Londres par hasard, un roman d’Eva Rice

Couverture Tara Jupp-crg.inddConnaissez-vous la maison d’édition BakerStreet ? Non, c’est bien dommage. On pourrait s’attendre à ce que cette maison d’édition soit spécialisée dans la littérature policière (comme son nom le présage), mais en fait BakerStreet a concentré son catalogue autour des littératures anglaise et américaine. Forcément, je les suis avec beaucoup d’attention car ils ont un peu tout ce que j’aime lire ! C’est en guettant les livres à paraître que j’ai aperçu ce roman d’Eva Rice, auteure anglaise, qui s’intitule Londres par hasard. Ni une ni deux : je l’ai immédiatement acheté !

Eva Rice nous propose de remonter le temps et de plonger dans le swinging london, cette période d’effervescence pendant laquelle la musique anglaise rivalisait de talent et d’inventivité avec la musique américaine, et où les jeunes gens pouvaient désormais profiter de la vie, ayant laissé les affres et les restrictions de la seconde Guerre Mondiale derrière eux. Dans ce décor de carte postale, le lecteur respire une bonne dose de « vintage », le tout au rythme des musiques de l’époque et en particulier les tubes d’Alma Cogan !

Nous allons suivre les aventures de Tara Jupp, fille d’un pasteur veuf. Elle n’est pas vraiment seule, la pauvre, car la fratrie se compose de huit membres, chacun ayant son propre caractère un peu original ! Mais la plus importante, c’est Lucie, la sœur aînée que Tara admire et jalouse à la fois, et avec laquelle elle entretient une relation de connivence qui font des deux sœurs les meilleures amies.

Tara a un talent : elle sait chanter admirablement bien, et elle a d’ailleurs une passion pour les chanteuses de blues américaines. Lucie a un atout : elle est exceptionnellement belle ; pourtant sa beauté ne la rend pas heureuse, et son seul centre d’intérêt dans la vie et l’architecture victorienne. A elles deux, elles forment un tandem irrésistible qui va subitement se retrouver plongé dans la vie londonienne le jour où Tara se voit proposée une opportunité en or d’enregistrer un disque.

Je ne suis pas certaine de bien rendre justice au brio d’Eva Rice avec un résumé si étriqué, mais il est impossible de bien concentrer les presque 500 pages de ce roman passionnant en quelques lignes ! Oui, c’est un pavé, mais il est si bien écrit, et l’histoire est tellement prenante que pour ma part je ne pouvais pas le lâcher, et je l’ai finalement lu en quatre soirs seulement ! J’étais même déçue que ça s’arrête déjà, tant j’aurais aimé passer un peu plus de temps avec les personnages.

Tout est agréable dans ce roman. L’histoire est originale, avec quelques intrigues secondaires qui ajoutent du suspens. On découvre avec bonheur un casting de personnages tous plus haut en couleur les uns que les autres. Cette galerie de personnages m’a même fait penser à Woodehouse, tant ils sont originaux, drôles et attachants. Ce qui n’empêche pas le roman d’avoir parfois des accents un peu plus graves, plus sincères, plus intimes comme avec l’histoire de Lucie dont on découvre qu’elle n’est pas aussi drôle qu’on l’aurait crût.

L’héroïne est tout de suite attachante. Tara est drôle, vive, un peu naïve mais dynamique et portée à l’aventure. Elle se révèle une excellente narratrice car sa modestie et son affection pour ses proches font d’elle une bonne observatrice des histoires des autres. Elle nous emmène avec elle à la découverte de Londres, de sa vie artistique trépidante, et elle nous fait découvrir l’amour… car ce roman est aussi et avant tout une histoire d’amour (en vérité, il y en a même deux !).

J’ai aussi beaucoup apprécié l’inventivité d’Eva Rice qui distille avec malice des détails réels dans sa fiction. On croise quelques figures connues, et en particulier le fondateur des Rolling Stones, Brian Jones, au moment même où il lance son groupe. Cet emprunt à la réalité donne lieu à beaucoup de drôlerie puisque le personnage intervient même dans l’histoire pour jouer les cupidons impromptus !

En bref, je conseille vivement ce roman. C’est le premier que je lis d’Eva Rice mais certainement pas le dernier ! Mon seul bémol est au niveau de la relecture : j’ai trouvé plusieurs coquilles dans le roman du fait qu’il n’a visiblement pas été relu. Mais ce détail ne gâte en rien le plaisir de la lecture. Je pense que ce roman plaira aux fans de comédies romantiques, mais aussi à toutes les lectrices qui aiment les romans enlevés, énergiques et dans lesquels il se passe quelque chose à chaque page.

Une réflexion sur “Londres par hasard, un roman d’Eva Rice

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s