Comment choisir votre roman historique ?

jane-austen

En ce mois d’avril placé sous le signe du roman historique, je ne pouvais pas passer à côté d’un petit guide pour vous aider à vous y retrouver dans les innombrables possibilités de lecture qu’offre ce genre. Il faut dire que le roman historique est un genre foisonnant… si on peut vraiment parler d’un genre. Aussi loin que remonte la littérature, il a toujours existé, mais sous des formes bien différentes. Lorsque les histoires ne se transmettaient encore que par la parole, les plus populaires étaient déjà des histoires du passé, retravaillées pour insister sur la dimension héroïque, l’émotion… Les grecs anciens s’intéressaient déjà au passé, et il suffit de lire les pièces de théâtre de leur époque qui nous parvenues pour nous en convaincre. Au fil des siècles, les auteurs n’ont jamais manqué de puiser dans le passé pour en tirer une bonne histoire, en respectant ou pas les faits réels. Après tout, l’imagination a le droit de chercher l’inspiration là où elle veut. Mais pour le lecteur qui souhaite se lancer dans le roman historique sans bien connaître, il faut dire que la tâche est difficile tant il y a de choix. Je vous propose donc de vous guider à travers les différentes catégories de romans historiques afin que vous fassiez plus rapidement votre choix.

Le « vrai » roman historique

Par définition, le roman historique est un roman qui se déroule dans une époque révolue. L’auteur fait évoluer ses personnages dans un temps qui appartient au passé en choisissant pour cadre une période qui va servir de décor à ses personnages. Si la période est réelle et ancrée dans une histoire factuelle, respectueuse de la vérité historique, les personnages sont pour leur part fictifs. C’est là le « vrai » roman historique par opposition à l’histoire fictionnalisée (voire plus bas).

Ce type de roman historique a longtemps été le plus populaire et le mieux représenté dans les librairies. Les auteurs n’hésitent pas à utiliser une période un peu exotique pour y déployer leurs histoires, qu’il s’agisse d’un simple roman ou de véritables sagas sur plusieurs générations. En règle générale, ce type de romans peut plaire à n’importe quel lecteur, pourvu que la période lui plaise. Le tout est donc de choisir une époque qui vous fait un peu rêver et de voir ensuite en librairie ce qui existe.

Pour vous donner des idées, voici une petite liste d’auteurs :

  • Les Enfants de la Terre, saga de Jean Auel (Préhistoire)
  • Plusieurs livres de Christian Jacq (Egypte ancienne)
  • Les Enfants d’Alexandrie, de Françoise Chandernagor (Antiquité)
  • Ivanhoé, de Walter Scott (Moyen-Âge)
  • Les Piliers de la terre, de Ken Follett (Moyen-Âge)
  • Les Chouans, de Balzac (révolution française)
  • Guerre et Paix, de Tolstoï (période pré-révolution russe)
  • Regeneration, de Pat Barker (Première Guerre mondiale)
  • Un Long Dimanche de fiançailles, de Sébastien Japrisot (Première Guerre mondiale)
  • L’Automobile club d’Egypte, d’Alaa El Aswany (Egypte dans les années 1940)
  • Toute la lumière que nous ne pouvons voir, d’Anthony Doer (Seconde Guerre mondiale)
  • Les Faux-Fuyants, de Françoise Sagan (Seconde Guerre mondiale)

L’histoire fictionnalisée

Deuxième sous-catégorie, l’histoire fictionnalisée est un roman historique qui ne s’intéresse pas forcément à la vérité historique. L’auteur utilise non seulement une période mais aussi des figures historiques pour leur faire dire ou faire des choses qui ne correspondent pas à ce qui s’es vraiment passé. Mais ce n’est pas grave : c’est de la fiction. Dans ces pages, vous pourrez trouver des rois, des ministres, des auteurs et tout un tas de noms illustres. Si un fond de vérité peut être présent, tout ne doit pas être pris pour argent comptant car la subjectivité et l’imagination de l’auteur ont tendance à s’emballer… presque comme s’il ne s’agissait que de personnages de fiction.

Ce genre de livres peut être intéressants pour les lecteurs qui ne sont pas trop attachés à la véracité historique ; Là encore, le but du jeu est de trouver une période qui vous fasse un peu rêver. Il y a du choix, et je vous mets ici les exemples les plus remarquables :

  • Les Rois Maudits, de Maurice Druon (Moyen-Âge)
  • La Reine Margot, d’Alexandre Dumas (Renaissance)
  • Les Trois Mousquetaires, d’Alexandre Dumas (règne de Louis XIII)
  • Le Montespan, de Jean Teulé (règne de Louis XIV)
  • Les Pyramides de Napoléon, de William Dietrich (conquête de l’Egypte par Napoléon)
  • La Liste de Schindler, de Thomas Keneally (Deuxième Guerre mondiale)

 

La romance historique

La romance historique est un sous-genre plus récent du roman historique. Je pense qu’elle n’a en fait qu’une vingtaine d’années, même si on doit réussir à trouver des livres antérieurs. La plupart du temps, ces livres s’adressent surtout à un lectorat féminin. Et même si c’est la dimension sentimentale qui est la plus mise en avant, il n’empêche que certains auteurs prennent plaisir à bien planter le décor. Le réalisme dépend donc du genre d’auteur à qui vous avez à faire.

Il y a beaucoup de choix, et les lectrices adeptes de romance n’auront aucun mal à voyager dans le temps pour trouver un soupçon d’exotisme. Le côté carte postale fonctionne en général très bien dans ces romans. Robes en crinoline et mariages arrangés sont presque toujours au menu, mais quelques pépites sont au-dessus de la mêlée. Je vous en livre ici quelques uns, mais vous n’aurez aucun mal à trouver beaucoup (mais alors beaucoup) plus de choix en librairie :

  • Deux sœurs pour un roi, de Philippa Gregory (Henri VIII)
  • La Mer en hiver, de Susanna Kearsley (Ecosse pendant la révolte jacobite)
  • L’Allée du roi, de Françoise Chandernagor (règne de Louis XIV)
  • Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell (guerre de Sécession)
  • Suite Française, d’Irène Nemirovsky (Seconde Guerre mondiale)

Le roman policier historique

Le roman policier est un genre tellement riche qu’il a bien évidemment mis un pied dans le passé en s’octroyant un petit bout de territoire sur le roman historique. Le résultat est en général très distrayant et on trouve de très bonnes choses. En général, il faut vraiment être fan d’histoire pour adhérer à ce type de romans car si l’auteur a pris la peine de déplacer son intrigue dans le temps, c’est forcément que le climat historique va jouer un rôle dans son livre.

Il existe des romans policiers historiques pour à peu près toutes les périodes. Qu’il s’agisse de sagas ou de livres isolés, vous n’aurez aucun mal à vous faire plaisir avec une bonne enquête, le tout plongé dans une période temporelle différente de la nôtre. A ce jeu-là, les auteurs français sont d’ailleurs très bien représentés. Jean-François Parot et Claude Izner sont parmi les auteurs les plus lus dans ce sous-genre, et leur succès n’est pas volé. Ce sont des valeurs sûres vers lesquelles vous pouvez vous tourner sans problème.

  • Le Nom de la Rose, d’Umberto Eco (Moyen-Âge)
  • Les aventures de Cadfael, d’Ellis Peters (Moyen-Âge)
  • Les enquêtes de Nicolas Le Floch, de Jean-François Parot (Louis XV-Louis XVI)
  • Les livres de Claude Izner dans le Paris de la Belle Epoque
  • Les enquêtes de Miss Fisher, de Kerry Greenwood (Australie dans les années 1920)

Le steampunk/la fantasy

Alors là, je sens que je ne suis pas loin de vous perdre ! Mais n’ayez crainte, j’ai de bons arguments. C’est vrai que la fantasy et le Steampunk ne sont pas à proprement parler des romans historiques. Toutefois, ils en sont un peu les enfants bâtards. Je m’explique : la plupart des romans de fantasy ou de steampunk déploient des mondes imaginaires qui ne sont pas sans rappeler des romans historiques. Souvent, ils s’inspirent de périodes bien réelles en les retravaillant pour aller davantage dans l’imaginaire. Beaucoup de titres parus dans ces catégories ont rencontré un immense succès, et ils sont largement inspirés de romans historiques. Le meilleur exemple est sans conteste Le Trône de fer, dont l’auteur lui-même revendique l’inspiration des Rois Maudits.

Je ne vous mets que deux exemples ici. Le premier attirera un public assez exigeant ; le second est plus axé vers des jeunes lectrices. Les deux méritent qu’on s’y attarde, ne serait-ce que pour voir que le roman historique va plus loin que ce qu’on pourrait penser à première vue !

  • Mémoires de Zeus, de Maurice Druon
  • Outlander, de Diana Gabaldon

La biographie romancée

Les personnages historiques passionnants ne manquent pas. Et depuis quelques années, c’est devenu très à la mode de dépasser le stade de la biographie pour accaparer une figure connue comme on le ferait d’un personnage de fiction. Ce croisement entre le roman et la biographie est plus ou moins heureux selon le talent de l’auteur et son intention de départ. Je vous mets ici des livres que j’ai lus et que j’ai beaucoup aimés. Ils sont à mon sens un très bon compromis entre la rigueur de la biographie et la créativité du roman.

  • L’Aviatrice, de Paula McLain
  • Moura, la mémoire incendiée, d’Alexandra Lapierre
  • Charlotte, de David Foenkinos
  • Oona et Salinger, de Frédéric Beigbeder

J’espère que cette petite sélection vous a plut et vous a donné des idées de lecture. Le roman historique peut vraiment convenir à des lecteurs aux goûts très différents. Loin d’être un genre poussiéreux, il attire toujours plus d’auteurs et déploie des trésors d’inventivité pour séduire de nouvelles générations de lecteurs. C’est l’occasion de voyager dans l’espace et dans le temps, de rêver un peu en se déconnectant totalement de la vie quotidienne. Et après tout, n’est-ce pas l’essentiel quand on lit un livre ?

Publicités
Cet article a été publié dans Les Articles, Listes d'idées de lecture. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Comment choisir votre roman historique ?

  1. Avant de me lancer dans les genres de l’imaginaire, je ne jurais que par les romans historiques (et j’adorais la série des Cadfael), et à présent, je ne l’aborde plus que sous l’angle de l’uchronie – un genre assez exigeant la plupart du temps, qui demande quelques connaissances historiques en amont. 🙂 Merci donc pour ce rappel!
    Et je me permettrai, pour les amateurs de romans historiques – surtout d’histoire fictionnalisée – de recommander les romans de Pauline Gedge qui se déroulent en Egypte ancienne (en particulier « Les Enfants du Soleil », et la trilogie « Seigneur des Deux-Terres »). Pour les enquêtes historiques, j’étais assez fan des aventures de Marcus Didius Falco de Lindsey Davis, dans la collection Labyrinthe. Je ne sais pas s’ils sont encore édités, mais l’auteur nous entraînait dans la Rome post-Néron dans des récits à la première personne, conté par un personnage principal à l’humour dévastateur. De plus, les enquêtes, empreintes d’aventures aux quatre coins de l’empire, étaient très bien menées.
    Bref, de quoi remplir encore une PAL! 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. WordsAndPeace dit :

    Dans histoire fictionnalisée, je voudrais ajouter un de mes auteurs préférés : Bernard Cornwell (à ne pas confondre avec Patricia!). Je lis sa série sur l’histoire saxonne. Mais il en a aussi sur Napoléon, sur le Graal, et d’autres. Vraiment très bien écrit, personnages très développés, sérieuse étude historique

    J'aime

  3. Quelques livres que j’ai lu, d’autres dans ma PAL ou ma WL mais en tout cas un article très intéressant ! =)

    J'aime

  4. Merci pour cet article très utile. Je n’y connais rien en roman historique, ça m’aidera pour choisir !

    J'aime

  5. fanalbleu dit :

    a chaque lecture d’Autant en emporte le vent, je suis frappée par la dimension historique de cet ouvrage ; la romance passe au second plan, du coup. Il me semble que c’est surtout une sorte de témoignage, de tableau social qui évoque un âge d’or (le Sud avant la guerre) puis directement un âge de fer (la guerre, puis le reconstruction, avec le pillage organisé de l’ancien Sud par les Yankees). Qu’en pensez-vous ?

    J'aime

    • Alivreouvert dit :

      Je dois avouer malheureusement que je ne garde pas un très bon souvenir de ma lecture d’Autant en emporte le vent : j’ai détesté l’héroïne ! Par contre, je me souviens effectivement qu’il y a une dimensions historique très présente, un peu à la manière de Guerre et Paix. C’est sans doute dû au fait que la romancière, Margaret Mitchell, était elle-même sudiste. Ce roman est certainement le plus grand roman sudiste de la littérature américaine, et l’époque de sa parution il a permis de faire exister une culture qui était jugée minoritaire et archaïque aux Etats-Unis. Pour un lecteur français, je pense en effet que la fresque historique est plus séduisante que l’histoire d’amour. En tout cas, moi je n’avais pas été très réceptive aux malheurs de Scarlet !!

      J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s