IdĂ©es lectures Halloween : les classiques qui font peur đŸ˜±

Qui a envie de se faire peur avec un bon livre ? Moi aussi, j’adore les lectures d’Halloween. Et mĂȘme si les nouvelles parutions regorgent de pĂ©pites, il est bon de se rappeler que certains classiques sont parfaits pour vous donner des frissons. Pour vous angoisser. Pour vous donner envie de dormir avec la lumiĂšre allumĂ©e. Voire de ne pas dormir du tout ! Et justement, la pĂ©riode d’Halloween est idĂ©ale pour partir Ă  la dĂ©couverte de ces classiques auxquels on ne pense pas forcĂ©ment le reste du temps. De la littĂ©rature gĂ©nĂ©rale, des romans fantastiques et mĂȘme des livres policiers. Vous allez frĂ©mir de plaisir avec cette petite sĂ©lection !

Frankenstein, Dracula et autres créatures littéraires féroces

C’est vrai que j’aurai pu faire une sĂ©lection en intĂ©grant tous ces livres. Il y a plein de romans qu’on pense connaĂźtre par coeur tant leurs histoires sont passĂ©es dans la culture populaire. GrĂące aux adaptations en films et sĂ©ries, vous ĂȘtes peut-ĂȘtre dĂ©jĂ  familiers avec ces histoires. Et loin de moi l’idĂ©e de vous dĂ©courager de dĂ©couvrir ces romans (Frankenstein est tellement bien Ă©crit que c’en est mĂȘme poĂ©tique par moments) ! Toutefois, mon idĂ©e avec cet article, c’est de sortir un peu des sentiers battus. De vous prĂ©senter des livres auxquels on ne pense pas spontanĂ©ment, mais qui regorge d’atmosphĂšres inquiĂ©tantes.

Attention aux femmes !

Les femmes fatales sont lĂ©gion dans la culture occidentale. Et la littĂ©rature ne fait pas exception. Ce qui est particuliĂšrement intĂ©ressant, c’est le thĂšme de l’Ă©pouse et de la peur qui s’insinue dans la vie domestique. Vous en trouverez de beaux exemples dans deux romans remarquables : Rebecca de DaphnĂ© du Maurier, et Jane Eyre de Charlotte BrontĂ«.

RebeccaRebecca est le nom d’un personnage qu’on ne voit pas : la dĂ©funte Ă©pouse de Max de Winter. Et sa mĂ©moire va vite donner des sueurs froides Ă  la nouvelle Ă©pouse en titre. Cette derniĂšre est une jeune femme timide, naĂŻve, mariĂ©e trop top Ă  un homme qu’elle ne connaĂźt finalement pas beaucoup. Et dĂ©sormais installĂ©e dans la sublime et inquiĂ©tante demeure de Manderley, elle doit trouver sa place sans cĂ©der aux fantĂŽmes du passĂ© qui rĂŽdent. Des fantĂŽmes alimentĂ©s par la terrible gouvernante, madame Danvers, qui n’apprĂ©cie pas du tout la jeune Ă©pouse et semble vouer un culte troublant Ă  Rebecca, son ancienne maĂźtresse. Mais d’ailleurs, qu’est-il vraiment arrivĂ© Ă  Rebecca ?

Je vous prĂ©viens que ce roman vous tiendra en haleine de bout en bout. Son twist le plus impressionnant, c’est qu’il repose sur une narratrice (la jeune Ă©pouse) pour laquelle on ressent finalement assez peu d’affection. Alors que dans le mĂȘme temps, Rebecca, morte avant mĂȘme le dĂ©but de l’histoire, plane comme une figure solaire au-dessus de toute l’histoire. L’atmosphĂšre gĂ©nĂ©rale est fascinante et obsĂ©dante. Ce n’est pas une surprise si Alfred Hitchcock a aimĂ© cette histoire au point de l’adapter au cinĂ©ma. Et il a aussi portĂ© un autre roman de DaphnĂ© du Maurier sur grand Ă©cran : Les Oiseaux.

Jane-Eyre-pocheSi vous avez peur de l’ambiance un peu trop sombre de Rebecca, je vous conseille de plonger dans les pages de Jane Eyre. Les deux romans ont plusieurs similitudes, Ă  commencer par le fait qu’ils sont tous deux racontĂ©s Ă  la premiĂšre personne. Et dans les deux cas, la petit nouvelle de la maison ne comprend ce qui se passe, ni pourquoi on semble lui cacher des choses.

Certes, Jane Eyre est beaucoup plus « lĂ©ger ». Mais le livre a tout de mĂȘme une petite atmosphĂšre gothique Ă  sa façon. Le vieux manoir isolĂ© et triste. Le maĂźtre de maison mystĂ©rieux, plein de contradictions, charmeur et intimidant Ă  la fois. Une histoire entĂ©nĂ©brĂ©e Ă  souhait ! En plus, Jane Eyre est un personnage trĂšs sobre, pas une romantique exaltĂ©e. Elle est mĂȘme un peu austĂšre, mais pas d’une façon qui puisse sembler aride au lecteur. Paradoxalement, il y a une vraie chaleur humaine dans cette austĂ©ritĂ©. Tout simplement parce que Jane n’a jamais trouvĂ© personne vers qui diriger toute la tendresse qu’elle garde en elle. Le contraste avec les mystĂšres du manoir de Thornfield est donc d’autant plus puissant !

Si vous n’avez jamais lu Jane Eyre, vous avez deux bonnes raisons de le faire. D’abord, c’est une trĂšs belle histoire d’amour. Et ensuite, il y a une atmosphĂšre mystĂ©rieuse irrĂ©sistible, avec un dĂ©nouement impossible Ă  prĂ©voir quand on lit le livre pour la premiĂšre fois. Personnellement, je me rappelle de mon propre choc. Et depuis, chaque fois que j’ai relu le livre, j’ai connu un formidable frisson d’anticipation en arrivant dans la derniĂšre partie du livre.

Quand Agatha Christie tourne mal…

Oubliez la gentille vieille dame que vous avez dĂ©jĂ  vu en photo. La « reine du crime » a gagnĂ© ses galons en surprenant son lectorat, peut-ĂȘtre plus qu’aucun autre auteur de roman policier avant elle. Et mĂȘme depuis, j’ai du mal Ă  penser Ă  des auteurs qui ont autant jouĂ© avec la morale, autant troublĂ© les Ă©motions des lecteurs qu’Agatha Christie.

Orient-ExpressVous croyez tout savoir sur Le Crime de l’Orient Express ? Mais en ĂȘtes-vous si sĂ»rs ? Le point de dĂ©part de ce livre, c’est un fait divers qui s’est rĂ©ellement dĂ©roulĂ© aux Etats-Unis. L’enlĂšvement de l’enfant aĂźnĂ© du cĂ©lĂšbre aviateur Charles Lindbergh. MalgrĂ© le paiement d’une rançon, le petit garçon est retrouvĂ© mort. Et mĂȘme si on a arrĂȘtĂ© un homme par la suite condamnĂ© Ă  la chaise Ă©lectrique, l’affaire demeure parsemĂ©e de nombreuses zones d’ombres encore aujourd’hui. Agatha Christie s’en est servie pour le Crime de l’Orient Express. Un roman dont la fin est plus que dĂ©routante.

Car mĂȘme si Hercule Poirot trouve le fin mot de l’histoire, il fait quelque chose de tout Ă  fait inattendu. Rien du tout ! Il ne fait rien du tout et laisse le coupable s’enfuir. Avec brio, Agatha Christie pose une question morale Ă  laquelle personne ne peut rĂ©pondre honnĂȘtement avec certitude : certains meurtres sont-ils moralement acceptables ? De quoi vous laisser un goĂ»t amer dans la bouche. En plus, toute l’histoire est un huis-clos dans un train. Donc mĂȘme si Le Crime de l’Orient Express ne fait pas vraiment peur, il a tout de mĂȘme un petit quelque chose d’inquiĂ©tant qui en fait une bonne lecture d’Halloween.

DixTout aussi dĂ©routant : Ils Ă©taient dix. Le titre ne vous dit rien ? C’est normal : c’est le nouveau titre de Dix Petits NĂšgres. Et s’il s’agit d’un des romans les plus cĂ©lĂšbres d’Agatha Christie, c’est tout simplement parce que c’est une de ses histoires les plus dĂ©rangeantes ! Ils Ă©taient dix repose sur un procĂ©dĂ© de meurtre implacable et trĂšs original. Et Ă  la fin… personne n’est arrĂȘtĂ© ! C’est vrai que ni Hercule Poirot ni miss Marple ne sont prĂ©sents pour rĂ©soudre le mystĂšre. C’est certainement ce qui explique la dĂ©route de la police dans cette affaire. Mais comme je l’ai dit plus haut : Hercule Poirot lui-mĂȘme peut parfois laisser filer les coupables ! Ils Ă©taient dix est un huis-clos sur une Ăźle complĂštement isolĂ©e du monde. Les dix victimes sont lancĂ©es dans une course contre la montre pour leur survie. Mais comme le titre le suggĂšre d’office, ils n’ont que peu de chances de s’en sortir. Comme d’habitude chez Agatha Christie, les mystĂšres et les fausses pistes sont nombreuses. Mais ce sont aussi les tensions entre ces victimes en puissance qui rĂ©vĂšlent toute la subtilitĂ© de la psychologie humaine. Et ce n’est pas beau Ă  lire ! Si vous aimez vous faire peur, Ils Ă©taient dix est une bonne pioche !

Les classiques français aussi peuvent faire peur !

SpontanĂ©ment, si je pense Halloween et littĂ©rature française, je repense Ă  ma lecture de Pot-bouille, un des romans les moins connus d’Emile Zola. Et je vous garantis que la scĂšne d’accouchement Ă  la fin du roman a de quoi vous donner des sueurs froides ! Mais soyons sĂ©rieux : il y a quelques autres pĂ©pites dans la littĂ©rature française pour jouer Ă  se faire peur avec un bon livre.

GautierJe pense aux prioritĂ©s aux nouvelles. C’est un genre qui n’est pas trĂšs populaire en France, le pays du roman-roi. Pourtant, Ă  une Ă©poque, les auteurs français se sont pas mal intĂ©ressĂ© Ă  ce genre. Et je ne sais pas pourquoi, mais ce sont surtout les histoires Ă  sensations fortes qui les intĂ©ressaient avec ce format. Vous avez donc l’embarras du choix en la matiĂšre. Il y a les RĂ©cits Fantastiques de ThĂ©ophile Gautier qui sont une valeur sĂ»re. Ou bien vous pouvez vous plonger dans les pages effrayantes du Horla, de Guy de Maupassant.

Mais si je ne devais en choisir que deux Ă  vous conseiller plus prĂ©cisĂ©ment, quels seraient mes chouchous ? Personnellement, j’ai une affection toute particuliĂšre pour La Fille aux yeux d’or, une nouvelle Ă©crite par Balzac qui se termine par un bain de sang. Et ce n’est pas qu’une expression ! Sinon, je crois que la nouvelle qui m’a le plus choquĂ© c’Ă©tait La LĂ©gende de l’homme Ă  la cervelle d’or. Il s’agit d’une des nouvelles d’Alphonse Daudet dans son recueil des Lettres de mon moulin. Ce n’est pas que le texte fasse vraiment peur. C’est juste qu’il est trĂšs, trĂšs mais alors vraiment trĂšs dĂ©rangeant.

fantĂŽmeSi le format de la nouvelle ne vous sĂ©duit pas, revenons Ă  une valeur sĂ»re avec Le fantĂŽme de l’opĂ©ra. On doit cette excellente histoire Ă  Gaston Leroux, le papa de Rouletabille. Mais pas de gentil journaliste rouquin dans cette histoire. On est plutĂŽt dans un rĂ©cit aux allures gothiques, en plein coeur de l’opĂ©ra Garnier, thĂ©Ăątre formidable d’une histoire dramatique. L’atmosphĂšre de ce livre est pesante, inquiĂ©tante, et vous serez forcĂ©ment fascinĂ©s par la figure du « mĂ©chant » du livre. De nos jours, Le FantĂŽme de l’opĂ©ra est un classique du roman policier français qu’on ne lit plus vraiment. C’est dommage parce qu’il appartient Ă  cette excellente veine du polar qui flirte avec le fantastique, comme Arthur BernĂšde l’avait fait un autre roman formidable : BelphĂ©gor.

Alors, avez-vous trouvĂ© des idĂ©es lectures pour Halloween ? J’espĂšre que cette liste vous aura intĂ©ressĂ©. Personnellement, depuis que j’en ai eu l’idĂ©e en dĂ©but de mois, je trĂ©pignais d’impatience Ă  l’idĂ©e de la partager avec vous. J’adore l’idĂ©e de trouver une bonne excuse pour lire des livres qu’on n’ouvrirait pas forcĂ©ment en temps normal. Et ça peut ĂȘtre un bon dĂ©clic pour se motiver Ă  (re)dĂ©couvrir ces classiques de la littĂ©rature.

Alors bonne lecture tout le monde !

8 réflexions sur “IdĂ©es lectures Halloween : les classiques qui font peur đŸ˜±

  1. Florence CHOQUET dit :

    Merci beaucoup pour ces idĂ©es lecture. Je lirai bien « rĂ©cits fantastiques  » de ThĂ©ophile Gautier. Les autres, je les ai dĂ©jĂ  lu. Mais une relecture n’est pas envisageable ! Je vous donne aussi quelques idĂ©es lecture :  » Le tour d’Ă©crou » de Henry James, « Kerfol et autres histoires de fantĂŽmes » de Edith Wharton, « la maison des damnĂ©s » de Richard Matheson, « L’indĂ©sirable » de Sarah Waters, « La falaise hantĂ©e  » de Dorothy Macardie, « L’incroyable histoire de Halcyon Crane » de Wendy Webb et « la foire des tĂ©nĂšbres » de Ray Bradbury. Bonne lecture et bonne journĂ©e.

    Aimé par 1 personne

  2. L'ourse bibliophile dit :

    Je veux vraiment prendre le temps de lire Rebecca, j’ai l’impression de le dire depuis des annĂ©es, mais c’est vrai ! ^^ Je suppose que j’attends l’Ă©ternel bon moment (et d’avoir vidĂ© ma PAL…).
    En tout cas, il y a de fort bons titres dans cette sĂ©lection : Frankenstein, Jane Eyre, les deux Agatha Christie (par contre, mĂȘme si ce que tu en dis est intĂ©ressant, c’est peut-ĂȘtre dommage de dĂ©voiler un peu la fin Ă  qui ne les aurait pas lus, non ?)…
    Je note la nouvelle de Daudet (l’aspect dĂ©rangeant m’intrigue !), mais Gautier m’avait ennuyĂ©e au possible il y a quelques temps. Je n’avais pas du tout accrochĂ©, mais c’est vrai que je suis souvent moins sensible aux nouvelles,  il faut qu’elles soient vraiment efficaces !
    Äče fantĂŽme de l’opĂ©ra me tente bien aussi, mais c’est vrai que je n’y pense jamais !

    J’aime

    • Alivreouvert dit :

      Rebecca est un excellent roman, trĂšs troublant et l’ambiance gĂ©nĂ©rale de l’histoire te marquera pour longtemps !
      Pour les Agatha Christie, j’ai essayĂ© au maximum de ne pas trop en dĂ©voiler. Et j’espĂšre quand mĂȘme ne pas trop avoir spoilĂ©. C’est trĂšs dur d’Ă©voquer leurs intrigues en Ă©tant claire mais sans trop en dĂ©voiler 🙂
      Pour Le FantĂŽme de l’opĂ©ra, sache que l’histoire met un peu de temps Ă  se lancer. Mais si tu te prends au jeu, tu risques de beaucoup apprĂ©cier l’atmosphĂšre un peu gothique de l’histoire. Bonne lecture !

      Aimé par 1 personne

      • L'ourse bibliophile dit :

        C’est peut-ĂȘtre une des raisons pour laquelle je ne l’ai pas encore lu finalement : peut-ĂȘtre que mes attentes sont tellement Ă©levĂ©es que j’ai peur d’en ĂȘtre déçue…
        Oui, c’est un exercice difficile ! Et ces titres-lĂ , comme Le meurtre de Roger Ackroyd, ont des fins trĂšs particuliĂšres !
        Je ne crois pas que ce sera rédhibitoire pour moi ! Merci !

        Aimé par 1 personne

      • Alivreouvert dit :

        J’avais la mĂȘme inquiĂ©tude en lisant un tout autre livre (Le Prestige). J’avais des attentes trĂšs Ă©levĂ©es et du coup je suis entrĂ©e un peu Ă  reculons dans ma lecture. Sauf que finalement j’ai Ă©tĂ© bluffĂ©e par le roman et j’ai adorĂ© cette expĂ©rience de lecture. J’espĂšre que le jour oĂč tu dĂ©cidera de lire Rebecca, ce sera pareil pour toi 🙂

        Aimé par 1 personne

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s