Le Fauteuil hanté, par Gaston Leroux

fauteuilC’est un peu par hasard que j’ai découvert ce roman de Gaston Leroux : Le Fauteuil hanté. Je cherchais des informations sur l’Académie Française pour l’un de mes précédents articles, lorsque j’ai découvert par hasard une liste d’ouvrages consacrés à l’illustre compagnie. Et juste au milieu des livres sérieux se trouvait ce roman. Bien sûr, le nom de l’auteur m’a tout de suite interpellé. Quoi ? L’auteur des aventures de Rouletabille et du Fantôme de l’opéra s’était intéressé au cas des Immortels ! Cet homme remarquable n’était pourtant pas Académicien lui-même… Qu’importe puisque cette anecdote m’a conduit à une lecture très plaisante.

L’histoire commence très rapidement, lors d’un discours de réception à l’Académie Française. Le quai de Conti est en pleine effervescence, et les gens se pressent pour assister au discours du nouvel élu. Manque de chance, l’homme de lettres s’écroule : il est mort ! Mais ce n’est pas le plus remarquable dans cette affaire : car il s’agit rien de moins que de la deuxième mort inexplicable à l’Académie !

Depuis la mort du quarantième membre, personne n’a réussi à survivre à son élection. Le secrétaire perpétuel, monsieur Hyppolite Patard, n’en peut plus : que faire ? Comment trouver encore des cœurs vaillants, près à risquer leur vie pour faire partie de l’Académie ? Il semble bien que le fauteuil soit maudit, ou peut-être hanté par un sombre secret…

Le résumé ne manque pas de sel, et encore, je ne vous dis pas tout. Car il s’agit là d’un de ces romans policiers où il faut plonger en sachant le moins possible dans quoi on va mettre les pieds : le mystère est ainsi mieux préservé, et la lecture n’en est que meilleure.

Ce qui frappe en premier dans ce roman, c’est qu’il est bien ancré dans son époque. Nous sommes au début du siècle dernier, et Paris, qui est déjà cette belle ville lumière, a encore un peu de son charme désuet d’autrefois. On y vit au rythme des voitures tirées par des chevaux, mais on y trouve déjà le train. Cette atmosphère est très bien transcrite dans le livre, et Gaston Leroux, sans se lancer dans de grandes descriptions, sait nous plonger au cœur de la vie qui palpite. Le décor est donc vite planté, ainsi que les personnages.

Nous avons deux personnages principaux : le secrétaire perpétuel de l’Académie, et un respectable brocanteur qui va poser sa candidature. Et chacun à sa manière (bien que pour des raisons différentes) cherche à percer le mystère du fauteuil hanté. On suit donc les chemins de nos deux personnages, qui bien sûr, vont finir par se croiser. Les personnages sont d’ailleurs très savoureux. Et autant la narration tend vers le drame, autant les deux personnages ont tendance à apporte rune touche comique à l’ensemble ? Ce décalage créer souvent une atmosphère ambiguë, et le lecteur ne sait pas toujours s’il doit rire ou avoir peur. J’ai beaucoup aimé cette façon de mettre en scène l’histoire. J’ai trouvé que cela donnait une dimension originale à l’histoire. Car nous ne sommes pas tout à fait dans un roman policier classique. Déjà le fait d’avoir choisi l’Académie française comme décors est un choix original et jamais vu. Cela nous permet de rentrer dans la salle du dictionnaire et découvrir nos vénérables académiciens sous un nouvel angle. Ensuite, cela permet de lier une histoire policière à une sorte de satyre du monde intellectuel français puisque nos immortels ne sont pas les derniers à paniquer lorsque des choses apparemment inexplicables se produisent en leurs murs !

L’ensemble est d’une très bonne tenue. On suit avec plaisirs les rebondissements de l’histoire, et les personnages sont assez attachants. L’atmosphère de mystère est particulièrement agréable, et l’on passe un bon moment. C’est presque même trop court.

Quoiqu’il en soit, ce bon roman me donne plus que jamais l’envie de lire Le Fantôme de l’opéra. Ce sera un bon moyen de boucler la boucle des grandes œuvres de Gaston Leroux. Et pour ceux d’entre vous qui n’auraient pas encore eu l’occasion de découvrir les aventures du facétieux journaliste Rouletabille, je vous conseille chaleureusement de vous plonger dans les pages du Mystère de la chambre jaune. Une excellente idée de lecture pour les vacances qui arrivent à grand pas !

Et juste pour info, je signale aux lecteurs intéressés que Le Fauteuil hanté existe en édition Librio à deux euros. A ce prix là, ça ne vaut vraiment pas le coup de s’en priver !

Et vous, vous en pensez quoi ?

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s