Visite à Scotland Yard

Scotland Yard logo

Les fans d’histoires policières sont forcément familiers avec l’institution dont je vais vous parler aujourd’hui. Car pour faire honneur à notre mois du roman policier, je ne pouvais pas faire l’impasse sur un nom qui apparaît régulièrement dans les romans policiers anglais, j’ai nommé : Scotland Yard. Les lecteurs français savent vaguement que cette institution policière a son siège à Londres, et que son but est de trouver et d’arrêter les coupables des crimes… enfin, quand ils n’ont pas besoin du renfort intellectuel d’un détective privé qui fume la pipe ! Scotland Yard apparaît notamment dans plusieurs enquêtes de Sherlock Holmes, mais elle a aussi vécu pas mal d’aventures de fictions dans d’autres livres, ainsi qu’à la télévision et au cinéma. Je vous propose une balade londonienne pour en apprendre plus sur cet endroit encore un peu mystérieux.

Il était une fois, en 1829, une ville nommée Londres dans laquelle le taux de criminalité était pour le moins important. Pour faire face à ces troubles à l’ordre public, une nouvelle force de police fut créée dans la ville : le Metropolitan Police Service. C’est à un certain Sir Robert Peel (ce serait formidable qu’il y ait un lien de parenté avec Emma Peel !) qui a eu l’idée de cette création. Pour nous français, Scotland Yard est un peu l’équivalent du 36 quai des Orfèvres à Paris car c’est le siège de la police judiciaire le Londres. Mais là où notre 36 quai des Orfèvres n’a jamais bougé de place depuis sa création, Scotland Yard au contraire a plutôt vécu dans les cartons : ils déménagent une première fois en 1890 pour s’agrandir et s’installer sur le Victoria Embankment (au bord de la Tamise, où l’immeuble existe toujours), et le nom change alors en New Scotland Yard pour plus de clarté ; second déménagement en 1967 dans de beaux locaux neufs, mais on ne change pas le nom pour autant ; cette année, Scotland Yard doit encore déménager car le bâtiment qui les abritait a été vendu en 2014. La constance ne semble pas être une de leurs forces…

Anciens locaux de Scotland Yard sur la Tamise

Anciens locaux de Scotland Yard sur la Tamise

Mais au fait, pourquoi ce nom de Scotland Yard ? Les premiers locaux étaient abrités dans un immeuble au numéro 4 de Whitehall Place. Mais l’accès pour le public se trouvait dans la rue de Great Scotland Yard. Le nom de cette entrée devient le symbole de l’institution pour le grand public, un peu comme quand on utilise le nom de la Place Beauvau en France pour désigner le ministère de l’Intérieur. Ce nom est resté si populaire auprès des Anglais que les déménagements successifs de la police n’ont pas suffit à faire perdre ce surnom.

Là où la réalité dépasse la fiction, c’est qu’en 1880, alors que les ouvriers travaillent sur le chantier du New Scotland Yard, ils découvrent le cadavre démembré d’une femme. Les policiers sont appelés sur place, font les constatations et ouvrent une enquête. Elle ne sera jamais résolue et ils n’ont pas réussi à arrêter le meurtrier de cette femme jamais identifiée. Si seulement Sherlock Holmes avait été là ! Le dossier est connu sous le nom du Mystère de Whitehall. Ça ferait un excellent titre de roman. Autre élément troublant : les forces de l’ordre de Scotland Yard ont mis au point une base de données nationale pour aider les enquêteurs dans leurs recherches. Le programme se nomme Home Office Large Major Enquiry System, et son acronyme est dont HOLMES. Son didacticiel porte aussi un nom : ELEMENTARY. Ah, l’humour anglais…

Du côté de la littérature, les inspecteurs les plus célèbres de Scotland Yard sont bien sûr Lestrade, que Sherlock Holmes côtoie un certain nombre de fois, et Japp, compagnon lui de Hercule Poirot. Deux limiers qui ne brillent pas forcément par leur intelligence. Ian Fleming a également placé quelques représentants du « Yard » dans certains de ses romans, mais sans leur donner plus d’importance que ça. Jules Verne lance aussi un policier de Scotland Yard sur les traces de Phileas Fogg dans son formidable Tour du monde en 80 jours. Autant d’aventures pour un enquêteur qui se trompe sur toute la ligne et manque de faire échouer le héro dans sa course contre la montre. Scotland Yard : figure incontournable mais forcément impressionnante ?

Toujours est-il que si passez quelques jours à Londres, vous pourrez toujours aller voir les bureaux historiques de Scotland Yard et vous imprégner d’un morceau de l’histoire littéraire anglaise.

Belle visite à tous !

Publicités
Cet article a été publié dans Lieux célèbres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Visite à Scotland Yard

  1. Je ne savais pas qu’on pouvait visiter les lieux !
    Les anecdotes sont sympas, notamment le programme HOLMES 😉

    J'aime

  2. Ah l’humour anglais, comme tu le dit, c’est dingue ! J’adore ! =)

    J'aime

  3. Wah, chouette cet article 😀

    J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s