Les Tribulations d’une caissière, par Anna Sam

Après notre mois spécial Batman, vous avez certainement envie de laisser derrière vous les comics, les super héros et le grand spectacle pour reprendre une activité normale de lecteur ! Eh bien je suis d’accord et je vous retrouve donc aujourd’hui pour une nouvelle critique de livre. En ce jour, nous quittons la rive de la fiction pour accoster sur la côte ô combien escarpée de la dure et brutale réalité.

Dernièrement, une de mes amies (oui encore une !) m’a fait découvrir un petit livre très amusant : Les Tribulations d’une caissière, écrit par Anna Sam. Je ne connaissais pas le blog dont est tiré cette suite d’articles, mais j’ai été ravie de cette découverte. Autant le dire tout de suite, il ne s’agit pas de grande littérature mais par contre vous serez surpris de la lucidité de ces pages et du constat désarmant de notre manque d’humanité dans la vie quotidienne.

La raison pour laquelle mon amie m’a prêté ce livre, c’est que lorsque j’étais étudiante en fac, j’ai travaillé quelques temps comme réceptionniste dans le pressing d’une galerie commerciale. Pas vraiment la même chose que caissière, mais dans les deux cas le rapport que les clients entretiennent avec vous est comparable : il y a quelques gens sympas, et il y a ceux qui ne vous voient simplement pas, qui considèrent que vous faîtes partie des meubles et que vous êtes un esclave corvéable à merci.

Je referme la parenthèse pour me recentrer sur le livre. Il s’agit d’une série de vignettes aussi drôles que pertinentes sur la vie quotidienne d’une caissière. Là où je trouve que le livre se tient très bien, c’est que l’auteure a choisi un fil conducteur : une jeune caissière qui découvre et apprend le métier de ses rêves. Sic !

Au fil de ses rencontres avec les clients et le monde de la grande distribution, elle découvre l’envers du décor, les clichés vrais ou faux, ou encore les méandres d’une société ou les bonnes manières s’envolent rapidement quand une caisse se dresse entre deux personnes.

La prose est drôle, dynamique et fréquemment spirituelle, sans jamais tomber dans la sensiblerie. Anna Sam brosse avec beaucoup d’humour le portrait d’une profession globalement méconnue et mésestimée. A moins d’avoir été soi-même caissière, on ne peut pas imaginer la réalité de ce métier ! Et le propos de ce livre très divertissant n’est pas de moraliser notre attitude à tous mais plutôt de faire prendre conscience à chacun de ce qu’un comportement individuel peut avoir comme impact. Nous agissons presque tous comme Anna Sam le décrit dans ses chapitres. Et nous n’arriverons à retrouver notre humanité qu’en faisant l’effort de traiter en égaux ceux qui sont derrière des guichets ou des caisses.

Mais j’espère que je ne vous décourage pas de lire cet excellent petit livre ! Plusieurs anecdotes m’ont beaucoup fait rire, comme la phrase d’un client qui demande à une caissière « Vous êtes ouverte ? », à quoi la caissière répond « Moi non, mais ma caisse oui ! ». Plein d’humour donc, et ça fait du bien !

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s