Oscar Wilde et le meurtre aux chandelles, de Gyles Brandreth

oscarÉtant une fan inconditionnelle de la littérature anglo-saxonne, je suis évidemment toujours à l’affût d’une nouveautés rendant hommage aux classiques que j’aime tant. Et comme beaucoup de lecteurs attirés par l’autre côté de la Manche, j’ai un faible pour Oscar Wilde, l’un de mes auteurs irlandais préférés.

Il y a quelques années, j’ai eu la chance de découvrir par hasard, lors de mes vacances, l’excellent roman de Gyles Brandreth : Oscar Wilde et le meurtre aux chandelles. A la fois roman policier et roman d’époque, teinté de biographie et de nombreux clins d’œil à l’histoire littéraire, ce livre mêle avec brio personnes réelles et personnages de fiction, le tout se confondant parfois pour le plus grand plaisir du lecteur.

L’histoire est donc centrée sur Oscar Wilde. Le célèbre dandy s’est déjà fait un nom dans la bonne société de Londres, et ses bons mots font mouche. Sauf que sa vie va basculer le jour où il découvre un jeune homme de sa connaissance mort assassiné dans un quartier mal famé de Londres, et dans des conditions pour le moins troubles. Oscar Wilde décide de venger son ami en faisant la lumière sur son meurtre. Sans compter qu’une enquête n’est pas pour déplaire à l’intelligence hors paire de notre génial auteur.

Comme dans tout bon roman policier, il faut bien un second couteau qui serve de narrateur à l’intrigue. Et nous trouvons notre homme sous les traits de Robert Sherard, auteur et ami d’Oscar Wilde, qui va suivre ce dernier dans les différents rebondissements de l’enquête. Et bien qu’il ne soit pas aussi vif que notre exubérant auteur, il apporte la juste touche de naïveté qui ravira les fans du roman policier « à l’anglaise ».

Au fil des étapes de l’histoire, de nombreux personnages historiques croisent la route de nos deux enquêteurs amateurs. Le plus remarquable d’entre tous est sans conteste Arthur Conan Doyle, qui vient tout juste de publier Une étude en rouge et de gagner une notoriété bien méritée avec son célèbre détective Sherlock Holmes. Sa rencontre avec Oscar Wilde est particulièrement savoureuse et voit naître une belle amitié, basée sur un respect et une admiration mutuelle pour les capacités de chacun des deux hommes. Brandreth a même l’idée d’utiliser Oscar Wilde comme source d’inspiration pour les futures histoires de Sherlock Holmes. Une intertextualité qui amusera plus d’un lecteur, j’en suis sûre.

Je voudrais souligner un point que j’ai beaucoup aimé dans ce livre : il est écrit par un vrai fan d’Oscar Wilde. Ça se ressent à chaque page : Gyles Brandreth connait par cœur son personnage. On retrouve tout ce que l’on s’imagine de la personnalité complexe et fascinante d’Oscar Wilde, sa bonne humeur, son esprit vif et brillant, ainsi que les parts plus sombres qui peuvent subitement se dévoiler. D’ailleurs, Brandreth utilise très souvent des aphorismes de l’auteur qu’il dissémine dans le texte du roman, comme autant de clins d’œil à collectionner au fil de la lecture.

Il faut aussi reconnaître à Brandreth une connaissance approfondie de l’époque dans laquelle il situe son action. Le Londres de l’époque renaît sous nos yeux, et l’auteur a visiblement fait beaucoup de recherches avant d’écrire. Il ne nous fait pas seulement visiter la bonne société londonienne, celle des grands restaurants, des maisons de bonnes familles et des belles dames, mais il nous donne également à voir les bas-fonds d’un monde en plein changement, qui s’industrialise et cache la pauvreté dans des taudis à la limite de la ville, loin de la lumière des beaux quartiers. Une réussite pour le récit, qui offre aussi une galerie de personnages intéressante et variée.

En ce qui concerne l’intrigue, elle est bien ficelée et tient le lecteur en haleine de bout en bout. De toute manière, on prend tellement de plaisir à suivre Oscar Wilde que l’intrigue, sans devenir secondaire, reste plus un prétexte que le point d’attention principal du lecteur.

En bref, on passe un très bon moment dans les pages de ce livre. Si vous êtes fan de romans policiers un peu originaux, ou si vous êtes accro à la littérature anglo-saxonne, ce livre est fait pour vous. Les lecteurs assidus de Jasper Fforde y retrouverons la curiosité passionnante qui leur a tant plut dans l’Affaire Jane Eyre. J’ai adoré ce roman et je le recommande à tout le monde ! Et la très bonne nouvelle, c’est que nous sommes nombreux de par le monde à avoir aimé ce livre, ce qui explique ce soit devenu une véritable saga. Gyles Brandreth a déjà écrit plusieurs livres. J’en ai lu quatre, et je dois bien avoué que je les ai tous beaucoup apprécié. A lire donc sans modération !

Publicités
Cet article, publié dans Roman policier, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s