Doubting Abbey, comédie de Samantha Tonge

Interview de la romancière Samantha Tonge

C’est lors d’une de mes virées shopping dans les librairies londoniennes que je suis tombée sur Doubting Abbey. Une comédie romantique qui promettait de passer un bon moment dans le train. En fait, ça a été encore mieux que ça ! Avec Doubting Abbey, Samantha Tonge nous plonge dans une histoire familiale rocambolesque, pleine de quiproquos, de rebondissements, de secrets dévoilés et j’en passe. L’idée ? Une famille qui possède un château familial accepte de participer à une émission de télé-réalité pour gagner de quoi faire les travaux de rénovation. Un vrai choc des cultures entre cette famille peu habituée à se répandre en sentiments et à verser dans le sensationnalisme. Alors comment faire pour séduire les spectateurs et les convaincre de voter pout eux ? Samantha Tonge utilise l’idée de la télé-réalité pour dévoiler de force tous les secrets d’une famille haute en couleurs. Et en filigrane, elle évoque aussi l’importance de connaître son passé pour savoir qui on est et où on va. Un roman aussi sensible que divertissant et original. Tout ça méritait bien une interview. Et Samantha a eu la grande gentillesse d’accepter de répondre à quelques questions.

Pour commencer, j’aimerais bien que vous me parliez un peu de vous. Comment êtes-vous venue à l’écriture ?

C’est quand le plus jeune de mes enfants est entré à l’école que j’ai commencé à écrire. Même si j’ai toujours su qu’un jour j’écrirais parce que depuis toute petite j’ai toujours lu tellement de livres. Je m’enfermais dans ma chambre, je me calais avec mes jouets et puis je disparaissais dans des mondes de fiction. Ça m’a pris huit ans pour décrocher mon premier contrat de publication, en 2013, pour Doubting Abbey.

Doubting Abbey, c’est l’histoire d’une famille d’aristocrates anglais qui participe à une émission de télé-réalité pour sauver son château. J’adore cette idée qui confronte les secrets de chacun avec le danger de voir tous ces secrets révélés par l’émission. Comment avez-vous eu cette idée brillante ? Etes-vous une fan de ce genre d’émissions ?

Oui, j’adore regarder des émissions de télé-réalité et en ce moment mes préférées sont un spectacle de danse, et l’autre une aventure dans la jungle. Normalement, les candidats de ces programmes sont d’accord pour être filmés. Ils sont volontaires pour partager leur vie privée. Et je me suis demandé ce qui arriverait si ce n’était pas le cas. C’est comme ça que j’ai eu l’idée d’une émission de télé-réalité en train de filmer une famille d’aristocrates anglais très conservative, très réservée, et qui n’aime pas vraiment la publicité.

Moi j’adore TopChef et les émissions de cuisine, du coup j’ai adoré la partie de l’histoire qui concerne Gemma quand elle doit donner des cours de cuisine… alors qu’elle ne sait pas cuisiner ! La situation tourne à la catastrophe. C’est le cauchemar pour n’importe quel candidat de voir tous ses plats ratés. J’ai eu l’impression que vous vous étiez beaucoup amusé à écrire ces scènes.

Oui, j’adore l’émission MasterChef ! A moi aussi ce serait mon pire cauchemar. Je sais cuisiner et j’aime bien préparer des repas pour ma famille, mais je n’irais pas jusqu’à dire que mes plats sont très raffinés. Et je ne voudrais sûrement pas une caméra en train de me filmer quand le cuisine parce que moi aussi j’ai eu ma part de désastres culinaires : les gâteaux qui ne gonflent pas, les plats au curry trop épicés… Mais j’aime le personnage de Gemma parce qu’elle est toujours prête à relever un nouveau défi et à faire de son mieux pour aider ses amis, même si ça la place dans des situations difficiles. C’est le genre de personne que j’aimerais avoir pour amie.

Votre livre est aussi un hommage à des films iconiques. J’ai adoré les passages où Gemma et Nick essayent de recréer des scènes célèbres de Dirty Dancing, Titanic, Ghost… Ce sont vos films préférés ? S’il vous plait, dites-moi que vous aussi vous avez tenté de recréer certaines scènes romantiques de ces films !

Oui j’adore tous ces films, et aussi Officier et Gentleman, Bridget Jones, Quatre mariages et un enterrement… il y en a tellement. Et c’est vrai qu’une fois, en nageant avec mon mari quand on était plus jeunes, on a essayé de refaire la scène de Dirty Dancing quand Johnny soulève Bébé au-dessus de sa tête… mais impossible !

Doubting Abbey, comédie de Samantha TongeEt d’ailleurs j’ai eu l’impression qu’au début du roman, le personnage de Lady C qui vient aider Gemma à se comporter comme une vraie lady était un clin d’œil à My Fair Lady. C’est juste mon imagination ou le clin d’œil était volontaire de votre part ?

C’est dur de me souvenir exactement Emilie, parce que j’ai écrit le livre il y a sept ans… mais peut-être, oui. My Fair Lady est un film que j’adore. Eliza Doolittle est un personnage tellement vivant et attachant. C’est fabuleux de la voir gagner confiance en elle au fil de l’histoire.

Mais en fait, la Lady C de Doubting Abbey a été inspirée par une émission de télé-réalité qui passait à ce moment-là en Angleterre. Des femmes modernes étaient transformées en « ladies » et entraînées à se comporter autrement, à porter moins de maquillage, à porter des vêtements moins tape à l’œil, à parler sans jurer… C’était un vrai défi pour elles et c’était très divertissant ! Mais c’était aussi l’occasion pour les participantes de faire le point sur leurs vies et ce qu’elles voulaient. De la même façon, Lady C essaye de montrer à Gemma qu’être une « lady » n’a pas tant à voir avec la façon dont on s’habille et dont on parle ; il s’agit plutôt d’être lucide et de savoir ce qu’on veut faire dans la vie.

C’est vrai que Lady C est très chaleureuse (même si elle peut aussi être intimidante parfois !). Et j’aime bien la relation qu’elle noue avec le comte. Ils ont tous les deux de belles histoires, comme aussi Kathleen la cuisinière qui est si drôle et qui a cuisiné pour la reine-mère. Pour vous, est-ce que les personnages secondaires sont plus là pour apporter de l’humour à l’histoire, ou pour lui donner du réalisme ?

Je pense que les personnages secondaires sont très importants. Oui c’est vrai pour le réalisme, comme ça le monde des personnages principaux semble plus réel. Mais ils contribuent aussi à enrichir certains thèmes. Par exemple la famille Croxley a beaucoup de mal à maintenir son domaine à flot, et ça c’est une histoire vraie aujourd’hui.

D’ailleurs cet aspect du livre m’a été inspiré par une autre émission que je regardais à l’époque. Elle filmait le quotidien de la vie d’un grand domaine. Je crois qu’on s’imagine ces familles vivant dans des grands domaines et des châteaux comme s’ils avaient la vie facile. Mais souvent c’est très dur. Ils doivent constamment trouver de nouveaux moyens de gagner de l’argent pour payer leur maintenance.

Après il y a aussi des personnages secondaires qui sont là pour l’humour, comme le très flamboyant baron de Marwick !

Au début quand j’ai acheté votre livre, je pensais lire une comédie romantique. Mais maintenant je pense que c’est plus une comédie familiale, en particulier à cause de la fin où tout le monde se retrouve. Du coup ça m’intéresse de savoir ce qui est le plus important pour vous dans votre histoire : l’aspect romantique ou sa dimension familiale ?

C’est une bonne question. J’ai toujours pensé que c’était une comédie romantique, mais oui c’est aussi une histoire qui traite beaucoup de la famille. Les deux éléments sont importants. Les familles dont de nous qui on est, pour le meilleur et pour le pire. Quand j’écris des romances, l’amour est au cœur de l’histoire, mais j’apprécie d’explorer les autres aspects de la vie des personnages, ce qui leur pose des problèmes, et le plus souvent ça a un lien avec leurs enfances. J’aime aussi écrire sur des éléments positifs, l’amour entre les membres d’une famille, et beaucoup de mes livres mettent en scène des relations fortes entre des frères et sœurs ou des parents/grands-parents et enfants.

Je voulais aussi parler avec vous de la partie de l’histoire à propos des réfugiés de guerre. C’est une histoire commune avec la France : pendant la guerre, des enfants ont été évacués des villes pour être placés dans des familles à la campagne. Et cette histoire me touche parce que ça a été le cas de mes grands-parents et qu’ils m’ont raconté beaucoup d’histoires sur cette période de leur vie. C’est un thème très émouvant dans votre livre. Est-ce que c’est basé sur une histoire familiale ? Ou est-ce que c’est quelque chose qui vient de recherches de votre part ? Cette histoire secondaire apporte tellement d’émotion au roman.

Merci. C’est un sujet sur lequel j’ai fait des recherches et qui me touche beaucoup en tant que mère. C’est le pire cauchemar de tout parent d’avoir à se séparer de ses enfants, et le pire cauchemar d’un enfant d’être envoyé loin de sa mère et de son père. Je suis contente que cette partie de l’histoire vous ai plu.

Et pour finir, savez-vous si Doubting Abbey va être publié en France ? Je croise les doigts car j’ai adoré le livre et je n’arrête pas d’en parler autour de moi !

Merci beaucoup Emilie ! Malheureusement je ne pense pas pour l’instant, mais on ne sait jamais !

Merci encore à Samantha Tonge pour avoir pris le temps de me répondre. Et j’espère qu’une maison d’édition aura la bonne idée de proposer Doubting Abbey dans une traduction française. Le livre mérite vraiment d’être découvert.

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s