Le Bal des folles, roman de Victoria Mas

Le Bal des folles, roman de Victoria Mas

Le Bal des folles, le premier roman signé Victoria Mas, est dans ma pile à lire depuis plusieurs mois déjà. Lors de sa parution, à la rentrée littéraire de septembre 2019, le livre avait fait sensation. J’avais lu beaucoup de chroniques et d’avis positifs. C’était clairement un des gros coups de cœur du public parmi toutes les nouveautés du moment. Pour différentes raisons, je n’avais pas eu le temps de lire le roman à ce moment-là. Avec pas mal de retard, j’ai enfin pris le temps de lire Le Bal des folles. Et ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose de laisser l’enthousiasme retomber avant de lire ce genre de roman.

Geneviève et Thérèse se côtoient depuis près de vingt ans. C’est entre les murs de l’hôpital de la Salpêtrière que leurs vies se déroulent. La première est infirmière en chef dans le département qui traite les femmes hystériques. La seconde est la plus âgée des pensionnaires. Si leurs existences respectives sont bien rôdées, il n’en va pas de même pour Louise et pour Eugénie. Louise, déjà internée depuis quelques années, et Eugénie qui vient tout juste d’arriver, amenée par son père et son frère car elle dialogue avec les esprits des défunts. Dans une société où ce sont les hommes qui édictent les règles et les normes qui régissent la vie des femmes, les internées sont plus jamais vulnérables. Et à l’ombre de la gloire du grand médecin Charcot, bien loin du voyeurisme malsain du célèbre Bal des Folles, ce sont bel et bien les vies de ces femmes qui sont détruites en silence, sans qu’elles aient aucun recours.

Pour dire les choses simplement, Le Bal des folles a été une déception pour moi. Je suis restée sur ma faim. J’ai eu la sensation de rester à la surface des choses, de ne pas aller assez en profondeur dans l’histoire et dans la psychologie des personnages.

Le sujet est effectivement très intéressant. Il aborde la question des femmes sous l’angle de la santé mais aussi du jugement social. Il revient sur la façon dont la société se permet de broyer les femmes de tous les milieux, pour différentes raisons. Tout comportement jugé divergeant de la norme sociale entraîne une sanction irrévocable. Une fois condamnée, une femme n’a plus aucune chance de s’en sortir. Et même les femmes qui ne sont pas aliénées sont tout sauf libres.

Le Bal des folles, roman de Victoria MasLe problème, c’est que même si le sujet est très intéressant et présente un portrait à charge contre la société et contre la médecine (inhumaine à l’égard des femmes), il est traité de façon trop superficielle à mon goût. Certains personnages sont très peu fouillés, en particulier Louise. D’autres, comme Geneviève et Thérèse, sont trop caricaturaux. Quant au seul personnage féminin plus dense, celui d’Eugénie, il m’a laissé assez frustrée, mais pour une autre raison. L’aspect spiritisme m’a semblé hors sujet. Je sais que c’est évidemment le choix de l’auteure, mais je n’ai pas adhéré à cette partie de l’histoire. Pour moi, l’aspect réel était beaucoup plus intéressant que ce trait fictionnel qui n’apporte pas grand chose à l’histoire. Pour moi ce n’était pas crédible, et donc ça diminuait l’intérêt du récit. J’aurai vivement préféré un livre bien ancré dans le réalisme, parce que c’est cet aspect qui est le plus glaçant dans le livre.

Le Bal des folles est quand même un roman qui a des vertus. Déjà parce que le sujet en lui-même est très intéressant. J’ai aussi apprécié l’écriture de Victoria Mas parce qu’elle ne cherche pas à faire pleurer dans les chaumières. Son récit est bien mené, d’une façon objective qui ne verse jamais dans la sensiblerie. Et j’ai apprécié ça parce que ça démontre bien qu’elle cherche à intéresser ses lecteurs à l’histoire de ces femmes, et pas à leur tirer quelques larmes faciles. Malgré ces qualités, je n’ai pas été totalement séduite par le livre, et j’ai l’impression qu’il aurait gagné à se focaliser davantage sur sa dimension réaliste plutôt que sur les aspects romanesques.

5 réflexions sur “Le Bal des folles, roman de Victoria Mas

  1. topobiblioteca dit :

    Je suis également déçue par ce livre, selon moi, il ne méritait pas forcément le prix, même si le sujet remet en lumière un thème peu abordé en littérature… je n’ai pas trouvé que les qualités littéraires étaient forcément au rendez-vous et il reste très en surface des choses malheureusement…

    J'aime

    • Alivreouvert dit :

      on partage le même ressenti sur ce livre. Il m’a fait penser aux livres écrits par Laetitia Colombani, La Tresse et Les Victorieuses… mais en moins bien. Le sujet est intéressant, mais je ne comprends pas vraiment l’engouement autour de ce livre, même si comme tu dis c’est une bonne chose de remettre en lumière ce passé de la société.

      J'aime

  2. SYLVIE Guyot dit :

    Bonjour Victoria
    Je voudrais savoir si tu à un Twitter où Facebook ou autre choses pour t’écrire merci à TOI pour ton livre j’ai retrouvé l’envie de lire

    J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s