Les Petits Meurtres d’Agatha Christie

agatha-bisBonne nouvelle : avec l’arrivée du printemps nous avons assisté au retour sur petit écran des Petits meurtres d’Agatha Christie sur France 2. Souvenez-vous, cette série adaptée des intrigues d’Agatha Christie mettait en scène un duo de policiers interprétés par Antoine Duléry et Marius Colucci, mais après plusieurs saisons de bons et loyaux services, nos deux acteurs ont raccroché. France 2 s’est donc trouvée face à un cruel dilemme : arrêter une série à succès ou recruter de nouveaux éléments.

C’est chose faite avec cette nouvelle saison. On peut même dire qu’il s’agit d’une nouvelle sérié car l’histoire a été transposée dans une nouvelle époque, les années 1950, mais les histoires ont toujours pour décors le Nord de la France. Et pour mieux marquer la rupture par rapport à la première version, les producteurs ont eu une bonne idée : changer carrément de tandem. Désormais, le couple d’enquêteur est composé d’un flic solitaire et d’une journaliste. Ça change agréablement !

Dans le premier épisode diffusé la semaine dernière (et adapté de Jeux de glace) , nous faisons connaissance avec le commissaire Laurence et Alice Avril. Le commissaire, originaire de Paris, vient juste d’être promu et il a plutôt l’habitude de travailler seul. Il semble avoir un faible pour les voitures de course et les belles femmes, mais il s’intéresse aussi aux gadgets modernes tels que les micro appareils photo. Visiblement passionné par son métier,  il suit de très près les avancées faites aux États-Unis et n’hésite pas à utiliser des techniques de pointe pour mener ses enquêtes.

Il croise rapidement sur sa route Alice Avril, journaliste pour la Voix du Nord. Cette jeune femme moderne qui porte des jeans et conduit un scooter a bien du mal à avancer dans sa carrière : coincée par un rédacteur en chef misogyne qui lui fait des avances, et une rubrique du courrier du cœur peu passionnante, elle voudrait bien avoir un vrai travail de reporter. Et lorsqu’un meurtre est commis dans une institution de la région, elle n’hésite pas à se mêler à l’enquête de police pour trouver un scoop.

Pour dire les choses rapidement, la mise en place de l’intrigue de ce premier épisode était très maladroite, bien loin de la qualité habituelle des épisodes. Les personnages secondaires sont mal esquissés au départ, et il faut attendre un certain temps pour que les choses se mettent clairement en place. En revanche, la reconstitution historique est toujours aussi soigneuse et riche en détails. Le tout, très coloré, apporte un charme unique et très agréable à l’ensemble.

La vraie attente concernait le nouveau duo d’enquêteur, et là on n’est pas déçu ! Très bonne pioche niveau comédiens : Samuel Labarthe quitte la scène de la Comédie Française pour se glisser à merveille dans le costume du commissaire. Il y apporte une touche de classe très années 1950 qui fait tout de suite penser aux stars américaines de l’époque. Le seul hic concerne sa voix : j’étais très déstabilisée car elle me rappelait quelqu’un, mais c’est normal vu que l’acteur double Georges Clooney !

Et sa contrepartie féminine n’a rien à lui envier. Blandine Bellavoir est formidable dans ce rôle très dynamique et moderne. Son charme naturel et son expressivité confèrent à son personnage une joie de vivre rafraîchissante.

D’emblée, on remarque que le duo fonctionne très bien. Des répliques bien ciselées apportent aux dialogues un rythme vivant et très agréable. Les deux personnages ne s’entendent pas du tout. Ils n’ont rien en commun, et se retrouvent contraints de faire équipe par la force des choses. Ce pourrait être un cliché, mais la situation est bien traitée. Un rapport d’égalité s’installe petit à petit entre les deux, au contraire du duo La Rosière/Lampion, dans lequel le rapport de force était toujours à l’avantage de La Rosière.

Ici, les classiques volent un peu en éclat. Le milieu de l’enquête devient plus féminin. Dans les premières saisons, le commissariat était un univers exclusivement masculin : on n’y voyait que des hommes, mis à part les suspects. Dans cette nouvelle version, le commissaire Laurence semble seulement entouré de femmes : sa secrétaire Marlène (une excellente trouvaille comique) et la journaliste Alice Avril qui devient son alter ego. Ce changement rafraîchissant apporte une touche de modernité bienvenue, ce qui permet une véritable coupure par rapport à l’ancien duo de policiers.

Cette première diffusion a été couronnée de succès puisque dans le classement des émissions en replay (effectué par allociné), cet épisode s’est classé en première position, devançant de redoutables adversaires tels qu’On n’est pas couché et The Voice. Souhaitons que le second épisode diffusé ce soir enregistre aussi un bon score. Préparez-vous donc pour un Meurtre au champagne !

Publicités
Cet article, publié dans Séries télé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s