteur de génie, naturaliste fictif d’une rare exhaustivité, Lovecraft a laissé derrière lui beaucoup d’histoires liées entre elle par un même univers inventé, un peu comme Tolkien. Mais il a aussi écrit plusieurs textes qui peuvent être lus indépendamment de tout autre livre. C’est le cas de ce livre dont j’adore le titre : Celui qui chuchotait dans les ténèbres. Au fil des 150 pages de ce roman très court mais intense, on croise un professeur de littérature qui va progressivement basculé dans un monde d’un onirisme noir mais hypnotique, peuplé de créatures aussi fascinantes que vénéneuses. Une très belle curiosité qui est édité dans la jolie collection Folio à 2 euros. A ce prix-là, on ne peut pas s’en passer !

La légende de Sleepy Hollow, de Washington Irving

J’ai gardé le meilleur pour la fin ! Le célèbre roman de Washington Irving, La légende de Sleepy Hollow, n’a pas toujours été facile à débusquer dans les librairies françaises, mais fort heureusement on le trouve désormais chez Folio. Et tandis qu’une édition exclusivement française doit paraître en janvier prochain dans la collection à 2 euros, vous pouvez déjà le découvrir dans la belle collection bilingue qui fait le bonheur des anglophones. J’ajoute que cette couverture reprend une image tirée du film de Tim Burton adapté du roman et qui est vraiment très bien choisie ! La légende de Sleepy Hollow est un roman qui a beaucoup marqué l’histoire de la littéraiture américaine, et pour cause : ce fut le premier grand succès de la littérature américaine, pas seulement à domicile mais aussi à l’étranger. Washington Irving, qui a par ailleurs fait carrière en Europe en tant que diplomate (ais-je mentionné qu’il avait eu une liaison avec Mary Shelley ?), a été le premier romancier américain à devenir célèbre à l’international. Mais c’est surtout chez lui que sa notoriété a été importante, au point qu’il a servi de mentor et /ou d’ami à plusieurs autres fines plumes américaines : Mark Twain et Nathaniel Hawthorne par exemple. Pour les américains, La légende Sleepy Hollow est une page incontournable de leur histoire culturelle puisqu’elle évoque le floklore des premières générations de colons américains sur la côte Est des Etats-Unis. C’est l’une des histoires les plus célèbres de la culture américaine et elle est particulièrement célébrée pendant la période de Halloween où le public aime frissonner en se racontant l’histoire d’un cavalier sans tête qui vient décapiter les braves gens d’un village apparemment sans histoire. Le mélange très habile entre enquête policière, folklore et fantastique a envoûté des générations de lecteurs. Le cinéma a aussi eu sa part de succès en adaptant cette histoire fascinante sur grand écran dès 1922. Pour la petite histoire, sachez que la réalité et la fiction ont fini par se confondre puisque le village de North Tarrytown dans l’état de new York (où se déroule l’intrigue) a officiellement pris le nom de Sleepy Hollow à la fin des années 1990. Leurs équipes sportives portent d’ailleurs le nom de Cavaliers ! Si vous allez là-bas pendant Halloween, vous pourrez profiter des nombreuses festivités qui ont lieu pendant le festival annuel : l’attraction la plus célèbre consiste à se faire pourchasser par un cavalier sans tête. Avis aux amateurs !

J’espère que cette liste de lecture vous a plut et vous a donné envie de découvrir plusieurs de ces formidables romans !

Publicités
Cet article a été publié dans Listes d'idées de lecture. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Liste de lecture spéciale Halloween

  1. grayaurore dit :

    Frankenstein 😘 le nombre de personnes qui pensent que Frankenstein c’est la créature, et ben non désinformation, il faut lire

    J'aime

  2. Très bonne idée cette liste des « classiques » terrifiants! Ça fait quelques moi que j’ai envie de lire Frankenstein 😉

    Aimé par 1 personne

  3. Bénédicte dit :

    Je n’ai toujours pas lu Dracula ni Frankenstein. Je pense m’y attaquer l’année prochaine, avec Le chien des Baskerville : ça en fait des classiques à découvrir ! Cette année, j’ai lu Le portrait de Dorian Gray ainsi que Pauline (de Dumas). Ils sont aussi plutôt sympa pour Halloween.
    Bises, et bonne semaine !

    J'aime

    • Alivreouvert dit :

      Je ne connais pas Pauline (je vais aller voir ça, merci) mais j’ai gardé un très bon souvenir du portrait de Dorian Gray (ça fait longtemps d’ailleurs que j’aimerais le relire en VO) et Le chien des Baskerville est une histoire hyper bien menée, à la limite du fantastique un peu comme Belphégor, le roman d’Arthur Bernède. Bonne lecture, je vois que tu as une bien belle PAL qui t’attend !

      Aimé par 1 personne

  4. Imagimarion dit :

    Super article, merci pour tous ces bons conseils et surtout ces anecdotes !

    J'aime

  5. Catherine dit :

    Cette photo est geniale ( celle avec les citrouilles), c’est toi qui l’a prise?
    Je lis Frankenstein justement en ce moment. Mon but etait de le lire pour Halloween mais on dirait bien que cette lecture pourtant courte va me durer longtemps faute de temps.

    J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s