L’importance d’aller au théâtre

Dernièrement, j’ai eu l’occasion d’aller au théâtre pour la première fois depuis presque un an. Moi qui suis une passionnée de théâtre, j’étais véritablement en manque. Et ce fut en plus l’occasion de voir une pièce que j’adore pour la première fois sur scène : Cyrano de Bergerac.

On ne s’en rend peut-être pas toujours compte, mais les œuvres de théâtre sont avant tout faites pour êtres jouées, et pas juste pour être lues. On ne fait qu’effleurer le sujet quand on lit, et rien n’est comparable à une représentation vivante.

Cette fois, j’ai été transportée dans la magnifique pièce d’Edmond Rostand. Replaçons les choses dans leur contexte : c’est l’histoire d’un cadet de Gascogne nommé Cyrano qui est à la fois un homme cultivé et courageux. Fou amoureux de sa belle cousine Roxane, il n’ose pas pourtant l’aborder. La cause ? Son nez ! Il ne se trouve pas assez beau pour plaire à une femme, et surtout pas à la charmante Roxanne. Dans le même temps, ladtite cousine tombe amoureuse d’un nouvel arrivé chez les cadets : Christian, beau comme un Adonis mais désespérément bête de son propre aveu. Les deux hommes faisant connaissances, un pacte d’amitié va bientôt les lier, et Cyrano à travers Christian va un peu goûter à l’amour de Roxanne.

Bon. Ce résumé ne fait pas honneur à la pièce, mais c’est un début. Et je tiens quand même à souligner pour ceux qui ne l’ont pas lu, que cette pièce vaut vraiment le détour. Même si bien sûr, rien ne vaut une véritable représentation.

Je viens donc à mon sujet. Cela faisait longtemps que j’avais lu la pièce, et au fur et à mesure du spectacle, des choses ont commencé à me revenir : je me suis souvenue de certains personnages secondaires (comme le cuisinier !), de la fin de la pièce… et surtout des répliques. J’aurais pu les déclamer avec les acteurs tellement ces mots étaient imprégnés en moi. Mais jusqu’à ce fameux soir, je ne me souvenais plus que je m’en souvenais. Vous me suivez toujours ?

Certaines lectures que nous faisons restent en nous bien plus longtemps qu’on ne pourrait le penser. Et les réminiscences sont magiques : tout d’un coup, des phrases entières trouvent un écho dans un recoin de notre mémoire. C’est là le génie des grands auteurs : faire raisonner quelque chose d’intemporel, une matière immortelle qui demeure en sommeil pendant des années avant qu’on la ravive.

Sans compter l’expérience unique et souvent inoubliable de la représentation. Souvent, les compagnies sont bien inspirées, même si effectivemet des accidents de parcours peuvent arrivé. Je suis d’ailleurs contrainte d’avouer avoir subi une représentation des Paravents pendant laquelle je me suis tout bonnement endormie ! Mais le plus souvent, les pièces sont grandioses. Rien ne peut égaler le drame de Lorenzaccio sur scène, rien n’est plus émouvant que Le Mysère du bouquet de roses, rien n’est plus féérique que Le Songe d’une nuit d’été…

Alors n’oubliez pas d’aller au théâtre. Il ne faut pas perdre cette vie et cette énergie, cette passion qui ne peut trouver sa place que sur une scène avec des acteurs présents en chair et en os. Cette magie là, rien ne la remplace !

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s