Boîtes à livres : pourquoi les mairies doivent les développer

lfl4

Venues tout droit des pays anglo-saxons, les boîtes à livres sont en train de se tailler une belle place dans la vie culturelle française. Certaines communes (et la mienne en fait partie) n’hésitent pas à en aménager dans l’espace public, faisant ainsi fleurir des bouquets de livres dans les quartiers parfois mal desservis en terme de bibliothèque et/ou de librairies. Dans ma commune, la mairie a décidé de reconditionner d’anciennes cabines téléphoniques pour en faire des cabines à livres. Une excellente idée qui plait à tout le monde ! Partout en France, des communes ou des particuliers développent des boites à livres, mais les initiatives restent encore trop peu connues. Donc si jamais vous habitez dans une commune où il n’existe pas encore de boîtes à livres, voici trois arguments imparables pour défendre ce beau projet.

Boîtes à livres : pour se réengager en faveur de la culture

Quand on pense à l’engagement politique sur l’ensemble des territoires français, on peut carrément parler de déserts culturels à certains endroits. J’habite moi-même en région parisienne, et c’est vrai qu’il y a beaucoup de choix, beaucoup de choses qui sont mises en place soit par les autorités soit par des associations. Mais j’ai de la famille en province, dans différents endroits, et je vois bien à quel point l’inégalité culturelle est importante en France. Avec un projet comme celui des boîtes à livres, les communes de toutes les tailles peuvent enfin se lancer dans un projet culturel intéressant et espérer toucher tous les habitants. Qu’il s’agisse de boîtes à livres pour les grands ou pour les petits, pour les jeunes ou pour les vieux, chacun peut être intéressé par ce projet. Car les livres sont un divertissement, mais ils sont aussi une porte ouverte sur le monde : ouvrages historiques, biographies, livres scientifiques… On peut mettre tout ce qu’on veut comme livres dans une boîte à livres ! Pas besoin de construire une bibliothèque municipale ou de bâtir un musée : la boîte à livres est déjà un premier pas vers l’accès à la culture pour tous.

Boîtes à livres : pour recréer du lien social

Ce dont je me suis rendue compte depuis qu’une boîte à livres a été installée dans mon quartier, c’est qu’elle attire du monde tous les jours. Incroyable mais vrai : les gens qui passent à proximité ont pris le réflexe de s’arrêter, d’ouvrir la porte accordéon et de regarder ce qu’il y a de nouveau dedans. Fort heureusement, elle est toujours pleine car les gens du quartier jouent bien le jeu. A plusieurs reprises, j’ai déjà surpris des conversations de lecteurs qui ne semblaient pas se connaitre et discutaient des livres qu’ils avaient trouvé là. Une fois, alors que je déposais des livres, j’ai même discuté de ma passion pour la lecture et de mon blog avec une très gentille dame que j’avais déjà croisé dans le quartier, mais à qui je n’avais jamais parlé. Mieux, j’ai déjà vu des mamans avec leurs enfants car il y a une étagère avec plein de livres jeunesse. Et j’imagine que pour un enfant, cette belle boîte à livres doit être encore mieux qu’une cabane ! La boîte à livres s’est transformé en lieu de rencontre où la convivialité peut éclore. Une réussite !

Boîtes à livres : c’est généreux et ça ne coûte presque rien

Là, nous arrivons à l’argument massue : ça ne coûte presque rien de mettre en service une boîte à livres ! C’est une réalité, il n’y a pas besoin d’un énorme investissement pour lancer ce projet. On peut recycler des matériaux existants : c’est le cas de ma commune qui a utilisé de vieilles cabines téléphoniques remises à neuf dans lesquelles ont a ajouté des étagères en bois. Ou alors on peut construire soi-même un grand coffre en bois, réutiliser une armoire de grand-mère… tout ce qu’on veut. Il suffit d’être un peu bricoleur (et normalement les mairies ont déjà du personnel qualifié) et de quelques centaines d’euros en fourniture (peut-être moins selon l’option choisie). Pour le reste, il n’y a pas de bibliothécaire à rémunérer puisque par définition une boîte à livres vit en toute autonomie. Et en ce qui concerne les livres, ce sont les habitants de la ville qui sont sensés les apporter. Evidemment, pour amorcer la machine, c’est bien d’en mettre déjà quelques uns. Mais la commune peut lancer une collecte officielle pour démarrer, et ensuite éventuellement investir dans l’achat de quelques livres neufs ou d’occasion. Ce n’est pas la mer à boire, et ça suffit déjà pour obtenir une belle boîte remplie de livres autour de laquelle les lecteurs et les curieux pourront se retrouver.

Avec ces trois bonnes raisons, j’espère que vous serez nombreux à être convaincus par les bénéfices des boîtes à livres. Et j’espère surtout que vous n’hésiterez pas à écrire à vos maires pour les inciter à développer ce type d’initiative dans vos communes. En tant que citoyens, nous avons un certain nombre de droits, comme par exemple soumettre des idées à nos élus. Profitons-en : ce n’est malheureusement pas le cas partout.

Advertisements
Cet article a été publié dans Les Articles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Boîtes à livres : pourquoi les mairies doivent les développer

  1. C’est en effet une très bonne initiative (il y en a une dans le jardin de quartier à deux pas de chez moi et quelle ne fut pas ma joie lorsque je l’ai découverte !). Mais il faut que les lecteurs jouent le jeu : la plupart du temps, celle de mon quartier est vide, à l’exception de quelques magazines et de vieux romans à l’eau de rose qui moisissent dans un coin sans trouver preneur…

    J'aime

    • Alivreouvert dit :

      C’est dommage. Peut-être que ça vaudrait le coup de laisser un petit mot pour demander aux gens d’apporter des livres ? Ou alors demander aux commerçants du quartier de faire connaître la boîte à livres ? ça peut donner un coup de pouce et inciter des gens à déposer des livres.

      Aimé par 1 personne

  2. J’adore les boites à livres ❤
    La semaine dernière, pour la St-Valentin, j'ai donné une centaine de livres dans les transports en commun. C'est tellement plaisant de voir les réactions des gens!

    J'aime

  3. CuriousCat dit :

    Bonsoir,
    Convaincue de l’intérêt de ces boîtes à livres, je mesure toutefois la différence de point de vue selon les communes. Certaines, comme celle de Cabour, par exemple, sont un exemple vertueux. Malheureusement, ce n’est a priori pas un cas général si j’en juge par cette info. partagée par notre amie @a-zap sur sa page facebook : https://alivreouvert.net/2017/02/22/boites-a-livres-pourquoi-les-mairies-doivent-les-developper/
    A Nantes, sur l’ île de Versailles, j’ai déjà déposé une quinzaine de livres qui « dormaient, solitaires » dans ma cave faute de place chez moi. Ils ont a priori tous été emportés ! 🙂
    Cat

    J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s