The Rogue, romance historique de Celeste Bradley

Avec The Rogue, Celeste Bradley clôt sa série du Cercle des Menteurs. Depuis le début, la saga historique a été fabuleuse à lire, et j’ai adoré chacun des romans. Pourtant, si les quatre premiers tomes ont été traduits et édités en France, le dernier volume reste malheureusement inédit. Du coup, je me le suis procuré en version originale pour avoir enfin le fin mot de l’histoire !

Après avoir aidé le cercle des menteurs dans une précédente affaire, Ethan Damont était bien décidé à revenir à sa vie normale. Enfin normale… pour ce joueur professionnel, passé maître dans l’art de délester les puissants de leurs piécettes, la vie est une perpétuelle aventure. Mais le jeu est fini et Ethan Damont doit désormais prendre une grave décision : puisqu’il connaît les secrets du Club des Menteurs, sa vie est en danger. A moins qu’il n’accepte leur proposition et rejoigne leurs rangs. Peu enthousiaste à l’idée de risquer sa vie pour la couronne, Damont se retrouve malgré lui mêlé à une affaire d’espionnage quand la vie d’une jeune femme, Jane Pennington, se trouve mise en jeu. Pour sauver la vie de Jane, il doit se résoudre à rejoindre les Menteurs, et les aider à débusquer le traître qui a déjà causé la mort de plusieurs agents du Cercle.

Ethan Damont est un personnage qu’on avait découvert dans Une Charmante Espionne. Cet ancien camarade d’école de Colis, devenu joueur professionnel, qui fréquente les tripots, a un talent certain pour se tirer du pétrin. Charmant (et charmeur), il était l’une des belles trouvailles du quatrième tome du Cercle des Menteurs. Visiblement, Celeste Bradley a pensé la même chose puisqu’elle a décidé de lui consacrer sa propre histoire.

Alors que les précédents espions étaient entièrement dévoués à la couronne, Ethan est une recrue pour le moins réfractaire. Peu porté sur l’obéissance et la discipline, il a du mal à accepter la hiérarchie du Club des Menteurs. Et comme il est habitué à se débrouiller tout seul, l’idée de travailler en équipe ne l’enchante pas non plus. Autant dire qu’il y a pas mal de frictions dans ce nouvel opus !

Face à lui, on découvre lady Jane. Une jeune femme particulièrement insipide au premier abord. J’ai un peu honte de l’admettre, mais j’ai vraiment pensé au début que Celeste Bradley avait perdu la main avec ce personnage. Elle me faisait penser à une brebis égarée. Heureusement, les choses se sont rapidement améliorées pour devenir franchement trépidante. D’autant qu’il y a un ENORME retournement de situation vers la fin du roman !

The Rogue est peut-être moins drôle que les précédents tomes, mais il offre aussi plus de suspens. Quand on a lu les précédents romans, on se rend compte qu’on arrive au dénouement, ce qui explique la gravité présente dans cette histoire, plus sombre que les habituelles romances historiques de l’auteure. Ce changement de ton ne m’a pas dérangé. Les enjeux sont élevés, et le traître doit maintenant être débusqué. Avec ce roman, Celeste Bradley conclue en beauté sa série d’espionnage. Enfin… oui et non ! Car en fait la romancière américaine a poursuivi la saga du Cercle des Menteurs avec une quadrilogie inédite en France. The Royal Four suit les aventures du groupe des quatre qui dirigent dans l’ombre le Cercle. Charge à eux de tirer au clair les ramifications du complot. Autant dire que j’ai encore de belles heures de lecture devant moi !

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s