Ailleurs, plus loin : roman d’Amy Bloom

Ailleurs-plus-loinDepuis le début de cette année, les éditions Charleston ont lancé une collection de poche. Très bonne idée, car si leur catalogue déborde d’excellents romans, leur grand format peut parfois rebuter celles d’entre nous qui n’ont plus beaucoup de place dans leur bibliothèque. Et puis, avec un format poche, on peut se faire plaisir à petit prix, ce qui est également un excellent argument pour séduire les lectrices. Depuis le lancement de cette « petite » collection, j’ai été séduite par plusieurs romans et j’ai eu l’occasion de faire de belles découvertes. Ce mois-ci, j’ai plongé dans les pages d’un roman signé par Amy Bloom : Ailleurs, plus loin. Je ne connaissais pas l’auteure et je n’avais jamais entendu parler de ce livre, j’ai donc plongé dans ses pages en toute candeur. Malheureusement, à l’arrivée, mes impressions de lecture sont un peu mitigées…

Nous sommes à New York, dans les années 1920, et nous découvrons Lilian, une jeune immigrée juive. Son histoire a commencé en Russie où les pogroms ont décimé la famille de Lilian. Elle a du fuir et laisser derrière elle les corps sans vie de ses parents, de son mari et de sa petite fille Sophie. Hantée par le cauchemar de ce qu’elle a vécu, Lilian essaye tant bien que mal de survivre dans ce nouveau pays dont elle ne maîtrise pas encore la langue ni la culture. Elle vit dans la misère avec d’autres immigrés, travaille comme couturière dans un théâtre et tente par tous les moyens de s’en sortir. Mais cette jeune femme brisée n’a guère d’illusions sur ce qu’elle peut attendre. Pourtant, tout change quand une nouvelle lui parvient : la petite Sophie a réussi à s’enfuir avec l’aide de voisins. Elle est en vie et se trouve en Sibérie. Pour retrouver sa fille, Lilian va partir pour la plus dangereuse des aventures : traverser de vastes étendues, seule sans personne pour l’aider, sans ressources, mais avec l’espoir de revoir enfin sa fille.

Sur le papier, cette histoire m’avait donné très envie. Et c’est vrai que l’histoire de cette jeune femme qui cherche par tous les moyens à retrouver sa fille est à la fois puissante et touchante. Pourtant, je n’ai pas adhéré à ce roman et je suis comme qui dirait restée sur le quai à regarder passer le train. Pour être tout à fait honnête, je ne sais pas trop si c’est parce que le livre n’est pas assez bon ou si c’est tout simplement parce que j’ai lu un peu trop de livres dans ce genre cette année… Je vais donc quand même essayer de faire justice au livre pour vous en donner un aperçu objectif.

Parmi les points forts, j’ai trouvé que le choix du sujet était original et pertinent : je n’avais jamais lu un roman qui traite des pogroms, et donc j’ai appris certaines choses sur l’exil des populations juives qui sont allées se réfugier aux Etats-Unis en espérant y trouver une vie meilleure. Inutile de dire que la réalité n’a pas été au niveau de leurs attentes. La vie de la communauté d’expatriés juifs dans le New York des années 1920 est très bien rendue, et on sent qu’Amy Bloom s’est beaucoup documentée pour écrire son roman. Je trouve également que son personnage principal, Lilian, est particulièrement émouvant. Cette femme a été brisée par la vie, pourtant à aucun moment elle n’est dépeinte comme une victime. Amy Bloom s’attache plutôt à nous dépeindre l’histoire d’une survivante, d’une femme qui doit continuer d’avancer et qui doit se montrer forte quoiqu’il arrive. La détermination dont elle fait preuve pour trouver sa fille force l’admiration, et cette partie de l’histoire est vraiment une célébration de l’amour maternel.

En revanche, il y a plusieurs choses qui m’ont gêné pendant ma lecture, à commencer par la construction un peu décousue de la narration. Dans Ailleurs, plus loin, Amy Bloom fait systématiquement des allers-retours entre différentes périodes temporelles, mais sans vraiment prendre le temps de les différencier physiquement dans le texte. Le découpage des chapitres est donc un peu hasardeux et c’est parfois difficile de suivre pour savoir si on est dans le récit principal ou dans une digression. D’autre part, j’ai trouvé que l’auteur s’appesantissait beaucoup sur les aspects sordides de la condition de Lilian. Certes, le réalisme est important pour se genre de récit, mais la manière dont elle se retrouve régulièrement soumise sexuellement à des hommes m’a mise mal à l’aise. J’ai trouvé que ça rabaissait Lilian au rang de victime passive alors qu’au contraire le livre nous la monte comme une femme en mouvement, quelqu’un qui s’efforce de reprendre son destin en mains. Pour finir, le dénouement du livre (imprévisible, c’est vrai) m’a un peu laissée sur ma faim. J’ai terminé le roman en ayant la sensation frustrante que ce dénouement ne résolvait pas l’histoire.

Pour conclure, je dirais que Ailleurs, plus loin s’adresse en priorité aux lectrices qui aiment beaucoup les destins de femmes tragiques. Si vous cherchez un roman sympa pour vous remonter le moral, ce n’est pas du tout celui-là qu’il faut choisir. J’espère avoir été la plus objective possible dans ma lecture. Je n’oserais pas dire que ce roman est un mauvais livre, mais j’ai simplement été déçue parce que je m’attendais à autre chose. Du coup, je suis très curieuse de savoir ce que d’autres lectrices en ont pensé. Si vous l’avez lu, n’hésitez pas à partager vos impressions dans les commentaires.

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature étrangère. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Ailleurs, plus loin : roman d’Amy Bloom

  1. Pourquoi pas, l’idée de base est séduisante mais au vu de ce que tu en dis, je ne suis pas sure d’aimer…

    J'aime

  2. L’idée du roman était assez séduisante, il peut réellement donner envie! Mais ta chronique fait vite descendre ce sentiment ^^ Du coup ce n’est pas un livre vers lequel je me tournerais …

    J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s