Sans Âme, roman de Gail Carriger

Me lancer dans une nouvelle saga littéraire juste quelques jours avant la fin d’année semblait être une mauvaise idée. Sauf que… je suis tombée follement amoureuse du roman Sans Âme, de Gail Carriger ! Je n’aurai pas parié dessus. Une saga fantastique avec des vampires, des loups-garous et des fantômes ? Franchement j’étais prête à passer mon tour. Mais une recommandation sur Goodreads (par une lectrice qui a des goûts assez similaires aux miens) m’a convaincu de laisser une chance à ce roman. Et dans la foulée, j’ai entamé la lecture de toute la saga !

Mon résumé du livre

Alexia Tarabotti a un certain nombre de problèmes dans la vie. Déjà, c’est une vieille fille, ce qui, si on en juge par les standards de la bonne société londonienne, est déjà un statut assez infâmant. Mais en plus, elle n’a pas d’âme. Un sacré manque de chance, alors que la mode est plutôt aux créatures qui souffrent d’un supplément d’âme capable de les changer en créatures fantastiques, comme des vampires ou des loups-garous. Mais le pire survient lors d’une soirée mondaine où elle s’est réfugiée dans la bibliothèque : voilà qu’un jeune vampire célibataire auquel elle n’a pas été présentée dans les règles essaye de la mordre sans son consentement ! Alexia n’a d’autre choix que de réagir comme une lady bien-élevée : elle le tue ! Oui mais voilà, les officiels du Bureau des affaires paranormales arrivent sur les lieux du crime. Le chef du BUR, lord Maccon, est aussi le chef des loups-garous. Certes, il est très séduisant, mais ses manières de bête laissent à désirer. Et surtout, lui et Alexia ne peuvent pas rester cinq minutes dans la même pièce sans se disputer. Ils vont pourtant devoir mettre leurs différents de côté. Car le vampire décédé est un inconnu. Il ne semble appartenir à aucune ruche, et son comportement violent est suspect. Qui est-il ? D’où vient-il ? Pourquoi a-t-il enfreint les règles de non-agression ? Si lord Maccon veut mener son enquête à bien et obtenir des réponses, il va devoir s’en remettre au seul témoin : Alexia.

Mon avis sur Sans Âme

Quand je me suis lancée dans cette lecture, je pensais tomber sur un récit de fantastique. Je n’avais pas compris que c’était encore plus riche que ça ! Avec Sans Âme, Gail Carriger signe un roman à la croisée des genres : romances historique, roman policier, fantastique. Elle emprunte le meilleur des trois genres pour délivrer une histoire hyper originale, riche en rebondissements, le tout avec une narration ample, habitée par un formidable sens de l’humour.

Au début, je me suis sentie catapultée dans un monde que je ne comprenais pas bien. Et il faut effectivement accepter d’être un peu déstabilisé dans les premières pages. On est dans un monde uchroniques, où les créatures fantastiques existent et cohabitent pacifiquement avec les humains normaux. La reine Victoria règne sur tout se joli petit monde. Et indépendamment des pouvoirs de certaines créatures, la vie suit son cours normal.

Cette impression de normalité totalement déjantée cache en fait un monde très bien construit où rien n’est laissé au hasard par Gail Carriger. Elle invente toute une société qui fonctionne avec ses propres codes : les meutes de loups-garous avec leur hiérarchie et leurs traditions, les ruches de vampires avec leurs propres règles, les esprits… Et tout cela se déroule dans un cadre steampunk, c’est-à-dire qu’on croise tout plein d’inventions fabuleuses comme les ballons dirigeables pour voyager dans les airs, ou encore les ascenseurs et autres appareils mécaniques anachroniques.

Le mélange est fabuleux. On est immergé dans un univers riche et surprenant. A chaque chapitre, on fait de nouvelles découvertes fascinantes. Mais en plus de ce cadre très dépaysant, il y a surtout une intrigue palpitante portée par des personnages charismatiques. Alexia et Maccon sont des personnages avec des forts caractères. Ensemble ils font des étincelles, et leurs scènes de duels verbaux sont à mourir de rires. Jusqu’à la toute fin, le mélange entre l’affaire policière et l’histoire d’amour naissante s’équilibre à la perfection.

J’en profite aussi pour dire un mot rapide sur l’écriture à proprement parler. Gail Carriger a une plume malicieuse à l’esprit baroque. Son utilisation répétée d’adverbes polysyllabiques est un régal pour la lectrice que je suis ! Ses tournures ont un côté vieillot irrésistible. La romancière dévoile un humour acide, très décalé, qui sert parfaitement le ton de son histoire. Et ça tranche vraiment avec le style général des romans actuels.

Sans Âme : une idée lecture pour qui ?

Si vous aimez les histoires fantastiques, alors ce roman vous plaira car il dévoile un univers original et très bien pensé qui répondra à vos attentes. Si vous êtes fan de romance historique, alors l’histoire sentimentale entre Alexia et le ténébreux lord Maccon sera une formidable porte d’entrée. Une fois l’histoire entamée, vous vous laisserez facilement emporter par cet univers. Et si vous êtes fan de roman policier, vous apprécierez la qualité de l’intrigue.

En bref, Sans Âme est un roman qui peut, potentiellement, plaire à un large spectre de lectrices et de lecteurs. C’est une lecture bonne humeur avec pas mal d’action et de péripéties, donc c’est dur de rester de marbre face à ce livre.

D’ailleurs, je suis surprise que la série ne soit pas plus connue en France. Je n’ai pas l’impression que beaucoup de mondes ait parlé des romans de Gail Carriger en France. Et pourtant, elle le mérite amplement !

Bon à savoir : Sans Âme est le premier tome de la saga du Protectorat de l’ombrelle. Pas de panique ! Vous pouvez très bien lire Sans Âme sans être obligé de lire la suite, car en fait c’est une histoire qui se suffit à elle-même, avec une vraie fin. En revanche, à partir du second tome, ça devient une seule histoire. Les tomes se suivent et il faut donc tout lire. Au total, il y a cinq romans, et ils sont tous disponibles en format poche aux éditions Le Livre de Poche.

Bonne lecture !

Sans Âme

13 réflexions sur “Sans Âme, roman de Gail Carriger

  1. lestribulationsdemisschatterton dit :

    Il y a deux autres séries dans le même univers si tu aimes : le pensionnat de Melle Géraldine et le protocole de la crème anglaise. Gail carriger a popularisé la romance steampunk et a contribué à féminiser le Steampunk même si elle y mêle vampires et Loups-garous. C’est une de mes auteures préférées. 😁

    J’aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s