Le Gentleman mis à nu, de Sally MacKenzie

gentlemanJe pense que beaucoup de lecteurs ont des lectures un peu honteuses, des petits plaisirs qui font du bien, qui redonnent le moral… mais pas forcément des livres dont on parle aux amis dans les dîners. Eh bien pour moi, il s’agit de la série de romans de Sally MacKenzie Noblesse oblige parue aux éditions Milady. D’accord, ça sent la romance sucrée à des kilomètres à la ronde, mais je ne peux pas m’en empêcher : j’aime ces livres !

J’ai découvert cette série en commençant par le dernier tome, et depuis je picore un peu dans le désordre. Récemment, je me suis fait un petit plaisir en découvrant Le Gentleman mis à nu. Comme dans les autres tomes, le principe est assez simple : une histoire d’amour avec quelques passages un peu osés, une touche d’humour, le côté carte postale de l’Angleterre du XIXe siècle, des personnages secondaires un peu délirants et souvent un mystère à résoudre. Autant d’éléments qui, bien dosés, concourent à faire un livre que l’on a plaisir à lire. Bien sûr, il ne faut pas être trop exigeant : nous sommes dans de la littérature de divertissement de milieu de gamme, mais je trouve que ce que l’on perd en qualité d’écriture, on le gagne en originalité.

D’une manière générale, Sally MacKenzie maîtrise bien son sujet. Elle ne se lance pas dans de longues descriptions (on n’est pas chez Jane Austen), elle sait rythmer son histoire et elle a le bon goût de présenter des personnages intéressants. Dans ce tome, nous faisons la connaissance de John Parker-Roth, un riche jeune homme passionné par la botanique mais réfractaire au mariage malgré les incessantes tentatives de sa mère de lui trouver la femme parfaite. Et nous rencontrons aussi miss Margaret Peterson, une jeune fille désespérée de se marier, au point d’être prête à suivre n’importe qui et de risquer de se compromettre. A la suite d’une virée clandestine dans un jardin la nuit, elle se retrouve justement dans une situation délicate et un brin rocambolesque, à tel point que sa famille met tout en œuvre pour la marier à monsieur Parker-Roth, un excellent parti qui pourrait bien faire son bonheur.

Ce n’est pas un grand livre, mais c’est un divertissement de bonne facture, et les fans de chick lit portées sur le roman style Jane Austen auront le plaisir de faire une lecture bien agréable. Pour les autres, je vous conseillerais plutôt de passer votre chemin car je ne pense pas que tout le monde soit sensible au charme de la chick lit version vintage.

Publicités

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s