Amadeus, le film qui fit de Mozart une rockstar

Amadeus

Je prends peut-être un pari risqué, mais je pense que tout le monde connaît de près ou de loin le célèbre film de Milos Forman : Amadeus. Consacré à la vie de Mozart, cette oeuvre monstrueuse entrée dans l’histoire du cinéma mondial comme le plus grand biopic de référence a rencontré un accueil pour le moins enthousiaste auprès du public, à tel point que le temps n’a pas entamé le capital sympathie dont le film jouit. Et si je vous dis qu’en fait ce film est une adaptation d’une pièce de théâtre russe de 1830, le croiriez-vous ? L’information est surprenante, mais encore une fois, c’est dans un bon livre que le cinéma est allé chercher l’inspiration d’un grand film…

L’histoire d’Amadeus est celle d’un petit garçon né avec des prédispositions naturelles pour la musique. Doué d’une intelligence rare, Wolfgang Amadeus Mozart a été élevé par ses parents dans la croyance qu’il était la huitième merveille du monde. Alors évidemment, ça partait mal ! Formidable musicien, compositeur de génie, le jeune homme se distingue aussi par une attitude désinvolte que ses facilités en musique ne font que renforcer. La musique coule en lui comme le sang dans ses veines, et il semble même que son indocilité soit justement le secret de son inspiration. On l’acclame en criant au génie, et même Salieri, compositeur/courtisant d’origine italienne, ne peut pas le nier. Il se sent impuissant face à ce rival brillant, et il a beau travaillé de façon acharnée, il ne parvient pas à égaler le sale gosse de Salzbourg. Son rival va devenir son obsession, et c’est dans les yeux de Salieri que l’on va découvrir l’histoire de Mozart, l’homme qui est devenu une légende de la musique au point d’être mondialement connu, bien des siècles après sa mort.

Mozart bien sûr, c’est le compositeur par excellence. Au point que si on faisait un micro-trottoir en demandant aux gens de citer des compositeurs, son nom serait certainement cité par tout le monde, et même en tête de nos compositeurs nationaux. Le mystère Mozart, c’est justement cette côte de popularité inébranlable. Même les gens qui n’y connaissent rien en musique classique sont capables de citer Mozart. Loin de l’image austère des autres compositeurs classiques, il nous est parvenu sous les traits d’un punk avant l’heure, un personnage hautement sympathique grâce à sa légèreté et à son inconséquence.

Mais derrière la célébrité, il y a plus prosaïquement la clef de son succès : ce don formidable qu’il semble avoir reçu et qui a fait de lui un musicien génial. Alexandre Pouchkine, l’auteur russe, sent bien qu’il y a quelque chose à faire avec cette idée, et il développe ce thème dans une pièce dramatique qui va rencontrer un grand succès au moment de sa création en 1830 : Mozart et Salieri. Dans ce drame, le personnage principal est Salieri, le compositeur italien hanté par cette injustice : l’indocile a droit au génie, et le « gentil » n’obtient que la seconde place. Cette écriture thématique sur le don, l’injustice du don, et le fait que la narration se fonde du point de vue du médiocre a donné toute la puissance à la pièce de Pouchkine.

C’est dans cette pièce de théâtre russe que Milos Forman et son scénariste sont allés puiser l’inspiration pour leur propre film. Et quelle que soit la dimension épique du film, sa grandiloquence du fait de ses décors et de la richesse de ses costumes, c’est véritablement le thème du film qui le rend grandiose. Car l’histoire de Mozart et de Salieri est à la fois très intime et très universelle. C’est celle de deux solitudes : celle du génie qui n’a pas d’égal avec qui échanger, et celle du médiocre qui se rend compte qu’il ne pourra jamais se hisser à la première place. Une superbe histoire à découvrir absolument si vous n’avez pas déjà vu ce film.

Publicités
Cet article a été publié dans Films. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Amadeus, le film qui fit de Mozart une rockstar

  1. juneandcie dit :

    Le film préféré d’Alexandre Astier, et celui qu’ il aurait voulu avoir réalisé si ma mémoire est bonne. J’aime beaucoup ce film car en un sens il désacralise un peu Mozart, il le fait plus humain sans pour autant nier son incroyable génie. 😊

    J'aime

    • Alivreouvert dit :

      Ah oui ? En un sens ca ne m’étonne pas car il a l’air féru de musique classique, notamment avec son superbe spectacle Que ma joie demeure. Tu as raison de dire qu’on voit l’homme dans le film, et pas seulement le génie. Il est touchant et accessible, ce qui rend le film encore plus fort.

      Aimé par 1 personne

  2. Blanche Mt.Cl. dit :

    J’adore ce film. C’est un de mes préférés. La mise en scène est brillante et la musique utilisées au poil. 🙂 Mais je croyais que c’était l’adaptation d’une pièce anglaise de Peter Shaffer, « Amadeus » (qui est repassée à Paris au théâtre il y a quelques années). Après c’est peut-être une pièce qui s’est elle-même inspirée de Pouchkine…

    J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s