La 27e lettre de l’alphabet

Eh oui, vous avez bien lu : notre alphabet contient encore des surprises, même une fois qu’on croit l’avoir bien appris par coeur à l’école ! Mais ne vous découragez pas : l’Académie Française ne vient pas soudainement de sortir une nouvelle lettre de son chapeau. Il s’agirait plutôt d’un trésor retrouvé.

Je m’explique. Dernièrement je me suis penchée sur le cas de l’esperluette, alias « & ». Vous connaissez tous ce signe désormais très courant dans les noms de compagnie et dans le langage informatique. Mais que savez-vous au juste de ce signe ? Classé parmi les caractères spéciaux, il s’agit en fait de notre ancienne 27e lettre de l’alphabet !

Notre histoire remonte au temps des romains. Il semblerait que ce soit à Tiron, l’un des scribes de l’empereur Cicéron, que l’on doive l’invention de ce sigle, qui n’est autre que la ligature des lettres « e » et « t ». Autrement dit, pour ne pas avoir à écrire « et », le scribe employait le signe « & ». Il gagnait ainsi du temps et de l’espace. Cette création de Tiron est rapportée mais pas prouvée.

En tout cas ce qui est certain, c’est que ce tuyau est encore connu des moines copistes au Moyen-Âge. Car avant Guttenberg, souvenez-vous que tous les textes étaient écrits à la main. Belle caligraphie certes, mais l’information circulait mal du fait du nombre restreint de textes écrits. A l’époque, écrire un texte prenait du temps et ça coûtait cher : le parchemin et l’encre n’étaient pas spécialement bon marché. D’où l’importance pour les moines de gagner de la place et du temps en utilisant cette abréviation utile et pour le moins esthétique : « & ».

L’usage était très large : dès qu’un moine devait écrire « et », il utilisait à la place « & ». Par exemple, vous pouviez trouver le mot « béret » écrit « ber& ». Logique ! Avec l’invention de l’imprimerie, cet usage se raréfie. Et au fil du temps, les petits écoliers continuent de réciter un alphabet de 27 lettres avec l’esperluette à la fin, après le « z ».

C’est au XIXe siècle que notre beau caractère se voit déclasser. Sous l’impulsion des anglo-saxons, l’esperluette est rétrogradé au rang de caractère spécial. Elle n’est plus usitée dans les textes courant et son usage est restreint aux noms d’entreprises : Nature & Découvertes par exemple. Mais maintenant que j’ai découvert ça, je vais ardemment militer pour la réintroduction de l’esperluette dans l’écriture courante. Je la placerais de temps en temps, juste pour le plaisir !

Mais au fait, pourquoi ce nom d’esperluette ? Je n’ai pas trouvé de source totalement fiable, et il semble que l’origine précise se soit perdue dans les aléas historiques. Il existe toutefois une explication qui me plaît beaucoup : c’est parce qu’en lisant ce caractère, on l’espère lu « ète » !

Publicités

3 réflexions sur “La 27e lettre de l’alphabet

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s