Présumées coupables : une plongée dans les grands procès faits aux femmes

presumees-coupablesLes femmes sont-elles par nature des criminelles ? Doit-on se méfier d’elles ? Peuvent-elles faire basculer le pouvoir politique ? Mettre en danger la sécurité de l’Etat et de ses citoyens ? Représentent-elles une menace à part ? Si on prend le temps de plonger dans les archives judiciaires françaises, ces questions méritent d’être posées tant les femmes ont pu faire l’objet d’un harcèlement unique et inquiétant. Ces femmes, présumées coupables tout au long de l’histoire, sont accusées de différents forfaits : de l’empoisonnement au crime politique, rien ne leur est épargné. De l’inquisition à la Libération, toutes les épreuves les attendent. Pour reconstituer cette histoire incroyable, les Archives Nationales préparent une exposition exceptionnelle et viennent de publier un livre pour l’accompagner : Présumées coupables.

Cet ouvrage sans précédent invite les lecteurs à cheminer dans une histoire méconnue : celle des femmes françaises et des différentes périodes de danger auxquelles elles ont pu être confrontées. Au fil de l’histoire, le livre retrace les grands procès faits aux femmes à travers plusieurs thématiques fortes qui éclairent bien les relations tendues entre le pouvoir judiciaire et les femmes : la sorcière, l’empoisonneuse, l’infanticide, la pétroleuse, la tondue à la Libération. Tout un imaginaire du mal dans lequel le portrait de la femme est paré des attributs les plus démoniaques.

Présumées coupables est un livre absolument passionnant, d’autant qu’il est très richement documenté. Les Archives nationales ont ressorti les documents historiques, soit près de cinq siècles de procès à passer au crible. Au fil des pages, on découvre la reproduction des minutes des procès, des échanges avec les juges, des déclarations de témoins et de très nombreuses illustrations (entre autres des photos des femmes tondues à la Libération qui sont vraiment saisissantes).

La préface signée par Elisabeth Badinter est elle aussi très éclairante. Elisabeth Badinter nous reparle d’Eve, la première femme présumée coupable, et son texte mérite déjà à lui seul qu’on s’y intéresse. En ce qui me concerne, j’ai été très agréablement surprise par ce livre. Présumées coupables n’est pas une lecture divertissante, mais on apprend plein de choses sur notre histoire, notamment sur le fait que les femmes n’ont pas la même histoire que les hommes, comme Simone de Beauvoir l’expliquait déjà très bien dans Le Deuxième Sexe. Cet ouvrage a un grand mérite d’exister, et il permet de faire la lumière sur une société qui, systématiquement, s’est méfiée des femmes et a voulu les maintenir dans la peur et la soumission. Un ouvrage qui fait réfléchir au regard de l’actualité.

J’ajoute que ce livre accompagne une exposition qui se tiendra à partir du 30 novembre aux Archives nationales, à Paris. Si vous n’êtes jamais allé visiter l’hôtel de Soubise où les Archives se trouvent, c’est l’occasion rêvée car ce lieu est une splendeur.

Publicités
Cet article a été publié dans Les Parutions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Présumées coupables : une plongée dans les grands procès faits aux femmes

  1. Ping : Crime au féminin : présumée coupable ! | Chantiers de culture

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s