Artemis Fowl, d’Eoin Colfer

Couverture Artemis Fowl, tome 1La saga Harry Potter est un tel succès que trop d’auteurs pensent désormais qu’il est facile de passionner les enfants avec un peu de magie et un soupçon d’aventure. Encore faut-il en avoir les moyens et écrire correctement pour le faire ; car tenir des jeunes lecteurs en haleine n’est pas facile, et c’est une erreur que de les prendre par la condescendance. Exemple avec Artemis Fowl.

Dans ce roman, l’auteur Eoin Colfer s’inspire d’une partie du folklore irlandais : les fées, les lutins et autres farfadets, leur or caché au pied des arcs-en-ciel, leurs pouvoirs magiques… tout un monde que les humains ne soupçonnent pas. Mais un jour tout bascule car un jeune garçon particulièrement intelligent découvre les secrets des fées et décident d’en profiter pour leur voler leur or. Ce garçon, c’est bien sûr le héros : Artemis Fowl. Mais ce héros n’en est pas vraiment un. Il préfère opérer hors du champ légal, et il est prêt à tout pour réussir son coup, y compris à kidnapper une fée et à la retenir prisonnière dans une cave de son manoir.

Sorte de anti-Harry Potter, ce héros qui n’en est pas un n’inspire pas particulièrement confiance, mais ne réussit pas non plus à véritablement fasciner ses lecteurs. Et le narrateur a beau faire des efforts presque surhumains pour tenter de le rendre intéressant, le lecteur a bien du mal à se représenter ce jeune délinquant dénué de personnalité et d’humour. Je ne pense pas que les enfants le trouveront très attachant tant il manque de charisme par rapport à la galerie de personnages secondaires du monde des fées.

Car le vrai bon point du livre, c’est le monde du « Petit Peuple » des farfadets. Chacun de ses membres se détache des pages et prend corps devant les yeux du lecteur. Ils sont drôles, dégoûtants, courageux, se font des blagues, et se méfient à juste titre des humains ! Leur monde repose autant sur la magie que sur une technologie de pointe, et ils sont prêts à tout pour protéger ce monde secret. A se demander si les vrais héros du livre, ce ne sont pas eux ? En tout cas, les passages les plus passionnants du roman sont indubitablement ceux où ils apparaissent.

Car un autre problème du roman, c’est son manque de souffle. Le rythme est cassé, et trop de passages sont inutilement longs. Pire encore, le texte est truffé d’effets d’annonce frustrants et inintéressants, ce qui enlève du suspense tout en n’apportant aucune intensité à l’intrigue.

L’intrigue, justement, est un autre point faible à souligner. Comme dans le Da Vinci Code, toute l’histoire se passe en une seule nuit. Ce qui pourrait être une bonne idée au départ se révèle en fait un piège pour l’auteur. Car pour attiser la curiosité du lecteur, il faut que l’aventure soit haletante. Il n’en est rien. L’histoire est tellement simple qu’elle en devient même basique : les humains sont dans un manoir et ne veulent pas sortir, tandis que les farfadets qui sont dehors essayent d’entrer. Comme souffle épique, on a connu mieux !

A noter aussi que le roman est mal découpé. Si le livre s’adresse à de jeunes lecteurs (« à partir de 11 ans », dixit la couverture), force est de constater que l’écriture n’a pas été pensée pour un jeune public : les chapitres sont trop longs et constituent en moyenne 20 minutes de lecture chacun. Un peu long pour un enfant qui commence à lire tout seul, surtout si l’on prend en compte les problèmes de rythme de l’écriture. Un enfant qui lit seul peut facilement se décourager à cause des paragraphes ennuyeux et finir par abandonner sa lecture. Dommage !

Je ne suis donc pas convaincue par ce livre, même si je compte bien donner une seconde chance à l’auteur en lisant le deuxième tome. Avec un peu de chance, la suite sera meilleure. Pour moi, ce livre s’adresse à des enfants qui ont déjà l’habitude de lire tout seul, et qui ont donc l’habitude de se concentrer et de faire preuve de patience. Car si Artemis Fowl dispose de quelques qualités, il faut admettre qu’elles sont mal exploitées, et que le livre souffre gravement d’un personnage principal trop éthéré.

Publicités

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s