Funny Girl, roman de Nick Hornby

funny-girlSi je pouvais voyager dans le temps et passer un petit week-end dans une autre période temporelle que la mienne, j’aimerais bien prendre le temps d’aller visiter le Swinging London. D’abord parce que j’adore l’Angleterre et ensuite parce que j’adore la musique. Donc, cette période particulièrement riche qui a vu naître la pop culture serait ma destination prioritaire. Je n’ai pas de machine à voyager dans le temps, mais j’ai mieux que ça : Funny Girl, le nouveau roman de Nick Hornby qui vient de paraître en poche chez 10-18. L’occasion de plonger dans cette période folle aux côtés d’un des auteurs britanniques les plus passionnants de sa génération !

Malgré sa beauté, Barbara est une fille plutôt ordinaire dans une petite ville de l’Angleterre des années 1960. Elle vit seule avec son père et partage sont temps entre son boulot de vendeuse et ses rêves de gloire. Ce qu’elle voudrait faire, c’est devenir une vedette de télévision dans un feuilleton comique. Parce que malgré son physique avantageux, Barbara préfère faire rire les gens que jouer les gravures de mode. Qu’à cela ne tienne, un jour, Barbara boucle sa valise et part pour Londres malgré les réticences de sa famille. Son but : décrocher un petit rôle et se lancer dans une carrière d’actrice. Arrivée dans la capitale, elle découvre vite que des milliers de filles courent déjà après leurs rêves et qu’elle a très peu de chance d’atteindre le but qu’elle s’est fixé. Pourtant le hasard pourrait bien jouer en sa faveur : la BBC vient de commander le pilote d’une toute nouvelle série télé. Les scénaristes à court d’idée ont pondu un script archi-nul, l’acteur principal n’est pas vraiment Laurence Olivier, et le producteur est au bout du rouleau. Au beau milieu de leur séance de casting pour trouver une jeune actrice, ils se retrouvent tout à coup devant Barbara, une fille belle comme le jour qui arrive à les faire malgré la médiocrité du script. Une nouvelle idée naît alors : faire de cette nouvelle venue la star d’une comédie originale et moderne…

La culture populaire est un peu à Nick Hornby ce que la fantasy est à Tolkien : son terrain de jeu de prédilection. Un domaine dont il connaît tout et dans lequel il excelle au point de pouvoir entraîner tous ses lecteurs avec lui. Et ça marche : on plonge dans les pages de Funny Girl avec beaucoup de plaisir, sans jamais se lasser ni de l’histoire ni des personnages, et avec le sentiment d’être vraiment au coeur du Swinging London.

Funny Girl parle de beaucoup de choses, et pas seulement de l’ascension fulgurante d’une jeune fille qui voulait devenir célèbre. Certes, on a là une success story qui se double d’un roman initiatique, mais plus que de la célébrité, ce livre parle du long et difficile chemin que chacun doit emprunter pour devenir soi-même et se libérer de ses peurs. Car aux côtés de Barbara, la galerie de personnages secondaires particulièrement attachants qu’on découvre souligne bien le propos du livre.

Avec Funny Girl, Nick Hornby nous livre un roman ambitieux et en même temps très divertissant. On découvre les coulisses des séries télé de la BBC dans les années 1960, période où la morale traditionnelle commence à se faire sérieusement chahuter par les mouvements artistiques et sociaux qui se font entendre. Les guitares tirent sur les violons, et on en redemande ! Les Beatles caracolent dans les hits parade, les jupes sont plus courtes que jamais, la comédie musicale Hair est un spectacle d’avant-garde et l’amour libre fait enfin souffler un vent de liberté sur une société trop conservatrice.

Dans un tel contexte, le feuilleton télé dont Barbara devient l’héroïne cristallise beaucoup de sujets de société de l’époque. Et c’est aussi l’occasion pour Nick Hornby de nous parler un peu de notre époque actuelle, qui croît être libre mais refuse d’aborder les questions de fond au profit du buzz médiatique creux et inutile. Parce que comme toujours dans les histoires de Nick Hornby, il n’y a pas que de l’humour, on trouve aussi une immense tendresse. Les personnages cachent tous leurs propres fêlures, et cette vulnérabilité leur confère une humanité formidable qui fait qu’on a envie de les prendre dans nos bras. Mention spéciale pour le tandem de scénaristes, très bien trouvé, qui émeut et fait sourire tour à tour.

Funny Girl est un très joli roman qui nous rappelle que Nick Hornby est un romancier rare, capable d’amuser et d’attendrir ses lecteurs avec des histoires dans l’air du temps. Ses talents de conteur font de ses livres des romans rares dans lesquels on a grand plaisir à se perdre quelques heures. Jusqu’aux toutes dernières pages, Funny Girl réserve des surprises aux lecteurs : et c’est bien ce qu’on attend d’un très bon roman.

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature étrangère. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Funny Girl, roman de Nick Hornby

  1. Alice dit :

    Je viens de le finir !
    j’ai beaucoup aimé, c’est aussi une de mes périodes préférées !

    J'aime

    • Alivreouvert dit :

      Quelle coïncidence !! Si tu aimes le Swinging London, je te conseille de lire Londres par hasard, le super roman d’Eva Rice. C’est le meilleur et il transporte vraiment le lecteur au cœur de la vie artistique de cette époque, le tout avec une histoire palpitante et une galerie de personnages fabuleux. Je l’avais chronique il y a deux ans et c’est resté mon coup de cœur !!

      Aimé par 1 personne

  2. Très bel article ! J’ai moi aussi beaucoup aimé ce roman, l’un de mes préférés de Nick Hornby 🙂

    J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s