Escale #8 : l’Europe

Gutenberg, sans qui nous n'en serions pas là...

Gutenberg, sans qui nous n’en serions pas là…

Le mois de novembre touche à sa fin, et c’est aussi la fin de notre Tour du monde en 80 livres. Le voyage fut beau, avec pas mal de découvertes qui, je l’espère, vous auront donné envie de lire. Lorsque j’ai commencé ce thème, je ne savais pas trop s’il vous plairait. Mais de ce que je vois de vos commentaires, ça me fait chaud au cœur de me rendre compte que vous avez aimé cette balade littéraire aux quatre coins du globe. Donc merci beaucoup à vous tous pour avoir suivi cette belle aventure.

Aujourd’hui, nous abordons des rivages connus, et tout comme Phineas Fog à la fin de son périple, c’est par l’Europe que nous finissons notre voyage. J’ai déjà parlé dans l’article précédent du Royaume-Uni et de l’Irlande, donc je ne reviendrais pas dessus. Et je ne parlerais pas non plus de la littérature française, puisque nous la connaissons tous et que l’idée de ce voyage est avant tout de découvrir les littératures du monde.

En tant que lecteurs français, nous pouvons être tentés de croire (parce qu’on nous l’enseigne à l’école, et parce que dans une certaine mesure c’est la vérité) que la littérature française est la meilleure littérature d’Europe. Nous sommes incontestablement dans le haut du classement. Pas tellement parce que la littérature est une course et qu’on peut prétendre au titre de champion. Mais surtout parce que nos auteurs ont souvent connu un rayonnement important hors de nos frontières, et qu’ils ont eu une influence considérable sur les littératures étrangères à certaines périodes.

Pour autant, les autres littératures européennes méritent aussi qu’on s’attarde sur leurs œuvres. L’Europe est un vieux continent. Des pays, des peuples nourris par des cultures millénaires. Une histoire qui a commencé de l’autre côté de la Méditerranée, à la naissance de l’écriture sur des tablettes en pierre. Puis la Grèce Antique, son théâtre, ses mythes, sa poésie, sa curiosité. Rome aussi, qui a essaimé tout autour de la méditerranée, nous laissant l’héritage d’une mangue commune : le latin. Des siècles en avant, apparition des langues régionales qui deviendront des langues nationales, naissance de l’imprimerie, naissance des états modernes, définition des cultures nationales, puis apparition et apogée du roman. Il s’en est passé des choses, mais tous les pays ne les ont pas vécu de la même manière.

Au fur et à mesure que les pays d’Europe ont construit leur histoire et leur culture, leur patrimoine littéraire a commencé à prendre forme. Avec des particularismes qui ont permis de tracer des frontières non plus seulement politiques mais aussi littéraires. Les obsessions ne sont pas les mêmes selon les pays et les époques. Donc, plus que la langue d’écriture, c’est le fond même des livres qui marque une différence. Chaque pays mériterait qu’on s’attarde plus longuement sur son histoire, et ce sera peut-être l’occasion d’un thème l’année prochaine. Mais pour l’instant, je vais vous laisser avec un condensé des meilleurs auteurs européens.

Littérature italienne :

  • La Divine Comédie, de Dante
  • Si c’est un homme, de Primo Levi
  • Le Mépris, d’Alberto Moravia
  • Le K, de Dino Buzzati
  • Le Baron perché, d’Italo Calvino
  • Le Nom de la rose, d’Umberto Ecco
  • Montedidio, d’Erri de Luca

 

Littérature espagnole :

  • Don Quichotte, de Cervantès
  • L’Ombre du vent, de Carlos Ruiz Zafon
  • Suicides exemplaires, d’Enrique Vila-Matas
  • Un Miracle en équilibre, de Lucia Etxebarria

 

Littérature grecque :

  • Loxandra, de Maria Iordanidou
  • Les Petites Filles et la Mort, d’Alexandre Papadiamantis

 

Littérature allemande :

  • Les Affinités électives, de Goethe
  • Poèmes, de Schiller (en particulier son Ode à la joie qui inspira à Beethoven ce qui allait devenir l’hymne de l’Union Européenne)
  • Siddharta, de Hermann Hesse
  • La Mort à Venise, de Thomas Mann
  • Mephisto, de Klaus Mann (fils du précédent)
  • Le Tambour, de Günter Grass

 

Littérature autrichienne :

  • La Nouvelle rêvée, d’Arthur Schnitzler
  • Le Joueur d’échecs, de Stefan Zweig

 

Littérature suisse :

  • Belle du Seigneur, d’Albert Cohen
  • Des monts célestes aux sables rouges, d’Ella Maillart
  • La Vérité sur l’affaire Harry Quebert, de Joël Dicker

 

Littérature belge :

  • Les Villes tentaculaires, recueil de poèmes d’Emile Verhaeren
  • L’Enfant bleu, de Henry Bauchau
  • L’Homme qui regardait passer les trains, de Simenon
  • Le Crime du comte Neville, d’Amélie Nothomb

 

Littérature hongroise :

  • Les Braises, de Sandor Maraï
  • Être sans destin, d’Imre Kertesz

 

Je sais, nous avons dépassé le nombre de livres que je m’étais fixé : au total, je vous ai parlé d’un peu plus de 80 livres. Mais quand on aime, on ne compte pas ! N’hésitez pas à partager vos coups de cœur dans les commentaires ; ça me fait toujours plaisir de découvrir des livres que je ne connais pas et d’avoir votre avis dessus.

Publicités
Cet article a été publié dans Les Articles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Escale #8 : l’Europe

  1. Goran dit :

    « Lorsque j’ai commencé ce thème, je ne savais pas trop s’il vous plairait. » J’ai adoré et j’ai noté plusieurs noms comme ici Sandor Maraï.

    J'aime

  2. WordsAndPeace dit :

    Je sais, il est à moitié français, mais aussi à moitié belge, alors je recommande les livres d’Éric-Emmanuel Schmitt

    J'aime

  3. Très belle sélection !
    « Le K » me fait de l’œil depuis un moment pour que je le relise ^^

    J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s