Découvrons les éditions de la Loupe : interview de Charlotte Menard-Poulet

logo-ed-loupeC’est en partant à la recherche d’une édition des livres de Kerry Greenwood que j’ai eu le plaisir de faire connaissance avec cette maison d’édition que je ne connaissais pas : les Éditions de la Loupe, une maison d’édition spécialisée dans les livres en grands caractères. Moi qui ne savais même pas qu’il existait en France de telles éditions (l’Hexagone compte en fait six maisons d’édition grands caractères), je suis évidemment devenue très curieuse et j’ai voulu en savoir plus.

L’aventure commence en 2002, quand Alban du Cosquer, alors imprimeur à Paris, décide de réaliser son rêve : éditer lui-même. Le départ est lancé pour les Éditions de la Loupe qui développent leur catalogue de manière variée, proposant des ouvrages en grands caractères (taille 17, 18 ou 19 à tester sur leur site) pour les adultes et aussi les jeunes lecteurs. Pas de genre littéraire précis : il y en a pour tous les goûts !

Je vous propose donc aujourd’hui de faire la connaissance de Charlotte Menard-Poulet, chargée de communication aux Éditions de la Loupe, qui nous en dit plus sur cette maison d’édition dont la devise « Lire plus grand, voir plus loin » offre une belle promesse à ses lecteurs.

 

Tout d’abord, pouvez-vous me parler un peu de votre parcours personnel et de ce qui vous a attiré dans le projet des éditions de la Loupe ?

Je suis traductrice de formation. On pourrait dire que, au gré des maternités et des mutations de mon mari, c’est ma vie de famille qui m’a conduite à l’édition. Il y a eu tout d’abord deux très belles années en librairie avec les bonheurs de l’échange, de la prescription, du passage des livres. Hélas, j’ai dû la quitter, repartir vers d’autres contrées. J’ai alors intégré le comité de lecture du site Choisirunlivre.com dédié à la littérature jeunesse avant de rentrer à la Loupe (en tant que relectrice au tout début). J’y partage aujourd’hui mon temps entre la communication et les relations librairies.

Quelle a été la réaction des maisons d’édition classiques au début de l’aventure des Éditions de la Loupe ?

Les maisons d’édition connaissant déjà les deuxièmes vies du livre (l’adaptation en langue étrangère, la sortie en livre de poche ou en grands caractères) ; elles ont naturellement accueilli la Loupe sur le marché.

Pouvez-vous nous expliquez-nous comment un livre est republié en grands caractères.

A la Loupe nous lisons tout – du moins tous les titres susceptibles de rentrer dans la ligne éditoriale de la Loupe – et tout le temps ! Les livres sont lus alors qu’ils viennent juste de sortir et même souvent avant leur parution. Nous sommes en relation constante avec les personnes chargées de cession de droits des maisons d’édition.

Quand il y a un coup de coeur pour un titre (validé par d’autres « Loupiens ») une négociation s’amorce alors entre la personne chargée de  la cession des droits chez l’éditeur « original » dirons-nous et chez nous, Alban du Cosquer. Parfois nous sommes les seuls en lice, parfois non. L’éditeur grand caractère ayant déjà publié un auteur a « la main » pour faire son choix en premier, c’est à dire décider en premier s’il prend ou non ce nouveau livre de l’auteur. C’est une règle d’usage de notre métier. Si aucun des éditeurs grands caractères n’a jamais publié l’auteur en question c’est alors le plus offrant qui l’emporte. Enfin, au moment de la réalisation du contrat de rachat rentrent en compte : le nombre d’exemplaires réimprimés en grands caractères, le prix final du livre et la date de sortie.

Vous annoncez environ 500 titres dans votre dernier catalogue (septembre 2013). A combien de titres souhaitez-vous étendre ce catalogue en 2014 ?

Nous avons passé le cap des 500 titres au catalogue à la rentrée de septembre 2013 et en avons d’ailleurs fait la couverture de notre catalogue à ce moment là ! Nous publions en moyenne 60 titres par an donc nous devrions avoisiner 570 titres au catalogue pour les fêtes de fin d’année 2014 !

En moyenne à combien d’exemplaires sont tirés vos livres ?

En moyenne à 800 exemplaires.

Vous arrive-t-il d’être directement sollicités par des auteurs pour la publication de leur livre ?

Non pas directement. Il pourrait arriver qu’ils souhaitent être republiés plutôt chez tel éditeur que tel autre mais la réalité est autre. Cela se joue entre les deux maisons d’édition lors de la négociation des droits… même si l’avis ou l’envie de l’auteur pourrait avoir une influence bien entendu.

En ce qui concerne nos auteurs : nous envoyons à chacun d’entre eux son livre republié chez nous et tissons des liens avec la plupart d’entre eux. Nombreux sont leurs témoignages positifs quant à leur oeuvre en grands caractères : ils nous disent régulièrement leur joie de pouvoir offrir leurs livres à leurs proches âgés ou plus jeunes ayant une mauvaise vue ! Ainsi dernièrement par exemple Amin Maalouf, Anne-Dauphine Julliand, Sorj Chalandon, Alexandre Jollien, Romain Puertolas, le biographe Pierre Pernez nous ont conforté dans notre choix d’offrir cette nouvelle accessibilité au livre papier.

Vos livres s’adressent d’abord aux personnes malvoyantes ou âgées, mais il y a aussi un intérêt pour les autres lecteurs. Pouvez-vous nous parler un peu de votre public ?

Nos livres s’adressent à tous : malvoyants ou non !  Nombreux sont les lecteurs ne souffrant d’aucune pathologie visuelle.  Les lecteurs ont de plus ne plus nombreux à nous confier faire le choix de lire en grands caractères tout simplement pour reposer leurs yeux le soir après une journée de travail les yeux rivés sur les écrans !

De plus, les caractères agrandis permettent également de faciliter la lecture des personnes dyslexiques. C’est un véritable plus pour améliorer la fluence de lecture chez l’enfant souffrant de dyslexie (ou non d’ailleurs ). Nous avons 25 titres jeunesse dans notre catalogue et une collection jeunesse plus intergénérationnelle, soit des titres destinés à un public de 8 à 99 ans !

catalogue-loupeQuelle est votre présence en librairie et par quels biais êtes-vous vendus sur le marché ?

Nous sommes en librairie mais pas toutes ! Nous pouvons d’ailleurs en fournir la liste sur simple demande. Très souvent, en librairie, le rayon « Grands caractères » se situe près du rayon littérature.  Parfois, par manque de signalétique substantielle et surtout, tous les libraires le disent, par manque de place, il faut parfois le chercher un peu ! Mais parfois il est aussi bien visible… Il vaut donc mieux poser directement la question à son libraire et s’il n’en a pas cela lui donnera l’idée d’en créer un ! Il y a eu dernièrement chez les libraires une réelle prise de  conscience de l’importance de cette offre en gros caractères ailleurs que sur internet : si l’on ne veut pas faire le lit d’un gros site marchand étranger il nous faut nous unir pour proposer l’article en librairie!

Autre point : le grand caractère est encore assez méconnu et les libraires nous le disent : quand ils en parlent à leurs clients souvent ces derniers sont agréablement surpris et deviennent souvent des clients fidèles pour eux mêmes ou pour des cadeaux à leurs proches.

Nous vendons aussi par le biais de notre site, véritable catalogue numérique. Des modèles de pages types de livres dans différentes tailles et de nouveaux onglets de recherche : « Livres taille 17 », « Livres taille 18 » et « Livres taille 19 » permettent de choisir la taille de caractères correspondant le mieux à sa vue. Les titres sont aussi classés par taille et il est bien sûr possible de rechercher un ouvrage par genre, titre, auteur, mots clés, nouveautés. Et puis les bibliothèques ont un accès direct. Enfin, d’autres sites marchands vendent aussi nos livres.

Vous proposez aussi des ouvrages destinés aux jeunes lecteurs dyslexiques ou malvoyants, ce qui est encore rare. Pouvez-vous m’en dire plus sur cet aspect de votre catalogue ?

A la Loupe pas de livres pour les plus petits (je pense aux albums) mais plutôt des romans pour des enfants à partir de 8 ans (25 titres que l’on peut retrouver référencés sur livres-Accès) et des romans, documentaires, biographies, romans historiques, récits de voyage pour adolescents (que l’on peut trouver dans la rubrique Jeunesse de notre site).

Ces derniers ouvrages pour les adolescents, leurs parents, grands-parents, etc  sont choisis parmi la littérature que l’on pourrait qualifier de «transversale», soit des livres capables d’enchanter les lecteurs de tous âges, à partir de 12/14 ans jusqu’à nos aînés les plus âgés. De beaux échanges littéraires en perspective en famille par exemple !

Quelles sont vos ambitions pour l’année à venir ?

Continuer de pouvoir offrir le meilleur de la production littéraire ! Avec une ligne éditoriale résolument positive pour les personnes d’âge mûr : nos livres sont sélectionnés pour le dynamisme qu’ils sont susceptibles de leur insuffler !

Pour l’instant, nous le savons, et nos lecteurs et clients (malvoyants ou non) le savent bien aussi : aucune liseuse ne peut fournir le confort optimal de lecture du livre papier surtout en grands caractères. Nous sommes bien conscients de la mutation opérée dans l’édition par les nouvelles technologies et nous ne sommes pas des réacs niant l’intérêt de tels outils pour les lecteurs boulimiques et nomades par exemple ou bien les étudiants et les professionnels pouvant alléger leurs cartables. Mais le livre est là toujours bien vivant dans nos mains et nos bibliothèques !

Enfin, à titre personnel, quel est votre coup de cœur littéraire en ce début d’année ?

Nous sortons ces jours-ci une vingtaine de nouveautés et parmi celles-ci nous recommandons à vos lecteurs Faillir être flingué de Céline Minard : c’est un western captivant ! Et surtout nous avons eu un coup de cœur pour Un roi clandestin sorti cette semaine aux Arènes et dont nous venons d’avoir ce matin l’accord du contrat de republication. C’est l’histoire fabuleuse d’un garçon, Fahim, aujourd’hui âgé de 13 ans, qui a fui le Bangladesh avec son père, est arrivé à Paris sans un sous, sans domicile fixe, sans papiers et qui grâce à une incroyable rencontre remporte le championnat de France d’échecs et champion du monde des scolaires. Son histoire sortira chez nous d’ici trois mois !

Merci à Charlotte qui a bien voulu répondre à mes questions et nous présenter les Éditions de la Loupe. J’espère que cette interview vous donnera envie d’en savoir plus sur cette petite maison d’édition qui voit les livres en grand. Pour découvrir leur catalogue, rendez-vous sur leur site www.editionsdelaloupe.com . J’en profite pour vous dire que dès l’achat de deux livres, les frais de port sont offerts. L’occasion de vous faire plaisir et de découvrir le confort de lecture en grands caractères. Personnellement, je suis devenue une grande fan (je n’ai pourtant aucun problème de vue !) et c’est pourquoi j’avais très envie de vous faire connaître ce format.

Publicités

2 réflexions sur “Découvrons les éditions de la Loupe : interview de Charlotte Menard-Poulet

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s