American Ecolo, par Hélène Crié-Wiesner

Voici un petit livre intéressant qui a le mérite, sans trop entrer dans le détail, de dresser un panorama pertinent et assez large de l’écologie en Amérique.

Car l’écologie, tout le monde en parle, mais personne ne fait vraiment attention à la manière dont la France se place dans le monde. Sommes-nous des green champions ? Et les États-Unis, que nous montrons sans cesse du doigt en nous moquant de leur surconsommation effrénée, sont-ils des green zéros ?

L’auteur de ce livre, Hélène Crié-Wiesner, est une journaliste française, spécialisée donc dans l’actualité écologique et vivant aux États-Unis. Pendant plusieurs années, elle a tenu un blog dont les billets ont permis à ce livre de voir le jour. Le résultat est accessible à tous les publics et dépeint avec une certaine franchise les équations inextricables dans lesquelles se débat le géant américain.

Les billets sont plus ou moins longs, et regroupés sous des chapitres thématiques. A première vue, le fait que les textes ne soient pas classés par ordre chronologique gène un peu le lecteur, mais en fait on se familiarise assez vite avec les périodes avant/après élection d’Obama.

Au fil des pages, on découvre ce que l’on savait déjà, ce que l’on supposait, mais aussi ce que l’on aurait jamais imaginé. Oui, les américains veulent être des éco-citoyens, même si cela va à l’encontre de nombreux de leurs principes (l’énergie souveraine, la liberté totale du citoyen à faire ce qu’il veut, se méfier sans arrêt de l’État souverain…).

L’auteur souligne assez bien le rapport entre la vision que les américains ont de leur propre système et la façon dont plusieurs évènements écologiques et politiques vont les amener, au fil de quelques années seulement, à se remettre en question.

Un phénomène étrange et fascinant à observer, d’autant que nous regardons les choses depuis le territoire ennemi. Certains évènements comme l’ouragan Katrina ont eu une répercussion chez nous car nous en avons entendu parler aux informations. Mais derrière, ce que l’auteur nous donne à voir, c’est la remise en question que ce genre d’évènement provoque dans un pays qui n’aime pas les catastrophes. De la même façon, la vague Al Gore est analysée en profondeur et nous permet d’envisager les États-Unis dans toute leur complexité s’agissant de l’écologie.

Autant d’analyses passionnantes que nous donne à voir cette étude. Je soulignerais tout de même le manque de travail en seconde écriture. Ces textes auraient appelé une seconde analyse, pour poursuivre, quelques années après, la réflexion et s’ouvrir sur la nouvelle période Obama. Au sortir de la lecture, on a surtout envie d’en apprendre plus, de creuser plus en profondeur un sujet prometteur qui nous porte à nous poser des questions sur nous-mêmes. Si la vérité écologique des États-Unis peut être si éloignée des clichés que nous avons, qu’en est-il de ce que nous pensons être notre bonne attitude écologique ?

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s