Le livre qui m’a fait aimer la lecture

anne-of-green-gables

L’année dernière, François Busnel, dans son émission La Grande Librairie sur France 5, avait lancé un grand thème consacré aux livres ont changé votre vie. Je ne peux pas dire que ma vie a vraiment changé à cause d’un livre en particulier, même si plusieurs d’entre eux ont un eu gros impact sur moi, sur ma façon d’envisager le monde et de concevoir ma propre vie. Par contre, il y a un livre en particulier qui a eu plus d’importance pour moi que tous les autres : celui qui m’a fait aimer la lecture. Celui qui a fait que j’ai lu tous les autres, que j’ai fait des études de Lettres Modernes et que j’ai fini par créer ce blog.

Lire toute seule, une aventure !

Je ne me souviens pas très bien des livres que ma mère ou mes grands-mères me lisaient. C’était il y a très longtemps et la mémoire des enfants en bas âge n’est pas forcément très fiable. Du coup, c’est difficile de dire si ces livres ont pu avoir une véritable importance dans ma vie de lectrice ou pas. Je pense quand même qu’il est juste de dire oui, même si je ne m’en souviens pas de manière précise. L’amour de la lecture est d’abord venu de ces moments de lecture partagée où les histoires m’émerveillaient et où je sentais bien qu’il se passait quelque chose.

Evidemment, le tournant décisif se situe au moment de l’apprentissage de la lecture. Apprendre à lire et pouvoir ensuite lire un petit livre en toute autonomie sont des choses merveilleuses. C’est le point de bascule et c’est là déjà que se forgent deux camps : ceux qui aiment lire et ceux qui n’aiment pas lire. Je ne reviendrais pas sur ce sujet car je l’ai déjà abondement traité dans cet article.

J’ai appris à lire grâce à un livre d’école dans lequel on suivait les histoires de Ratus (levez la main ceux qui y ont eu droit aussi !). J’ai adoré tous les personnages de l’histoire et je me souviens encore de tout le monde : Marou, Mina, le grand-père chat, mamie Ratus… Mais à la maison, l’un des tout premiers livres que j’ai pu lire de façon autonome n’a pas été un Ratus. C’était un Fantômette.

C’est là que je me rends compte que j’aurais dû consacrer un article à l’héroïne de mon enfance il y a longtemps déjà ! Fantômette n’est pas un personnage de ma génération, mais de celle de ma mère qui lisait déjà ses aventures dans les livres de la Bibliothèque Rose. L’histoire d’une petite fille à peine plus vieille que moi à l’époque, qui était très intelligente, très sportive, avait des amies en or et cachait un secret : la nuit, elle se déguisait et jouait les justicières pour mettre les bandits derrière les verrous ! Passionnant !

fantometteJe ne sais pas si ma mémoire est exacte, mais l’un des premiers Fantômette que j’ai lu toute seule fut L’Île de la sorcière. Et c’est resté mon préféré jusqu’à maintenant. Dans cette histoire qui se déroule pendant les vacances, les filles partent chez l’oncle de Ficelle et se retrouvent confronté à un mystère dangereux qu’il faudra percer. Comme toujours, les adultes ne sont quasiment pas présents, et l’aventure est au rendez-vous. Ce livre m’a énormément plut et je l’ai relu plusieurs fois dans ma vie. Il continue de me faire sourire encore aujourd’hui. Les Fantômette sont un peu ma madeleine de Proust.

Un livre, des livres… la lecture

Avec Fantômette et l’île de la sorcière, un nouveau monde s’est ouvert devant moi : celui de la lecture. Une lecture solitaire et du coup toute-puissante. Je pouvais lire à mon rythme, quand je voulais et ainsi faire exister cet univers merveilleux dans lequel tout pouvait arriver. La lecture est une fenêtre sur le monde, dit-on ; c’est absolument vrai et c’est terriblement grisant !

J’ai commencé par lire tous les Fantômette qui avaient appartenu à ma mère, puis j’ai commencé à me faire offrir des livres. A Noël, à mon anniversaire : c’étaient toujours des livres qui arrivaient, bien emballés dans leur emballage cadeau. Un bonheur !

Le grand moment fut l’un de mes anniversaires : mes grands-parents maternels m’avaient offert une pile entière de livres (je crois qu’il devait y en avoir cinq) : Les Quatre Filles du docteur March, La Petite Fadette, Tom Sawyer, Anne et la maison aux pignons verts et je ne sais plus quel était le dernier. Et là, ce fut un nouveau coup de foudre littéraire : Anne et la maison aux pignons verts a été l’une des très grande révélation dans ma vie de lectrice. C’est le meilleur roman que j’ai lu dans mon enfance et je l’ai relu à de multiples reprises depuis !

Cette histoire qui raconte la vie d’une petite fille à l’imagination trop prononcée était faite pour moi ! Je l’ai aimé dès les premières pages, et elle ne m’a plus jamais quitté. La veille des épreuves du bac, quand j’étais trop stressée pour bien dormir, je relisais ce livre pour me calmer. Et régulièrement, je le relis en ayant à nouveau ce même plaisir que j’avais à l’âge de onze ans.

Lorsque j’ai découvert que ce livre était en fait le premier tome d’une saga qui en comptait huit, le bonheur fut total. Au fil des tomes, Anne grandit, fait des études, a un métier, se marie, a des enfants, et finalement c’est l’histoire de sa plus jeune fille qu’on suit dans le dernier livre qui se déroule pendant la Première Guerre mondiale. Rassembler la collection complète a pris quelques temps, mais ces livres sont à présent mon trésor.

Lire, c’est pour la vie

Grâce à ces deux lectures d’enfance (oui, je sais j’ai triché dans le titre en ne vous parlant que d’un livre !), je suis entrée en lecture. J’ai aimé lire et j’ai eu envie de lire toute seule sans qu’on ai jamais à me pousser. C’était plutôt le contraire : pour me décoller de mon livre, il fallait vraiment un cas de force majeure. Depuis, j’ai toujours un livre en cours de lecture. Je ne peux pas vivre sans livre à lire (ou à relire).

Les livres sont devenus la sève de ma vie. J’ai beaucoup de plaisir à en parler, à les faire exister autour de moi. Ce blog a été conçu dans cet état d’esprit très simple : partager autour de moi cet enthousiasme et échanger avec d’autres passionnés. Car les passionnés de lecture sont finalement assez rares. Dans quelques mois, ma filleule fêtera son premier anniversaire. Bien sûr, à un an elle est trop petite pour lire déjà. Mais quand je réfléchis aux choses que j’aimerais partager avec elle plus tard, je ne peux pas penser à une chose plus importante que la lecture. Elle aura donc droit aux Fantômette et il faudra qu’elle rencontre Anne, les deux héroïnes de mon enfance qui ont pesé avec tant de poids sur la vie de l’adulte que j’allais devenir.

Et vous, quels ont été les livres qui vous ont fait aimer la lecture ?

Advertisements
Cet article a été publié dans Les Articles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Le livre qui m’a fait aimer la lecture

  1. Elisabeth dit :

    Moi aussi , je suis rentrée dans le monde des livres par la bibliothèque rose … Fantomette , bien sur mais aussi Alice,Le Club des cinq et tant d’autres !!! Ils remplissaient ma vie car j’étais une petite fille assez solitaire .
    Et puis Georges Sand avec la Petite Fadette et la Mare au diable .
    Plus tard je découvris les Hauts de Hurlevent et Mon amie Flicka dans la bibliothèque familiale .
    Ce sont , je crois les premiers livres qui me donnèrent le goût de lire .
    J’ai adoré vous lire dans cet article rempli d’émotion . Vous en parlez avec beaucoup de sensibilité .

    J'aime

  2. Fantomette mais surtout le Club des Cinq et Alice pour moi ! ❤ et c'est tellement agréable de voir a quel point je me retrouve dans ce que tu écris. Les livres en cadeaux à toutes les occasions, la difficulté à décrocher et le fait de ne pas pouvoir concevoir la vie sans livres. Moi j'ai des neveux et niéces et l'une d'entre elle a 4 ans, elle adore que je lui lise des histoires, elle dit que "je fais ça bien" 😂 C'est normal, la lecture, c'est la base 😉

    J'aime

  3. Ah je me souviens de ces moments passés avec ma maman pour la lecture du soir ! J’aimerai tellement reproduire cela avec enfants =)

    J'aime

  4. Sev dit :

    Je ne me souviens absolument pas du livre qui m’a fait aimer la lecture, par contre j’ai dévoré toutes les Bibliothèques: rose, verte, et rouge et or. Fantomette en faisait partie! Il y avait aussi Susie, une petite fille suédoise, qui vivait des aventures sympas dans les fjords.
    le roman qui a marqué mon enfance fut Ronya, Fille de Brigand: l’histoire d’une petite fille élevée au sein d’un clan.. de brigands, et qui a une vie plutot aventureuse.

    J'aime

  5. WordsAndPeace dit :

    Martine, puis Le club des Cinq aussi

    J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s