Relire Harry Potter avant d’aller voir le dernier film

Couverture Harry Potter et les reliques de la mortDepuis la sortie, à la fin de l’année dernière, de la première partie des Reliques de la Mort, les adeptes d’Harry Potter sont tous plus ou moins fébriles. Tous attendent, anxieux, la sortie du dernier film. Tout le monde sait déjà que ce film fera date : c’est la fin officielle de la série. Les films ayant commencé à sortir alors que les livres n’étaient pas encore tous parus ni écrits, il y a un lien très fort qui s’est développé entre ces films et leurs livres-matrices. Je crois même qu’il n’y a jamais eu un lien aussi étroit entre un livre et son adaptation sur grand écran.

D’autant que les films ont finalement participé à l’évolution des livres. Les idées apportées par les réalisateurs successifs, les personnalités des différents acteurs ont sans aucun doute fécondé l’imagination de J.K Rowling. Que l’on songe, pour s’en convaincre, au personnage de Ron, dont les descriptions physiques se sont de plus en plus rapprochées du physique réel de l’acteur Ruppert Grint.

Et ce qui me fait insister sur cette perméabilité entre les deux univers – papier et écran – c’est que moi-même, je fais partie de ces gens qui ont commencé à s’intéresser aux livres à cause des films. J’avais vaguement entendu parler des livres, mais en France, avant la sortie du premier film, le phénomène restait circonscri au rayon des livres pour enfants. On n’en parlait pas encore à l’échelle du grand public.

Et le film a changé la donne. Je me souviens d’être allée le voir par curiosité, et parce qu’à Noël, il est toujours amusant de replonger dans le monde de la féérie. Donc, un film sur des enfants dans une école de sorciers : hop, j’y suis allée. Et là, ce fut une très bonne surprise, même si le film est encore en-deçà du premier tome, comme je m’en suis aperçue par la suite.

Ma curiosité était tellement échauffée par cette première rencontre avec le petit sorcier à lunettes que j’ai acheté le premier livre Harry Potter à l’école des sorciers. Et là, c’en était fini de moi ! Je suis tombée dans le chaudron, si on peut dire. J’ai dévoré tous les livres parus, et j’ai commencé à attendre, comme tous les autres aficionados, la sortie d’un nouveau livre. Tels des drogués de littérature, nous éprouvions tous la sensation, délicieuse et terrible, du manque. Chaque publication d’un nouveau livre était un évènement. Et le phénomène s’accélérait au fur et à mesure que l’on se rapprochait du septième et dernier tome. Même les parutions en VO étaient le prétexte à des scènes d’hystérie chez les libraires.

Image Harry Potter et les reliques de la mortCe qui me reste de tout le battage médiatique autour d’Harry Potter, c’est l’image d’une foule faisant la queue devant le Virgin des Champs Elysées en pleine nuit pour pouvoir acheter les Reliques de la Mort à minuit. Je n’y étais pas moi-même (j’ai sagement attendu une heure descente de la matinée pour aller acheter à mon tour le Graal littéraire), mais je n’ai pas pu échapper aux photos et aux reportages à la télévision. Pour une amoureuse des livres comme moi, c’était extraordinaire, le genre de chose que l’on ne voit qu’une fois dans sa vie. Même la parution des livres de Victor Hugo ne provoquait pas le même vacarme : les gens ne s’arrêtaient pas de vivre pour aller acheter son dernier livre !

C’est vrai aussi que l’époque a changé. Les passions s’embrasent plus rapidement et plus radicalement aujourd’hui qu’au XVIIIe siècle. Le déchaînement des foules est plus fort. Mais j’ai tout de même l’impression que le phénomène Harry Potter n’est pas comme les autres ; il n’est pas appelé à disparaître comme une simple mode passagère. Car de nouvelles générations de lecteurs vont continuer à grossir les rangs. Sans compter les lecteurs actuels qui feront sans doute découvrir les livres à leurs enfants.

Et puis, contrairement à d’autres franchises littéraires qui ont surfé sur la vague du succès sans réelle imagination, les livres d’Harry Potter ont une qualité profonde : ils sont bien écrits. Les histoires sont passionnantes et construites de manière intelligente. Le suspens est toujours présent ; il y a de l’action ; les personnages sont loin d’être manichéens, et leur subtilité grandit à mesure des tomes. Finalement, l’ensemble constitue une fresque étonnamment cohérente.

Sans compter que le sujet des livres est tout sauf enfantin. Bien sûr, il s’agit des aventures d’un petit sorcier et de ses amis, mais ce monde n’est pas vraiment enchanteur. Tout n’est pas rose, loin de là. Les sujets abordés dans les livres sont souvent très sérieux et très cruels, comme l’esclavage et le racisme par exemple, qui sont deux des thèmes récurrents de l’œuvre.

Affiche Harry Potter et les reliques de la mortHarry Potter aura eu des effets très bénéfiques sur le public littéraire français. NON, on ne doit pas forcément traiter les enfants avec condescendance lorsqu’on leur parle de lecture. OUI, Les Malheurs de Sophie et autres sont effectivement dépassés. Les enfants ne peuvent pas s’y identifier car ces livres leur parlent d’une époque révolue dans laquelle ils ne peuvent pas se projeter. Ils ne les intéressent donc pas. OUI, quand un livre les intéresse, les jeunes lecteurs peuvent avaler des pavés de plus de 500 pages. Et même en VO s’il le faut.

Donc, ma conclusion est la suivante : il faut lire Harry Potter. Preuve a été faite que c’est un très bon moyen pour les plus jeunes de découvrir la lecture et d’entrer dans le monde des livres, non pas de manière forcée, mais avec une vraie curiosité.

Alors que le dernier film sort dans quelques mois, j’ai décidé de me préparer à cet évènement à ma façon : en relisant d’une traite les sept tomes. Un bon moyen de se rafraîchir les idées, et de visualiser dans son ensemble la trame narrative. Sans compter qu’à force de voir les films, on finit par oublier des détails capitaux qui n’ont pas été retranscris sur grand écran (comme la fabuleuse histoire des Maraudeurs).

Et vous : vous faites quoi en attendant le film ?

Une réflexion sur “Relire Harry Potter avant d’aller voir le dernier film

  1. Mitidollz dit :

    Je n’étais pas encore à fond sur les blogs quand tu as écrit ceci. Je repense à une discussion hier avec mon chéri à propos d’Au bonheur des Ogres.
    Moi – T’as plus rien à lire ? Ben relis Au Bonheur des Ogres et on te regardera en film après !
    Lui – Mais moi il me faut du temps pour relire, pas comme toi qui décide de relire un Harry Potter le matin pour regarder le film le soir !

    Voilà 😀 Je ferai pas ça avec tous les livres mais HP Oui !!!

    J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s