Le principe de la PAL réconfortante

S’il y a bien un sujet sur lequel les lecteurs sont intarissables, c’est celui de la PAL ! La Pile A Lire contient les livres déjà achetés, mais pas encore lus. Et selon les lecteurs, cette pile peut atteindre des sommets. Ce n’est pas une figure de style ! En ce qui me concerne, ma PAL fait bien une trentaine de livres. Et je ne compte même pas les livres électriques que j’ai stocké d’avance dans mon application Kindle ! Pour quelle raison les lecteurs ressentent-ils ce besoin viscéral de faire un stock de livres d’avance ? Quand j’en parle autour de moi avec d’autres lectrices et lecteurs assidus, je remarque que je ne suis pas du tout un cas isolé. Tout le monde n’a pas les mêmes raisons, mais il me semble quand même que l’idée d’avoir une PAL réconfortante y est pour beaucoup.

Besoin irrationnel ou vraies bonnes raisons ?

Certains lecteurs diront que le fait d’avoir beaucoup de livres d’avance relève du TOC. Qu’il s’agit d’un besoin irrationnel. Les lecteurs seraient comme ces acheteurs compulsifs, ces accros du shopping qui ont sans cesse besoin de dépenser. Je ne suis pas certaine que ce soit très vrai. En revanche, je pense que nous sommes nombreux à avoir l’esprit de collection. Je sais que pour ma part, il y a certains auteurs dont j’achète les livres dès qu’ils sortent. C’est parce que je suis fidèle à ces romancières et romanciers, que j’adore leurs livres et que je n’ai jamais (ou en tout cas pas souvent) été déçue. Du coup, je ne me pose pas la question de savoir si j’ai déjà des livres d’avance. Pour moi, c’est une évidence que leur dernier roman va rejoindre ma bibliothèque. C’est le cas pour les livres de Sarah Morgan par exemple.

Dans le cas de mes livres électroniques, les choses sont différentes. Comme je lis principalement des livres en version originale dans ce format, je traque les bonnes affaires. Il y a souvent des promo sur les prix des livres électroniques en anglais. Je trouve à en acheter certains pour 99 centimes ou 3 euros maximum. Mais comme ces prix sont des promotions, il y a une limite dans le temps. Du coup, au fil du temps, j’ai acheté beaucoup de livres électroniques. Et à ce jour j’en ai lu environ la moitié. Dans ce cas précis, mon achat de livres (même en format électronique) n’a rien d’irrationnel… même si évidemment ça n’est pas forcément pratique de cumuler des livres sans savoir quand j’aurai le temps de les lire !

La PAL joue sur notre rythme de lecture

J’ai déjà eu l’occasion de discuter du plaisir de « cultiver » une PAL avec mon cousin, lui-même grand lecteur. Comme il lit principalement des comics, il jongle avec plusieurs séries, en attendant la parution des nouveaux tomes. Mais comme il aime bien lire toute l’histoire dans la foulée, il stocke ses comics en attendant qu’une série soit terminée pour la lire d’une traite. Il est donc à la tête d’une PAL assez considérable. Mais l’avantage, c’est qu’une fois qu’il entame une série, la lecture va vite, et la PAL diminue drastiquement !

Je comprends parfaitement cette logique. Quand je me lance dans une série, j’aime bien avoir tous les tomes d’avance pour ne pas couper mon élan de lecture. Surtout que, quand une série est vraiment bien, on a envie de lire les romans à la suite aussi rapidement que possible. Quand j’ai lu la saga des Sept Sœurs, j’ai lu les livres au fil de la parution, c’est-à-dire en attendant à chaque fois un an avant de pouvoir lire la suite. L’attente a quelque chose d’intéressant car on a le temps de s’imaginer plein de choses. Mais lire tous les livres à la suite est tellement grisant ! Quand j’ai lu la saga Grisha, j’ai lu les sept romans d’affilée. Et j’étais ravie de cette expérience parce que c’est vraiment immersif ! J’ai passé un mois entier dans ce monde imaginaire et j’ai adoré la sensation.

A l’inverse, je me souviens de ma frustration à la lecture de la trilogie Snow Cristal. Je n’avais acheté que le premier tome… ne sachant pas encore quel coup de foudre j’allais avoir pour cette histoire. Du coup, je vous laisse imaginer le désespoir dans lequel j’étais plongée quand j’ai dû attendre pour lire la suite. Mon libraire n’avait pas les tomes 2 et 3 en stock. Il les a commandé et ils sont arrivés cinq jours plus tard. Pour patienter, j’ai finir par… acheter les livres en format électronique ! J’étais tellement impatiente de lire la suite de l’histoire que j’ai lu mes livres électroniques sur l’application Kindle pour smartphone !

Ma conclusion est sans appel : il vaut mieux avoir les livres d’avance !

Plus de livres = plus de choix

Quand on est un lecteur occasionnel, il n’y a peut-être pas de grand intérêt à avoir une PAL. Si vous n’avez pas le temps de lire dans l’année, et que vous ne lisez que pendant les vacances par exemple. Alors là, je pense qu’on peut se contenter d’avoir une liste d’envies. Il suffit alors d’acheter les livres qu’on compte lire avant de partir en vacances, et le tour est joué. On évite ainsi de stocker plein de livres.

Mais pour moi qui lis environ 80 livres chaque année, ce n’est pas une bonne méthode. D’autant que je ne sais jamais à l’avance de quoi je vais avoir envie. Je lis pas mal de genres littéraires différents. Et j’aime l’alternance entre les genres. Donc j’aime avoir du choix pour ne pas me sentir « obligée » de lire ce que j’ai sous la main. Avoir une grande PAL, c’est avoir d’autant plus de choix à ma disposition. Si je suis d’humeur pour un roman policier, j’ai ce qu’il faut. Envie d’une romance historique ? J’en ai d’avance. Je suis motivée pour une lecture en VO ? J’ai mes ebooks !

Au final, une des raisons pour lesquelles j’aime autant lire, c’est que je peux piocher librement dans ma PAL. Je ne me force pas à lire un livre juste parce que je l’ai depuis longtemps. D’un autre côté, ce n’est pas une logique qui m’aide à faire baisser ladite PAL !

Une PAL réconfortante pour éviter la panne de lecture

Avant, quand j’habitais dans mon ancienne commune, il y avait trois librairies indépendantes et une médiathèque. Autant dire qu’il y avait largement le choix pour s’approvisionner en livres. A présent, j’habite plus loin de Paris, au milieu des bois. Littéralement au milieu des bois : je suis dans une forêt. C’est sympa, c’est très calme. Mais je n’ai plus de librairie près de chez moi. La librairie la plus proche n’est accessible que par voiture, et elle déjà à une vingtaine de kilomètres. La libraire anglaise la plus proche est à Paris. Heureusement, il y a un rayon librairie dans un supermarché proche de chez moi. Et aussi, il y a internet. Mais tout ça pour dire que m’approvisionner en livres est devenu plus compliqué.

Si vous habitez dans une grande ville avec beaucoup de choix autour de vous, j’imagine que la nécessité d’avoir une grande PAL est moins grande. Mais si vous habitez à la campagne, ou dans une ville avec une offre littéraire très limitée, alors l’achat de livres obéit à d’autres logiques. On peut alors être tenté de faire un gros stock de livres quand on est dans les parages d’une librairie. Moi-même, j’ai toujours profité de mes séjours à Londres pour faire le plein de livres en VO !

Le fait d’avoir une PAL n’est donc pas un défaut. J’ai déjà entendu des commentaires très critiques, à base de « Mais quel est l’intérêt d’avoir autant de livres si tu ne les lis pas ? ». Et bien, déjà parce que je fais ce que je veux ! Et ensuite parce que je compte bien les lire à un moment ou à un autre. Le fait de ne pas avoir d’échéance claire n’est pas un problème. On décide par soi-même de son rythme de lecture et de ses envies. La PAL a un petit côté doudou : elle est réconfortante parce qu’elle ouvre des perspectives. C’est comme un plaisir qui se dessine à l’horizon. Vous savez que vous avez rendez-vous avec ces histoires, qu’elles vous attendent. Et dès le moment venu, vous pourrez vous porter à leur rencontre.

Et vous : quelle relation vous avez avec votre PAL ?

pal mai

15 réflexions sur “Le principe de la PAL réconfortante

  1. Cecile dit :

    Merci pour cet article, c’est une question que je me posait avant de retrouver le gout de la lecture.
    La mienne est composèe de livre de la bibliotjèque car quand je trouve un livre qui me plait, soit nouveautè soit plus anciens j’ai peur qu’il soit vite sortit et je dois attendre un mois avant son retour. Il y a aussi des trouvailles entre boirses aux livres, occasions, boites à livres, je saute sur l’occason (c’est le cas de le dire), et comme je suis dèja entrain de lire ; ils attendent leur tour. Et puis il y a les quelqies neufs que je m’offre, les cadeaux d’aniversaire et Noel( souvent inspirès de ma liste d’envies), du coup chacun attends son tourssagement. Parfois, quand je n’arive pas à rentrer dans un sortit de la biblio, je passe son tour (l’aventage de la biblio), pour d’autre, je les mets de cotè, et les reprends plus tard. Voila. Enfait ma pal est une sorte de file d’attente.

    Aimé par 2 personnes

  2. L'ourse bibliophile dit :

    Quel article complet ! Tu as bien fait le tour de la question !
    Personnellement, ma PAL tourne autour de 50 livres. Il y deux-trois ans, c’était plutôt 150-200 et je ne le supportais plus. Cette accumulation m’oppressait, j’ai donc entamé d’une part un grand tri, de l’autre une lecture davantage focalisée sur ma PAL. J’aimerais encore la réduire un peu, tourner autour de 20 ou 30 bouquins. Je voudrais toujours avoir une PAL pour le choix, pour le plaisir d’anticiper une lecture, mais de manière plus réduite pour aussi pouvoir emprunter (en bibliothèque, auprès d’amies ou de la famille) sans culpabiliser. Par contre, en ce qui me concerne, je ne suis pas une acheteuse compulsive de livres neufs, donc ma PAL est essentiellement composée de livres d’occasion ou trouvés au fil des années, ou bien de livres offerts.

    Aimé par 2 personnes

    • Alivreouvert dit :

      Merci beaucoup ! J’avoue que depuis l’année dernière, je m’oriente de plus en plus vers les livres d’occasion. Je vais acheter un livre neuf seulement s’il me fait vraiment envie, et dans ce cas-là, je le lis au moment de l’achat. Pour les achats d’opportunité (les promos et les livres achetés en Angleterre), ils attendent sagement leur tour. Je pense qu’en 2022 je vais me lancer un petit défi pour faire diminuer ma PAL. C’est mon récent rangement de bibliothèque qui m’a motivée car j’ai « retrouvé » des livres que j’avais oublié.

      Aimé par 1 personne

      • L'ourse bibliophile dit :

        Par contre, je comprends totalement les « achats d’opportunité ». Je ne lis pas en numérique, donc je ne suis pas concernée par ces promos, mais pour les livres achetés en Angleterre, je comprends totalement. J’aime bien aussi m’en acheter quelques-uns (même si ça fait tellement longtemps que je n’y suis pas allée… et maintenant qu’il faut un passeport en prime, ça ne va pas être pour demain…)
        Bon courage pour ce défi ! Personnellement, je l’ai trouvé, et le trouve, encore très dur mine de rien ! ^^

        J'aime

  3. Félicie Lit Aussi dit :

    Très bel article..
    Ma pile à lire ? elle va très bien 🙂 et moi aussi !
    Pour ma part, je n’achète pas de neuf, j’ai horreur du système marketing des rentrées littéraires donc je n’achète que dans les braderies sur coup de coeur du moment. Et je mets dans la bibliothèque en attente de lecture. Je peux très bien passer 2 mois sans rien acheter, puis d’un coup en prendre 10 chez un vendeur. Je crois qu’aujourd’hui, mes livres en attente sont proches de 200 mais cela ne me stresse absolument pas : ils sont là pour le jour où il sera temps de les lire, où l’humeur demandera tel ou tel roman.
    Belle semaine à toi.

    J'aime

  4. Angélique dit :

    Hello, merci pour ce très bel article dans lequel je me retrouve.
    Et j’ai commencé bien avant le club des 5…. Je lis par plaisir, tout le temps et j’ai toujours un livre dans mon sac.
    Comme toi, j’ai habité la région parisienne où on peut trouver un bouquin même le dimanche sur les quais de Seine.
    Aujourd’hui en montagne entourée par des bois, la première librairie est à 20/25km. Et pas top en plus. Du coup, comme il est inimaginable pour moi de rester sans lecture, j’ai une PAL bien achalandée.
    Côté numérique, je fais comme toi au niveau des offres pour me faire plaisir.
    Et mon conjoint est aussi un grand lecteur.
    Parfois tous mes sous vêtements sont au sale mais j’ai toujours une lecture à portée de main.
    Rien à voir avec des achats compulsifs en fait.
    Je te souhaite une excellente journée. A bientôt

    J'aime

    • Alivreouvert dit :

      Ahah, je vois complètement pour la pile de linge qui s’accumule pendant que la lecture continue : je suis pareille ! Une cousine à moi qui habite en Auvergne et n’a pas de librairie ni de bibliothèque à proximité a basculé en lecture numérique pour avoir plus facilement accès aux livres. C’est effectivement un problème de ne pas avoir beaucoup de choix autour de soi, et ça favorise l’idée d’une PAL assez grande pour tenir entre 2 réapprovisionnements.
      Merci beaucoup pour ton commentaire et belles lectures !

      Aimé par 1 personne

  5. pages pluvieuses dit :

    Très bel article, merci beaucoup ! Je trouve que tes phrases de conclusion résument très bien ce phénomène de la PAL : on ne sait pas quand, mais un jour on aura le plaisir de se plonger dans toutes ces histoires… Quant aux réflexions du type « mais pourquoi tu en achètes plus alors que tu en as déjà », je trouve ça si dommage pour ceux qui les font : ils ne conçoivent pas ce bonheur d’avoir tant d’histoires et de voyages à portée de main…

    Aimé par 1 personne

    • Alivreouvert dit :

      Tu as totalement raison : en fait, ils n’arrivent pas à comprendre ce que ça représente pour les lecteurs. Il y a un fossé, mais le fait de ne pas comprendre ne doit pas donner lieu à des jugements et à des critiques. Merci beaucoup pour ton commentaire !

      J'aime

  6. cora85 dit :

    Tu vis au milieu des bois ? ! Cela doit être « particulier », non ? Je suis curieuse, ah, ah !
    J’entretiens un rapport particulier avec ma PAL, c’est un peu le bazar !
    Il y a un paquet de bouquins qui m’attendent depuis dix ans, mais à chaque fois que je me rends à la médiathèque : hop, un nouveau livre ! Je n’arrive pas à me contrôler, et je me dis que ceux qui sont chez moi , et bien, que je finirais un jour par les lire…peut-être !
    Bon mercredi !

    J'aime

    • Alivreouvert dit :

      J’habite en plein milieu d’une forêt mais il y a quand même des voisins, donc ça va, ce n’est pas trop isolé !
      J’ai arrêté d’emprunter des livres en bibliothèque pour me forcer à lire les livres de ma PAL… et au final, entre les nouveaux que j’achète, ceux qu’on m’offre et ceux que je reçois des maisons d’édition, la pile ne diminue pas tant que ça !!
      Belle journée à toi aussi et merci pour ton commentaire.

      Aimé par 1 personne

  7. Ma Lecturothèque dit :

    Ma PAL papier est dix fois plus importante que la tienne et j’aimerais qu’elle descende à 15-20 livres. Autant te dire que, parfois, ça m’oppresse un peu. Il y a pas mal de livres que je récupère du boulot, que l’on me prête… Je fais du tri de temps en temps, j’essaie de lire parfois plus vite (mais sans me forcer), mais rien à faire, elle continue de croître ! Je m’habitue, je tente de la dompter… Elle et moi, un jour, on sera en harmonie. En attendant, on vit bien ensemble ^^
    Et sinon, je te nais à te dire que j’ai beaucoup lire ton article !

    Aimé par 1 personne

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s