L’Amour des Loving, roman de Gilles Biassette

Amour des loving-crg.inddLa chronique d’aujourd’hui est consacrée à ce qu’on peut appeler une perle rare. L’Amour des Loving est un livre que les éditions BakerStreet ont eu la grande gentillesse de m’envoyer. Jusqu’à présent, j’avais surtout aimé les titres légers de leur catalogue, et je ne m’attendais pas un livre aussi sérieux. Pourtant, les arguments pour s’intéresser à ce livre ne manquent pas : une plongée dans l’histoire américaine, avec un focus sur la ségrégation et l’élection de Barack Obama, l’enquête d’un journaliste entêté… autant d’éléments qui promettent une histoire intéressante et qui valent de lire cet excellent roman.

Tout commence par l’élection de Barack Obama au poste de Président des Etats-Unis. L’effervescence de l’élection coïncide avec un événement historique : un homme noir devient pour la première fois président du pays. Avec une histoire fortement marquée par la ségrégation et les haines entre communautés, c’est tout un symbole. Et pour le journaliste John Bouvier, c’est aussi l’occasion de faire le portrait de l’ancien homme fort du Sud, le sénateur à la retraite Harry Connors, ancien fer de lance de la ségrégation, et qui a pourtant apporté son soutien à Obama. Le journaliste décroche une interview avec le politicien vieillissant au cours de laquelle Connors va lâcher (malgré lui ?) quelques mots sur l’affaire des Loving, un couple qui avait déclenché un scandale en Virginie dans les années 1950. Leur crime était simple : s’aimer. Le motif du scandale était tout aussi simple : un homme blanc n’étais pas sensé épouser une femme noire. En pleine lute pour les droits civiques, leur histoire personnelle va rencontrer la grande histoire en marche… une marche du temps contre laquelle le sénateur Harry Connors, alors en route pour la présidentielle, ne veut pas entendre parler. Et d’ailleurs, cette histoire de mariage mixte pourrait bien trouver un écho plus intime qu’il n’y parait dans la vie du sénateur.

Vous l’aurez compris, dans ce roman, Gilles Biassette alterne les époques pour confronter deux Amériques : celle qui ne veut pas que les blancs et les noirs se fréquentent, et celle qui élit un président noir. En à peine quelques décennies, les choses ont changé. Mais quelles sont les étapes qui ont mené là ? C’est un peu la question que l’auteur pose en abordant le fait divers des Loving. J’en profite d’ailleurs pour préciser que ce roman est basé sur deux histoires vraies : les Loving ont vraiment existé et ils ont réellement subi l’opprobre des autorités à cause de leur mariage ; et le sénateur Connors est inspiré par un autre sénateur sudiste qui a réellement existé.

Je ne connaissais pas du tout l’histoire des Loving. En tant que lectrice française, je suis familière de Rosa Parks et de Martin Luther King, mais je ne connais pas tous les faits divers de la lutte pour les droits civiques (et ils ont malheureusement été aussi cruels que nombreux). L’histoire des Loving est intéressante car elle semble romantique : un couple qui s’aime envers et contre tout. Mais c’est tout de même l’histoire triste et véridique de deux personnes qui ont dû se battre contre à peu près tout le monde pour avoir le droit de rester mariés. Une histoire qui a déjà un fort potentiel romanesque.

En croisant cette histoire avec l’enquête d’un journaliste, on obtient un schéma classique (très souvent utilisé au cinéma) : la course pour découvrir la vérité malgré les embûches, la lutte pour faire émerger la réalité des faits. Et ce n’est peut-être pas très original, mais c’est très efficace. D’abord parce que ça permet de donner au lecteur toutes les informations dont il a besoin pour comprendre le contexte de l’époque, et ensuite parce que ça offre un suspens intense tout au long du roman.

J’ai beaucoup aimé ce roman parce qu’il est passionnant, très bien documenté, très éclairant sur une période difficile. Gilles Biassette ne fait pas le procès de la société américaine de l’époque, il ne sort pas les violons pour faire pleurer dans les chaumières : il raconte simplement une histoire qui mérite d’être racontée, qui mérite qu’on s’en souvienne. Il fait revivre pour nous le Sud des Etats-Unis dans les années 1950, les difficultés quotidiennes des noirs à cause des lois ségrégationnistes. Et notamment, il montre bien comment la politique a tenu un rôle très important dans le cas des Loving car c’était une histoire qui devait servir d’exemple.

Ce roman est passionnant de bout en bout. Ce n’est certes pas une histoire drôle, mais c’est une formidable histoire sur la lutte des gens pour la reconnaissance de leurs droits. C’est une plongée au coeur de l’histoire d’autant plus poignante qu’elle ne parle pas de militants mais de gens ordinaires qui ne revendiquent rien : ils souhaitent juste se marier. C’est certainement parce qu’il y a quelque chose d’ordinaire dans cette histoire qu’elle m’a autant touchée et émue.

En bref, un très beau livre à découvrir de toute urgence. Si vous avez aimé « La Couleur des sentiments » et d’autres livres sur le même sujet, vous devriez adorer ce roman.

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature française. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’Amour des Loving, roman de Gilles Biassette

  1. Ping : Quand la presse parle d’amour… | Éditions Baker Street

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s