Le Français, cette langue qui voyage #2

français-2

Après le succès de mon récent article sur les expressions francophones, j’ai décidé de vous proposer un nouvel article sur le même thème. Il faut dire que la langue française ne manque pas de créativité, et les différentes populations qui la parlent partout autour du monde ont su trouver des tournures originales, tendres, bizarres et surprenantes. Un bel exemple de la vivacité de notre langue et du fait que différentes cultures ont très bien réussi à se l’approprier. Dans mon premier article, je vous avais fait faire la connaissance de belles expressions, et je recommence aujourd’hui avec une nouvelle volée de jolis mots. Certains deviendront peut-être des expressions familières que vous pourrez caser dans vos conversations, qui sait ?

Faire le chat

On commence avec une expression qui nous vient de Belgique. Nos amis belges ne font pas l’école buissonnière : eux, ils font le chat. Il est vrai que la réputation de pacha paresseux du félin se prête très bien à l’idée au concept !

Mémérer

On pourrait penser que cette expression aurait à voir avec la mode et le fait d’être habillé comme une grand-mère, et pourtant pas du tout ! Ce verbe en provenance du Québec signifie « colporter des ragots ». Décidément, quelle image déplorable de nos grands-mères !

Attraper le black

On imagine que la très faible densité de population de Saint-Pierre-et-Miquelon doit rendre la vie sociale quelque peu terne. C’est certainement ce qui explique l’origine de cette expression très obscure pour des français de métropole. Attraper le black signifie « avoir le cafard », « être d’humeur morose ». Mais peut-être qu’il n’y a pas de cafard là-bas ? Ceci explique cela…

Être bleu de quelqu’un

Restons dans le registre de la couleur mais dirigeons-nous en Belgique. Chez nos amis belges, cette expression veut dire « être amoureux de quelqu’un ». Ce qui est drôle, c’est qu’en anglais « être bleu » (being blue) signifie être déprimé. Il y a un vrai manque de coordination sur la symbolique des couleurs. Donc, d’une langue à l’autre, faites attention à l’usage de la couleur bleue : vous risquez de ne pas faire passer les bons sentiments !

Au pas de caméléon

Ici, il faut imaginer l’allure d’un caméléon, animal assez rare dans l’hexagone. Apparemment, le caméléon est assez répandu au Congo pour que cette expression soit très claire. Aller à un pas de caméléon signifie qu’on va à deux à l’heure, qu’on marche très lentement. Une bien belle expression que je ne manquerais pas de recaser dès que j’en aurais l’occasion !

Être gros-cœur

On a la langue poétique sur l’île de La Réunion. Là-bas, les expressions sont belles et imagées. Être gros cœur signifie « être jaloux ». Et on comprend bien toute la tristesse dans l’expression. Une bien jolie création.

Dalasser

Il semblerait que la série Dallas ait eu un énorme succès au Sénégal, où un verbe a même été inventé en l’honneur de cette série américaine. Les sénégalais utilisent le verbe dalasser pour quelqu’un qui est trop prétentieux. « Il dalasse » : autrement dit, il se prend pour JR ! Bien vu et bravo pour cette invention.

Attache ta tuque !

Cette expression québécoise risque de laisser perplexes bien des français de métropole ou des francophones originaires d’autres contrées. Il faut dire qu’à première vue, on ne comprend pas du tout de quoi on parle. Et pourtant, si un canadien vous crie cette phrase, vous aurez intérêt à bien vous cramponner ! « Attache ta tuque ! » signifie « attention, ça va secouer ». Encore fallait-il le savoir ! Donc si un jour quelqu’un vous lance ces mots, vous êtes prévenus !

A fond loulou dans la caillasse !

Restons dans le registre du vocabulaire potentiellement dangereux. Si vous entendez cette phrase en Nouvelle-Calédonie, je vous conseille d’attacher votre ceinture ! « A fond loulou dans la caillasse » signifie « à toute vitesse ». Une bien belle expression à lancer à la cantonade, sur un mode enjoué, de préférence dans des auto-tamponneuses plutôt qu’au volant de la voiture familiale.

Glisser pour quelqu’un

Cette expression très tendre nous vient du Cameroun. Là-bas, les gens n’ont pas un faible pour quelqu’un : ils « glissent » pour quelqu’un. Un bel élan du cœur pour une expression charmante à adopter de toute urgence.

Publicités
Cet article a été publié dans Les Articles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Le Français, cette langue qui voyage #2

  1. Je connaissais être bleu de quelqu’un, par la chanson de Saint André  »Bleu de toi », c’est une expression romantique et poétique je trouve =)
    J’adore Dalasser ; ma mère est fan de Dallas je vais lui soumettre !

    J'aime

  2. Je connaissais être gros coeur, mais je n’ai pas de mérite, je suis à moitié réunionnaise haha.
    Dalasser est trop drôle !

    J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s